VIROÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Représentation schématique de la réplication des viroïdes

Représentation schématique de la réplication des viroïdes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher
Crédits : Thierry Candresse/ Inra

photographie

Maladie du rabougrissement apical de la tomate

Maladie du rabougrissement apical de la tomate
Crédits : Thierry Candresse/ INRA

photographie


Découverts au début des années 1970, les viroïdes forment un petit groupe d’agents pathogènes particulièrement originaux. Connus uniquement chez les plantes supérieures, ils sont caractérisés par un très petit génome (environ 250 à 400 nucléotides), dix fois moins important que ceux des plus petits virus. Parmi la trentaine de viroïdes recensés, plusieurs sont responsables de graves maladies chez les plantes.

L’émergence du concept de viroïde

Si plusieurs maladies causées par les viroïdes sont connues depuis la première moitié du xxe siècle, ce n’est que progressivement, à la fin des années 1960, que la compréhension de la structure de ces agents a fait émerger le concept de viroïde. Jusqu’alors, ces maladies étaient considérées comme étant d’origine virale car elles en possédaient de nombreuses propriétés, comme leur transmissibilité mécanique et par greffage, ou encore la faible taille de l’agent causal et l’impossibilité de le cultiver.

Grâce aux travaux de l’Américain Theodor O. Diener sur la maladie des tubercules fusiformes de la pomme de terre, les efforts pour purifier le pathogène en cause allaient apporter de nombreuses surprises. Ainsi, l’agent causal ne se sédimentait pas en ultracentrifugation, ce qui impliquait une taille bien plus petite que celle d’un virus. Il a ensuite été démontré qu’il était sensible aux ribonucléases (enzymes permettant la dégradation de l’ARN) et qu’il se comportait comme un acide nucléique de très faible taille. Enfin, ce petit acide nucléique purifié était infectieux et pouvait induire la maladie en l’absence de tout virus. Toutes ces observations ont finalement conduit, vers 1971, à définir un nouveau groupe d’agents pathogènes appelés viroïdes.

Il est important de souligner à quel point ce concept de viroïde, divergeant nettement des caractéristiques de tous les virus connus, a été novateur à l’époque, et a rencontré des difficultés pour s’imposer au sein de la communauté scientifique. Mais une fois ces propriétés définies et les méthodologies pou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche, UMR 1332 Biologie du fruit et pathologie, INRA et université de Bordeaux

Classification


Autres références

«  VIROÏDES  » est également traité dans :

ARN (acide ribonucléique) ou RNA (ribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 2 763 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des fossiles moléculaires à ARN ? »  : […] Ce qui est réalisable in vitro dans nos laboratoires a-t-il pu se produire il y a 3,8 milliards d'années ? Personne ne peut l'affirmer, mais il est clair que, à partir de toutes ces données, on peut aujourd'hui dessiner le contour d'un hypothétique scénario de ce que furent les étapes clés de l'histoire naturelle du vivant. Certains virus à ARN pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arn-rna/#i_20802

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_20802

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Notion de virus »  : […] Les virus sont les agents d'un grand nombre de maladies, des plus bénignes aux plus graves, affectant tous les êtres vivants multicellulaires, qu'il s'agisse de l'homme (virus de la grippe, des hépatites, de la poliomyélite , de la rage, de la fièvre jaune, etc.), des animaux vertébrés (virus de la peste bovine, porcine, aviaire, de la fièvre aphte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_20802

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry CANDRESSE, « VIROÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroides/