ALDRICH ROBERT (1918-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Aldrich doit beaucoup à la critique française, qui sut très tôt déceler l'originalité de son talent. Dès 1955, les futurs meneurs de la Nouvelle Vague firent de Kiss Me Deadly (En quatrième vitesse) un de leurs films de chevet. L'œuvre avait, en effet, tout pour séduire : un mélange détonant de violence crue et de poésie ; une liberté formelle surprenante, prémonitoire ; un codage très élaboré, dissimulant sous l'apparence d'un simple film policier de série B une virulente dénonciation du maccarthysme et du péril nucléaire. Réédité depuis lors à plusieurs reprises, En quatrième vitesse conserve l'essentiel de ses vertus, même si son originalité nous frappe désormais de manière moins « physique » que lors de sa création : nous décelons plus aisément ce que ses audaces syntaxiques doivent à Orson Welles ; nous mesurons mieux la part du scénariste A. I. Bezzerides, adaptateur du roman de Mickey Spillane, dans le savant et surprenant mariage de brutalité et de préciosité qui fait la séduction de ce chef-d'œuvre du film noir.

Un film-manifeste

Robert Aldrich s'était posé d'emblée un redoutable défi à lui-même. En quatrième vitesse n'en est pas pour autant une réussite totalement isolée dans sa carrière fantasque et irrégulière.

Le « discours » d'Aldrich, qui se développera à partir de ce film charnière (et qui s'esquissait déjà en 1954, dans Vera Cruz), prendra des formes variées, revêtira à l'occasion une tonalité grotesque ou farcesque, s'articulera sur des genres aussi distincts que le western, le film de guerre ou le mélodrame « gothique », mais restera centré, pour l'essentiel, sur les mêmes conflits de valeurs et sur la même typologie de personnages. Par-delà ses errements avoués et ses éclipses successives, Aldrich aura manifesté, en effet, une obstination très méritoire : sa forme particulière d'honnêteté – entachée ici et là de commercialisme patent – aura consisté à reprendre, périodiquement, l'exposé de ses doutes, de ses colères et de ses déchirements. La cohérence de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALDRICH ROBERT (1918-1983)  » est également traité dans :

DAVIS BETTE (1908-1989)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 1 168 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des rôles hors normes »  : […] Elle privilégie à présent des rôles de femme dure, ou de victime d'un ordre social sévère, sans jamais gommer les aspérités de ses personnages, mais en leur conférant toujours une touche inventive. Conception plutôt hardie à une époque où le public américain était essentiellement constitué de spectatrices, qui auraient pu rejeter le personnage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bette-davis/#i_17239

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 908 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Né le 26 juillet 1928 à New York, dans le quartier populaire du Bronx, Stanley Kubrick a d'abord été journaliste, notamment pour le magazine Life . Très tôt passionné de photo, il tourne avant 1953 des courts métrages d'amateur, puis « fait la quête » autour de lui et rassemble 50 000 dollars pour produire son premier vrai film, joué par des acteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-kubrick/#i_17239

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le film noir »  : […] Si le serial du cinéma muet s'inspirait de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc, c'est à une autre source que puise le film policier américain entre 1940 et 1955 : Dashiell Hammett, James Cain, Raymond Chandler, William Irish, ou Hemingway. Parmi les scénaristes qui travaillent à Hollywood : Steinbeck, Faulkner et Mac Coy. Sous leur impulsion, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_17239

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la légende au « mythe » »  : […] Les tendances à l' identification et au mimétisme ont été invoquées pour justifier le succès persistant de certaines étoiles, qui seraient chargées d'un impact psychologique suffisant pour résister au changement de génération. La réalité est plus complexe ; ainsi le maintien de John Wayne en tête du box-office pendant trente ans (record seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_17239

Pour citer l’article

Olivier EYQUEM, « ALDRICH ROBERT - (1918-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-aldrich/