ROSSETTI DANTE GABRIEL (1828-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sein de la confrérie préraphaélite (Pre-Raphaelite Brotherhood), des personnalités et des talents très divers s'épanouirent. Dante Gabriel Rossetti était le fils d'un réfugié politique italien. Il passa son enfance dans un milieu saturé de littérature, où tout semblait tourner autour des écrivains italiens et anglais. Ses études d'art, commencées en 1844 à la Royal Academy, prirent fin assez tôt, car, en 1848, le jeune peintre préféra étudier la technique de la peinture auprès de Ford Madox Brown. En septembre de la même année, Rossetti joua un rôle très important dans la fondation du mouvement préraphaélite.

Rossetti et Ruskin

Rossetti et Ruskin

photographie

Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), peintre et poète britannique (à droite) et John Ruskin (1819-1900), écrivain et critique d'art britannique, vers 1863. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dès ses débuts, Rossetti est un peintre essentiellement littéraire. Il ne semble accorder aucun poids à l'étude directe de la nature et même de l'iconographie traditionnelle que les écoles officielles imposaient à leurs élèves. Ses thèmes de prédilection sont le produit d'une mythologie personnelle, inspirée par les œuvres de Dante, de Shakespeare et de Browning ; le cycle arthurien, avec de nombreuses variantes, constitue également une source importante d'inspiration pour l'artiste (Le Songe de Dante, 1856, Tate Gallery, Londres). Vers 1859, le peintre semble obsédé par une image archétypale qui résume en elle toutes les autres figures. Il s'agit d'un type féminin sensuel, mais aux traits d'androgyne et au regard absent, semblable à celui des femmes de Burne-Jones (Venus Verticordia, 1868, Art Gallery and Museum, Bournemouth ; The Bower Meadow, 1872, City Art Gallery, Manchester).

Riche d'implications symboliques et littéraires, la peinture de Rossetti paraît parfois laborieuse et appliquée. Certains poèmes écrits par l'artiste, et destinés à expliquer l'iconographie de ses œuvres, ne semblent avoir qu'un rôle d'alibi. Cependant, l'œuvre de Rossetti recèle des inquiétudes et des ferments subtils. À côté de la démarche édifiante et optimiste de Hunt et de l'œuvre « sociale » de Millais, Rossetti introduit une variante ésotérique et mystique qui donne à son œuvre un éclairage particulier, profondément éloigné de tout souci naturaliste ou descriptif. L'optimisme évangélique de l'idéologie préraphaélite contraste d'ailleurs avec les raffinements pervers et les subtilités psychologiques de cet artiste qui préfigure le malaise de l'art symboliste.

—  Charles SALA

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  ROSSETTI DANTE GABRIEL (1828-1882)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5944

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_5944

MORRIS WILLIAM (1834-1896)

  • Écrit par 
  • Philip Prichard HENDERSON
  •  • 1 986 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L' influence de l'art médiéval »  : […] William Morris naît le 24 mars 1834 à Walthamstow, petit village de l'Essex situé non loin de Londres, dans une famille bourgeoise. En 1853, il entre au Exeter College de l'université d'Oxford. Il y rencontre Edward Jones, futur peintre et dessinateur qui prendra le nom de Burne-Jones. Profondément touchés par le mouvement d'Oxford au sein de l'Ég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-morris/#i_5944

PRÉRAPHAÉLITES

  • Écrit par 
  • Mary Gardner BENNETT
  •  • 3 782 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le groupe des préraphaélites »  : […] Des sept membres du groupe, trois personnalités remarquables se détachent : William Holman Hunt (1827-1910), John Everett Millais (1829-1896) et Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), qui donnent au mouvement une réelle ampleur. À leurs côtés se trouvent William Rossetti (1829-1919), qui ne peignit jamais et assuma les fonctions de secrétaire et de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preraphaelites/#i_5944

ROSSETTI CHRISTINA (1830-1894)

  • Écrit par 
  • John BRYSON, 
  • Universalis
  •  • 742 mots

Christina Rossetti fut l'une des plus importantes poétesses de l'époque victorienne, tant par l'étendue que par la qualité de son œuvre. Elle excella particulièrement dans les ouvrages de fantaisie, les poèmes pour enfants et la poésie d'inspiration religieuse. Plus jeune enfant de Gabriele Rossetti et sœur du poète et peintre Dante Gabriel Rossett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christina-rossetti/#i_5944

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Poésie »  : […] La poésie, dans la littérature victorienne, a autant de densité et de variété que la prose. Matthew Arnold reprend à son compte la formule de Carlyle : « Ferme ton Byron et ouvre ton Goethe », mais il oublie ses attaques contre l'ignorance des romantiques et, comme tous ses contemporains, puise chez eux la sève nourricière de ses œuvres les meille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_5944

Pour citer l’article

Charles SALA, « ROSSETTI DANTE GABRIEL - (1828-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-gabriel-rossetti/