VIDOR KING (1894-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Bette Davis

Bette Davis
Crédits : Hulton Getty

photographie


Vidor appartient à la génération des Ford, des Walsh et des Dwan, qui ne cessèrent de tourner entre 1918 et 1960. Son œuvre muette antérieure à 1920 est mal connue. Parmi les copies sauvées de la destruction, citons L'Homme au couteau (Jack the Knife-Man, 1919) que Vidor place très haut, mais qui est en réalité assez ennuyeux comme probablement la plupart des films de cette période. C'est en 1925 que Vidor devient célèbre avec La Grande Parade (The Big Parade) consacrée à la Première Guerre mondiale et que suit, en 1928, La Foule (The Crowd), vision intimiste d'un couple. En 1933, Vidor donnera une suite à ce film : Notre Pain quotidien (Our Daily Bread), qui décrit une communauté agricole. L'avènement du parlant lui permet de tourner Hallelujah (1929) interprété uniquement par des acteurs et des chanteurs noirs. Billy the Kid (1930), biographie à peu près exacte, sauf dans son dénouement, du célèbre hors-la-loi, est son premier western, un genre où Vidor excellera. Suivent Texas Rangers (1936) ; Le Grand Passage (Northwest Passage, 1940) ; le baroque et épique Duel au soleil (Duel in the Sun, 1947) auquel auraient collaboré Dieterle et Sternberg ; L'Homme qui n'a pas d'étoile (The Man without a Star, 1955). À tort, Vidor leur accorde moins d'importance dans son autobiographie qu'à la trilogie qu'il entendait consacrer à la guerre, à l'acier et au blé. La guerre, ce fut Big Parade ; l'acier, An American Romance (1944) qui, en dépit de magnifiques couleurs, connut un retentissant échec. Cet échec empêcha Vidor de tourner le troisième volet, sur le blé, dont le titre devait être The Land. Après Le Rebelle (The Fountainhead, 1948), l'un des derniers grands rôles de Gary Cooper, et La Furie du désir (Ruby Gentry, 1952), délirante histoire d'amour, Vidor achève sa carrière par deux superproductions : Guerre et Paix (War and Peace, 1956) et Salomon et la reine de Saba (Salomon and Sheba, 1959), où l'on ne retrouve plus l'éclat de son génie. Vidor n'en reste pas moins, avec Ford, Hawks, Van Dyke et Walsh, celui qui a su le mieux chanter l'Amérique des pionniers et de l'essor industriel.

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor

photographie

Hallelujah (1929), de King Vidor (1894-1982). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor

photographie

En 1929, au tout début du « parlant », King Vidor réalise Hallelujah, qui met en scène exclusivement des artistes noirs. Si la scénographie et la narration restent proches du cinéma muet, le choix fait par le cinéaste d'une postsynchronisation permet de donner à la voix et au chant un... 

Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

Afficher

Bette Davis

Bette Davis

photographie

Bette Davis interprète le rôle de Rosa Moline dans «La Garce», de King Vidor, en 1949. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  VIDOR KING (1894-1982)  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cinémas de ghetto »  : […] Avant d’être devancée par la communauté hispanique, la communauté afro-américaine a longtemps constitué la principale minorité ethnique aux États-Unis. Vers le milieu des années 1910, à la suite de la première grande migration vers le Nord et ses centres industriels, une bourgeoisie noire commence à se former, avec ses intellectuels et ses hommes d’affaires. En 1909 est créée la NAACP, une organi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_4469

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « L'Amérique humaniste »  : […] Le cinéma américain ne manque pas de personnalités de premier plan. King Vidor signe en 1929 Halleluyah  ; en 1934, Notre Pain quotidien ( Our Daily Bread ) ; en 1939, Le Grand Passage ( Northwest Passage ). C'est à lui que revient l'héritage de Griffith. Il se fait le chantre d'une Amér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_4469

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « La critique cinématographique »  : […] Le plus célèbre défenseur du cinéma populaire est sans conteste Louis Delluc (1890-1924), cinéaste, critique et, à bien des égards, beaucoup plus digne de porter le titre de « premier cinéphile » que Ricciotto Canudo : comme l'écrit Alexandre Arnoux, Delluc a su écrire « les premières pages sur le cinéma que l'on puisse retenir ». Inventeur des mots « cinéaste » et « ciné-club », Delluc est surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-la-cinephilie/#i_4469

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_4469

Pour citer l’article

Jean TULARD, « VIDOR KING - (1894-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/king-vidor/