VITALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Portrait présumé de René Descartes, S. Bourbon

Portrait présumé de René Descartes, S. Bourbon
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Ernst Haeckel

Ernst Haeckel
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Thomas Henry Huxley

Thomas Henry Huxley
Crédits : Hulton Getty

photographie


Les différentes représentations intellectuelles du vivant reflètent les schèmes conceptuels propres à chaque époque. Celles qui ont été élaborées par Aristote puis par Galien (iie siècle apr. J.-C.) se sont maintenues jusqu'à l'avènement de la science « moderne ». La caractérisation aristotélicienne du vivant – en tant qu'il diffère de l'inanimé par un principe d'animation interne et autonome – a été peu à peu supplantée par les hypothèses de Van Helmont (1579-1644), pour qui le corps vivant est composé d'archées – terme emprunté à l'archeus de Paracelse (1493-1541) –, forces directrices et organisatrices d'un monde physico-chimique : l'ensemble de la matière est vivant et engendre des êtres minéraux, végétaux, animaux.

Alors que, dans ces théories, toute la nature est quasi vivante, la nature cartésienne sera, quant à elle, désanimée. Tout vivant est un automate mécanique mû par une « chaleur » interne : la notion d'« animal-machine » de Descartes inaugurera ainsi l'ère de la biologie mécaniste et déterministe qui perdurera jusqu'à nos jours : « ...il semble conforme à la raison que la nature produise aussi ses automates [...] à savoir toutes les bêtes » ; « lorsqu'une montre marque les heures par le moyen des roues dont elle est faite, cela ne lui est pas moins naturel qu'il est à un arbre de produire des fruits ». Pour Descartes (1596-1650), matière et pensée sont deux mondes qui se complètent (dualisme), mais qui ne s'expriment pas dans le même registre.

Portrait présumé de René Descartes, S. Bourbon

Portrait présumé de René Descartes, S. Bourbon

Diaporama

Sébastien BOURDON, Portrait présumé de René Descartes, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Pour Leibniz (1646-1716), la physiologie de Descartes est criticable car la matière possède une activité propre. Il propose un « mécanisme à l'infini », introduisant ainsi une dimension dynamique. Claude Perrault (1613-1688) et Georg Ernst Stahl (1660-1734) considéreront toute l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VITALISME  » est également traité dans :

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans les artefacts, par définition construits par l'homme en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions est définie par rapport à ces fins. C'est dire que, comme ces fins elles-mêmes, extérieures à la machine qu'elles orientent, la signification est posée à l'avance, produite par le concepteur ou le constructeur de la machine. Les questions de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-organisation/#i_5742

BARTHEZ PAUL JOSEPH (1734-1806)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 373 mots

Médecin français, chef de l'école de Montpellier et l'un des fondateurs de la théorie vitaliste qui influença les savants du xix e siècle. Cette théorie eut des admirateurs, dont X. Bichat, mais elle fut violemment critiquée par F. Magendie et Claude Bernard. Docteur de la faculté de médecine de Montpellier à 19 ans, Barthez passe quelques années […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-joseph-barthez/#i_5742

BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La synthèse organique »  : […] Si Berthelot n'est pas le fondateur de la synthèse, il a développé et systématisé en 1860, dans sa Chimie organique fondée sur la synthèse , les essais dispersés de ses prédécesseurs et leur a donné une forte consistance doctrinale. Durant la première moitié du siècle, la chimie organique procédait essentiellement par voie analytique. Les chimistes s'appliquaient surtout à i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelin-berthelot/#i_5742

CANGUILHEM GEORGES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • François DELAPORTE
  •  • 2 192 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire des concepts, histoire des objets biologiques »  : […] Mais, en matière d'histoire des sciences, on peut choisir une échelle macroscopique des sujets étudiés. De ce point de vue, on peut dire que Canguilhem a mené trois grandes enquêtes. La première concerne le système d'émergence des objets de la biologie : la vie comme animation, la vie comme mécanisme, la vie comme organisation et la vie comme information. Les différentes versions du thème des gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-canguilhem/#i_5742

DRIESCH HANS (1867-1941)

  • Écrit par 
  • Jane M. OPPENHEIMER
  • , Universalis
  •  • 810 mots

Biologiste et philosophe allemand né le 28 octobre 1867 à Bad Kreuznach en Prusse, mort le 16 avril 1941 à Leipzig. Fils d'un riche marchand d'or de Hambourg, Hans Adolf Eduard Driesch tient peut-être de sa mère, qui hébergeait à la maison toutes sortes d'animaux, son goût pour la zoologie. Hans Driesch fréquente plusieurs universités (à Hambourg, Fribourg et Iéna) où il étudie la zoologie, la chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-driesch/#i_5742

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Morphogenèse biologique et structuralisme »  : […] Le problème de la forme est évidemment particulièrement critique en biologie. C'est même l'écart apparemment irréductible entre la physique classique et les énigmes de l'embryogenèse qui ont conduit nombre d'éminents biologistes du xix e  siècle au vitalisme spéculatif. Il est donc nécessaire de faire quelques brèves remarques épistémologiques à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_5742

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 626 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’homéopathie, un système recevable, une médecine bannie »  : […] Bien éloigné de notre médecine contemporaine, le système de Hahnemann était a priori largement recevable pour les médecins de son temps, pour des raisons scientifiques, pratiques autant que théoriques. La démarche reposait sur l’observation du malade qui était un principe essentiel de la médecine du xviii e  siècle. Depuis deux siècles, les médeci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeopathie/#i_5742

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Médecine ou science de la vie »  : […] Parmi les trois sciences qui furent les plus développées dans l'Inde, astronomie, mathématiques et médecine, cette dernière est celle qui répond le mieux au modèle brahmanique traditionnel des sciences. Les sciences brahmaniques sont normatives, elles fixent des règles de vie sur le chemin de la sagesse, elles enseignent ce qu'il convient de faire pour atteindre « les quatre buts de l'existence h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_5742

NÉO-LAMARCKISME

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 4 249 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Unité et diversité des néo-lamarckismes »  : […] L'hérédité des caractères acquis est un mécanisme nécessaire à toute conception néo-lamarckienne de l'évolution des espèces. Cependant, si on cherche à définir rigoureusement ce qu'est le néo-lamarckisme, il est préférable de ne pas considérer en premier lieu le recours à ce mode d'explication concernant le fonctionnement de l'hérédité. Il est plus éclairant de souligner que, dans la plupart des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-lamarckisme/#i_5742

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philosophie naturelle et critique de l'astrologie »  : […] La métaphysique et la théologie – mieux vaudrait dire, d'après ce qu'on a vu, la philosophie spéculative – occupant la première place, la philosophie naturelle n'aura droit qu'à la seconde. Mais plus intéressante que le contenu de cette philosophie de la nature est la conception typique que le penseur italien se fait de la nature, car elle a déterminé dans l'histoire des idées, et d'abord dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_5742

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Doctrine de la matière, dont le but est d'expliquer le principe qui produit les choses, le matérialisme est une doctrine de l'unité, qui prétend rendre compte de la variété et de la diversité, en plaçant cette unité dans une substance, dont toutes les formes et propriétés susceptibles de se rencontrer sont des transformations. Cela se manifeste, dès l'origine, chez les premiers penseurs antésocra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/#i_5742

SYNTHÈSE DE L'URÉE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 192 mots

En 1828, le jeune chimiste allemand Friedrich Wöhler (1800-1882) réussit à obtenir de l'urée, une molécule « organique », terme qui, à l'époque, définissait une molécule produite par le monde vivant (ici, le monde animal). Pour cela, il utilise un composé minéral, le cyanate de plomb, de l'ammoniac et de l'eau : Pb(OCN) 2 [cyanate de plomb] + 2H 2 O [eau] + 2NH 3 [ammoniac] → 2H 2 N-CO-NH 2 [ur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-de-l-uree/#i_5742

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 960 mots

Dans le chapitre « La genèse du concept »  : […] La première esquisse d'une définition générale de la vie se trouve dans Aristote. « Parmi les corps naturels [ i.e non fabriqués par l'homme] certains ont la vie et certains ne l'ont pas. Nous entendons par vie le fait de se nourrir, de croître, et de dépérir par soi-même » ( De l'âme , II, 1). Et, plus loin, Aristote dit que la vie est ce par quoi le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/#i_5742

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Christine MAUREL, « VITALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitalisme/