ALDRICH ROBERT (1918-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Aldrich doit beaucoup à la critique française, qui sut très tôt déceler l'originalité de son talent. Dès 1955, les futurs meneurs de la Nouvelle Vague firent de Kiss Me Deadly (En quatrième vitesse) un de leurs films de chevet. L'œuvre avait, en effet, tout pour séduire : un mélange détonant de violence crue et de poésie ; une liberté formelle surprenante, prémonitoire ; un codage très élaboré, dissimulant sous l'apparence d'un simple film policier de série B une virulente dénonciation du maccarthysme et du péril nucléaire. Réédité depuis lors à plusieurs reprises, En quatrième vitesse conserve l'essentiel de ses vertus, même si son originalité nous frappe désormais de manière moins « physique » que lors de sa création : nous décelons plus aisément ce que ses audaces syntaxiques doivent à Orson Welles ; nous mesurons mieux la part du scénariste A. I. Bezzerides, adaptateur du roman de Mickey Spillane, dans le savant et surprenant mariage de brutalité et de préciosité qui fait la séduction de ce chef-d'œuvre du film noir.

Un film-manifeste

Robert Aldrich s'était posé d'emblée un redoutable défi à lui-même. En quatrième vitesse n'en est pas pour autant une réussite totalement isolée dans sa carrière fantasque et irrégulière.

Le « discours » d'Aldrich, qui se développera à partir de ce film charnière (et qui s'esquissait déjà en 1954, dans Vera Cruz), prendra des formes variées, revêtira à l'occasion une tonalité grotesque ou farcesque, s'articulera sur des genres aussi distincts que le western, le film de guerre ou le mélodrame « gothique », mais restera centré, pour l'essentiel, sur les mêmes conflits de valeurs et sur la même typologie de personnages. Par-delà ses errements avoués et ses éclipses successives, Aldrich aura manifesté, en effet, une obstination très méritoire : sa forme particulière d'honnêteté – entachée ici et là de commercialisme patent – aura consisté à reprendre, périodiquement, l'exposé de ses doutes, de ses colères et de ses déchirements. La cohérence de son propos aura consisté à s'avouer perplexe, et son art à nous faire partager, parfois, cette perplexité.

Robert Aldrich est né le 9 septembre 1918 à Cranston (Rhode Island, États-Unis). Le cinéma d'Aldrich a pris naissance dans les années 1950, période de repli angoissé et d'incertitude qui lui inspira un goût persistant pour le huis clos et les ambiances oppressantes (The Big Knife / Le Grand Couteau, 1955 ; Whatever Happened to Baby Jane ? / Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, 1962 ; Autumn Leaves / Feuilles d'automne, 1965 ; The Killing of Sister George / Faut-il tuer Sister George ?, 1968). Mais il se réclame aussi de l'humanisme protestataire et tourmenté des années 1930 et 1940 qu'incarnèrent, au théâtre et à l'écran, des hommes comme Clifford Odets, Abraham Polonsky et Robert Rossen. Aldrich a reconnu avec franchise sa dette à l'égard d'un film clé du tandem Rossen-Polonsky : Body and Soul / Sang et or (1947), tourné à l'aube du maccarthysme. Il a fait sienne la thématique du rachat, qu'il a illustrée dans plusieurs de ses films. Bronco Apache (1954), Attack ! / Attaque (1956), The Longest Yard / Plein la gueule (1974) et Le Grand Couteau relèvent, clairement, de ce schéma : ils nous montrent des individualistes, des marginaux, des rebelles qui s'affirment en luttant contre l'autorité. Mais la reconquête de la dignité ne prend pas, chez Aldrich, une tonalité systématiquement triomphaliste. Les lutteurs qui peuplent son cinéma n'ont rien d'exemplaire. Ils s'illusionnent volontiers sur eux-mêmes, poussés par une suffisance naïve, par une angoisse irrémédiable ou un penchant sournois à l'autodestruction. Aldrich aime les hommes douteux : Dan Duryea dans World for Ransom (Alerte à Singapour), Ralph Meeker dans En quatrième vitesse et Burt Lancaster dans Vera Cruz témoignent très tôt de ce goût qui virera, dans les années 1960, à une complicité gouailleuse et quelque peu racoleuse. En 1967, avec The Dirty Dozen (Les Douze Salopards), le cinéaste connaîtra l'un de ses rares grands succès commerciaux et inaugurera un sous-genre prospère, associant les attraits classiques du film de commando à l'esprit anti-establishment du moment.

Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich

Photographie : Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, R. Aldrich

Joan Crawford (1908-1977) et Bette Davis (1908-1989) dans une scène du film de Robert Aldrich Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (1962). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALDRICH ROBERT (1918-1983)  » est également traité dans :

DAVIS BETTE (1908-1989)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 1 169 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des rôles hors normes »  : […] Elle privilégie à présent des rôles de femme dure, ou de victime d'un ordre social sévère, sans jamais gommer les aspérités de ses personnages, mais en leur conférant toujours une touche inventive. Conception plutôt hardie à une époque où le public américain était essentiellement constitué de spectatrices, qui auraient pu rejeter le personnage de « garce » qu'elle interprète dans The Letter (194 […] Lire la suite

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 909 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Né le 26 juillet 1928 à New York, dans le quartier populaire du Bronx, Stanley Kubrick a d'abord été journaliste, notamment pour le magazine Life . Très tôt passionné de photo, il tourne avant 1953 des courts métrages d'amateur, puis « fait la quête » autour de lui et rassemble 50 000 dollars pour produire son premier vrai film, joué par des acteurs amis. Il en est aussi le scénariste, le photogra […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 324 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le film noir »  : […] Si le serial du cinéma muet s'inspirait de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc, c'est à une autre source que puise le film policier américain entre 1940 et 1955 : Dashiell Hammett, James Cain, Raymond Chandler, William Irish, ou Hemingway. Parmi les scénaristes qui travaillent à Hollywood : Steinbeck, Faulkner et Mac Coy. Sous leur impulsion, le genre prend un nouveau visage. C'est avec Le Fauc […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la légende au « mythe » »  : […] Les tendances à l' identification et au mimétisme ont été invoquées pour justifier le succès persistant de certaines étoiles, qui seraient chargées d'un impact psychologique suffisant pour résister au changement de génération. La réalité est plus complexe ; ainsi le maintien de John Wayne en tête du box-office pendant trente ans (record seulement approché par le chanteur Bing Crosby) ne peut s'e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier EYQUEM, « ALDRICH ROBERT - (1918-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-aldrich/