VIROÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symptômes et impact économique

Dans les interactions avec leurs hôtes, les viroïdes montrent des situations extrêmement contrastées. Certains sont totalement latents et ne provoquent aucun dommage. D’autres causent des symptômes plus ou moins graves et sont responsables de maladies chez les plantes. C’est le cas de plusieurs Pospiviroidae qui provoquent de sévères dégâts dans les cultures de tomate ou des maladies comme les tubercules fusiformes de la pomme de terre (Potato spindle tuber viroid, PSTVd), le rabougrissement du chrysanthème (CSVd) ou celui du houblon (Hop stunt viroid, HSVd), etc.

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher

Photographie

La décoloration de ces feuilles de pêcher – qui en juxtaposant des zones vertes et jaunâtres leur donne un aspect de mosaïque (d'où le nom donné à ce type de symptômes) – est ici causée par le PLMVd (Peach latent mosaic viroid), viroïde de la famille des Avsunviroidae.  

Crédits : Thierry Candresse/ Inra

Afficher

Maladie du rabougrissement apical de la tomate

Maladie du rabougrissement apical de la tomate

Photographie

À gauche, on peut observer les effets du viroïde TASVd (Tomato apical stunt viroid), appartenant à la famille des Pospiviroidae, sur un pied de tomate : aspect rabougri de la plante, déformation des feuilles… À droite, pied sain de tomate. 

Crédits : Thierry Candresse/ INRA

Afficher

Les symptômes foliaires les plus typiques sont un « recroquevillement » des feuilles (épinastie) mais on observe aussi, dans certains cas, des décolorations. Les plantes affectées montrent fréquemment une moindre vigueur, voire un nanisme. Des déformations affectant différents organes peuvent également être observées. De façon originale, alors que les symptômes d’infection virale tendent à diminuer chez les plantes avec l’élévation de la température, les symptômes des maladies causées par les viroïdes sont exacerbés par les températures supérieures à 25-28 0C ainsi que par les forts éclairements. Les mécanismes du pouvoir pathogène des viroïdes sont encore très mal connus. Cependant, des études menées depuis les années 2000 suggèrent qu’ils pourraient être une conséquence indirecte de l’action d’un mécanisme de défense des plantes, le RNA silencing ou interférence ARN. On sait en effet que, comme les virus, les viroïdes en sont la cible et que des petits ARN interférents (siRNA) produits par la plante hôte et homologues des viroïdes s’accumulent au cours de l’infection. Dans cette hypothèse, des homologies entre viroïdes et gènes cellulaires conduiraient à ce que certains gènes cellulaires soient également ciblés par ce mécanisme de défense et leur ARN messager dégradé, conduisant à des dérégulations de mécanismes cellulaires et finalement à l’expression de symptômes.

Quoi qu’il en soit, du fait de la sévérité des symptômes qu’ils occasionnent, plusieurs viroïdes sont aujourd’ [...]


Médias de l’article

Représentation schématique de la réplication des viroïdes

Représentation schématique de la réplication des viroïdes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher

Symptômes causés par le viroïde de la mosaïque latente du pêcher
Crédits : Thierry Candresse/ Inra

photographie

Maladie du rabougrissement apical de la tomate

Maladie du rabougrissement apical de la tomate
Crédits : Thierry Candresse/ INRA

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche, UMR 1332 Biologie du fruit et pathologie, INRA et université de Bordeaux

Classification


Autres références

«  VIROÏDES  » est également traité dans :

ARN (acide ribonucléique) ou RNA (ribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 2 763 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des fossiles moléculaires à ARN ? »  : […] Ce qui est réalisable in vitro dans nos laboratoires a-t-il pu se produire il y a 3,8 milliards d'années ? Personne ne peut l'affirmer, mais il est clair que, à partir de toutes ces données, on peut aujourd'hui dessiner le contour d'un hypothétique scénario de ce que furent les étapes clés de l'histoire naturelle du vivant. Certains virus à ARN présentent des motifs catalytiques agissant au cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arn-rna/#i_20802

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau qu’est la « rouille ». Durant l’époque médiévale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_20802

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Notion de virus »  : […] Les virus sont les agents d'un grand nombre de maladies, des plus bénignes aux plus graves, affectant tous les êtres vivants multicellulaires, qu'il s'agisse de l'homme (virus de la grippe, des hépatites, de la poliomyélite , de la rage, de la fièvre jaune, etc.), des animaux vertébrés (virus de la peste bovine, porcine, aviaire, de la fièvre aphteuse, etc.) ou des animaux invertébrés (virus de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_20802

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry CANDRESSE, « VIROÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroides/