PERRAULT CLAUDE (1613-1688)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin, savant et architecte, Claude Perrault fait partie de ces esprits universels dont le xviie siècle offre de nombreux exemples. On lui doit des contributions pleines d'intérêt, parfois même décisives, dans des domaines aussi différents que la philosophie naturelle, l'anatomie animale et humaine, la science des machines et l'architecture, comme l'a montré Antoine Picon dans son ouvrage Claude Perrault, 1613-1688, ou la Curiosité d'un classique (Picard, 1988).

Claude Perrault naît en 1613 dans une famille de la bourgeoisie parisienne aisée. Ses parents avaient déjà eu deux fils, Pierre et Jean. Deux autres suivront, Nicolas en 1624 et Charles, le futur auteur des Contes du temps passé, en 1628. Les frères Perrault demeureront très liés toute leur vie durant, Claude et Charles en particulier, qui vont faire carrière ensemble au service de Colbert.

Claude commence par étudier la médecine à la faculté de Paris. Reçu docteur en 1641, il exerce pendant près de vingt-cinq ans sans éclat particulier. Largement due à l'influence de son frère Charles, devenu entre-temps l'un des principaux collaborateurs de Colbert, sa nomination en 1666 à l'Académie des sciences représente le véritable point de départ de son itinéraire scientifique. Au sein de cette compagnie de création récente, Perrault prend très vite la tête du groupe des médecins et des anatomistes. C'est dans ce cadre qu'il assume, en 1671 et en 1676, la publication de deux livraisons monumentales des Mémoires pour servir à l'histoire naturelle des animaux. Rectifiant de nombreuses erreurs commises par les Anciens, Perrault ouvre la voie à ce qui deviendra l'anatomie comparée. Il s'intéresse en parallèle à l'anatomie et à la physiologie humaines. Ses Essais de physique, parus entre 1680 et 1688, comprennent l'une des premières descriptions précises de la structure de l'oreille interne ainsi que l'exposition d'une curieuse théorie animiste du vivant, qui annonce certaines conceptions du siècle des Lumières. À sa mort, en 1688, il laisse ainsi un ensemble d'observations et d'hypothèses tout à fait représentatives de l'état de la science de son temps.

Si l'œuvre scientifique de Claude Perrault est loin d'être négligeable, la postérité a surtout retenu son apport à la vie architecturale du règne de Louis XIV. Quoique n'ayant jamais exercé l'architecture à titre professionnel, Perrault est l'auteur de l'Observatoire de Paris, imaginé en 1667 et achevé pour l'essentiel en 1672, ainsi que d'un projet d'arc de triomphe pour la place du Trône, conçu vers la même époque, qui sera finalement abandonné après un début de réalisation. Sobre et puissant, l'Observatoire se range à coup sûr parmi les édifices majeurs du classicisme français. Jouissant de l'estime de Colbert, Claude Perrault participe également en 1667-1668 à la conception de la colonnade du Louvre, aux côtés de Charles Le Brun et de Louis Le Vau, à la suite de l'abandon définitif du projet de Bernin. Les documents relatifs à cet épisode célèbre de l'histoire de l'architecture française ne permettent pas de trancher définitivement le difficile problème de la paternité exacte de l'œuvre. Bien qu'elle soit souvent appelée « colonnade de Perrault », la façade orientale du Louvre est probablement le fruit d'un travail collectif. Elle n'en porte pas moins l'empreinte des conceptions architecturales très particulières de Perrault, de son maniement de la référence antique en même temps que de son goût pour la performance technique.

Perrault marque aussi une étape décisive de l'histoire de la théorie architecturale. Son intervention dans ce domaine passe tout d'abord par la traduction des dix livres de De architectura, de Vitruve, que lui commande Colbert. Publiée une première fois en 1673, sa traduction représente une incontestable réussite en même temps qu'elle laisse transparaître des idées fort peu orthodoxes sur le beau architectural et sur l'importance à accorder à la question des proportions dans les notes qui accompagnent le texte principal. Ces idées vont se préciser dans l'Ordonnance des cinq espèces de colonnes selon la méthode des Anciens, que Perrault fait paraître en 1683, puis dans la réédition de 1684 de sa traduction de Vitruve.

Perrault : Les Ordres de l'architecture

Photographie : Perrault : Les Ordres de l'architecture

Les Ordres de l'architecture: Ordonnance des cinq espèces de colonnes selon la méthode des Anciens, de Claude Perrault. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les théories esth [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture et des techniques à la Graduate school of design de l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)

Classification

Autres références

«  PERRAULT CLAUDE (1613-1688)  » est également traité dans :

MÉMOIRES POUR SERVIR À L'HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 426 mots
  •  • 1 média

En 1671, l’Académie royale des sciences de Paris fait paraître sans nom d’auteur un imposant volume intituléMémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux. Celui-ci est composé de monographies décrivant chacune une espèce animale, notamment son anatomie interne. Un autre […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Architecture et art de bâtir »  : […] La construction proprement dite constitue l'une des dimensions essentielles de l'œuvre architecturale. Elle est la source de beautés souvent plus faciles à appréhender que celles qui tiennent à l'usage d'éléments décoratifs ou symboliques. Théoricien de l'architecture du xvii e  siècle, Claude Perrault opposait à cet égard les beautés « positives » de la construction aux beautés « arbitraires », s […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « La philosophie des architectes, de Vitruve à Gropius »  : […] Architecture vient du grec archè , le commencement, le commandement, ou le principe, et de tektonikos , le charpentier ou le bâtisseur ; et, comme il advient souvent, la rencontre des deux mots infléchit le sens de chacun pour susciter une acception d'ensemble inattendue : l'archè fait de la « tecture » plus qu'une simple bâtisse. Archè est un supplément. Ce supplément implique-t-il, comme le veut […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'âge classique et la tradition vitruvienne »  : […] La rupture entraînée par la Renaissance n'est pas que théorique. En même temps que l'on redécouvre Vitruve s'affirme en effet une nouvelle figure d'architecte-humaniste dont un Filippo Brunelleschi (1377-1446) constitue l'une des premières incarnations. L'auteur de la coupole de la cathédrale de Florence se pense en effet comme un intellectuel fondamentalement différent des autres acteurs de la p […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Versailles »  : […] Le second classicisme pourrait, en quelque sorte, se symboliser par deux entreprises : la colonnade du Louvre et Versailles . La première, dont la portée a été infiniment moindre, a paru, peut-être à tort, essentielle pour une définition du classicisme français. Colbert, devenu en 1664 surintendant des Bâtiments, y a attaché son nom, non sans dessein de favoriser le Louvre aux dépens de Versailles […] Lire la suite

LOUVRE PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 2 036 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le musée »  : […] Toujours en voie d'achèvement, le Louvre est appelé à une nouvelle destination, non moins symbolique que la précédente : devenir le palais des Arts du royaume. Non seulement l'immense palais renfermait d'importantes collections d'œuvres d'art, mais encore des services administratifs et « culturels ». Dès 1640, l'Imprimerie royale y était installée ; à partir de 1672, ce sont les académies royales […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Redécouverte des ordres antiques et règles modernes »  : […] Le système moderne des ordres résulte d'un compromis entre les prescriptions de Vitruve, l'étude des monuments romains et la recherche de règles idéales, compromis dont la lente élaboration justifie l'appellation « première renaissance » donnée à sa première phase, dont les avatars caractérisent l'effort de normalisation du xvi e  siècle, et qui se stabilise au xvii e autour de deux ou trois règl […] Lire la suite

PERRAULT LES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 547 mots

Le plus célèbre des Perrault reste Charles (1628-1703), contrôleur des Bâtiments et bras droit de Colbert, académicien, chef de file des Modernes et adaptateur probable des fameux Contes , vraisemblablement collectés par son troisième fils. Cet homme illustre est, paradoxalement, encore inconnu pour la partie la plus considérable et la plus amusante de son œuvre : textes autobiographiques ( Mémoir […] Lire la suite

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 314 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'idée »  : […] Dans son discours de réception à l'Académie française, Fénelon (1651-1715) employait, pour traiter des beautés du discours, une métaphore architecturale annonciatrice des commandements de l'architecture rationaliste : « Il ne faut admettre dans un édifice aucune partie destinée au seul ornement, mais visant toujours aux belles proportions, on doit tourner en ornement toutes les parties nécessaires […] Lire la suite

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 759 mots
  •  • 3 médias

Les différentes représentations intellectuelles du vivant reflètent les schèmes conceptuels propres à chaque époque. Celles qui ont été élaborées par Aristote puis par Galien ( ii e  siècle apr. J.-C.) se sont maintenues jusqu'à l'avènement de la science « moderne ». La caractérisation aristotélicienne du vivant – en tant qu'il diffère de l'inanimé par un principe d'animation interne et autonome – […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine PICON, « PERRAULT CLAUDE - (1613-1688) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-perrault/