BROOKS RICHARD (1912-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier film de ce cinéaste des intentions généreuses, Cas de conscience (Crisis, 1950), est une dénonciation des dictatures ; Bas les masques (Deadline U.S.A., 1952, avec Humphrey Bogart) défend la liberté de la presse ; Le Cirque infernal (Battle Circus, 1953) et Sergent La Terreur (Take the High Ground, 1953, avec Richard Widmark) peignent les horreurs de la guerre ; c'est le système scolaire qui est en cause dans Graine de violence (The Blackboard Jungle, 1954) ; Le Carnaval des dieux (Something of Value, 1956) se veut un plaidoyer antiraciste ; Elmer Gantry (1960) montre les méfaits du charlatanisme religieux ; De sang-froid (In Cold Blood, 1967) s'en prend à la peine de mort. Œuvres lourdes et naïves, à l'exception d'Elmer Gantry le charlatan, qui doit beaucoup au travail de l'opérateur John Alton et à une admirable interprétation (Burt Lancaster, Jean Simmons). On lui doit aussi deux adaptations fort réussies de Tennessee Williams : Doux Oiseau de jeunesse (Sweet Bird of Youth, 1962) et surtout La Chatte sur un toit brûlant (Cat on a Hot Tin Roof, 1958) et une transposition honorable de Conrad : Lord Jim (1965). Avec Elmer Gantry, son meilleur film reste Les Professionnels (The Professionals, 1966), western plein de mouvement où se révèle enfin ce plaisir de filmer qui fait le charme des cinéastes américains : c'est, d'ailleurs, une parabole très courageuse, à son époque, sur la guerre du Vietnam. La suite de la carrière de Brooks a beau avoir été inégale (on en détachera au moins Dollars, excellente comédie, 1971, et La Chevauchée sauvage — Bite the Bullet, 1975), il mérite mieux que le regard condescendant porté sur lui par la critique. Rares sont ceux de ses films où il n'y a pas au moins un moment de cette robuste franchise stylistique qui atteint à la beauté et le relie aux grands « primitifs » américains.

La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958

La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958

photographie

Elizabeth Taylor et Paul Newman dans «La Chatte sur un toit brûlant» (1958), de Richard Brooks, d'après la pièce de Tennessee Williams. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Collection privée

Afficher

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BROOKS RICHARD (1912-1992)  » est également traité dans :

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 696 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'époque du rock and roll »  : […] Le rock and roll apparaît en 1956. Déjà Hollywood décline, l'âge d'or du star system est révolu. Le nouveau mal du siècle, la « fureur de vivre », a immolé sa dernière victime, James Dean. Le mythe du western est en perte de vitesse et fait place à celui, préfabriqué, des idoles du rock. L'ascension du « roi » Elvis Presley commence. Il devient l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-music/#i_17238

Pour citer l’article

Jean TULARD, « BROOKS RICHARD - (1912-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-brooks/