VIES DES MEILLEURS PEINTRES, SCULPTEURS ET ARCHITECTES, Giorgio VasariFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre et architecte de la cour du duc de Toscane Côme Ier de Médicis, Vasari d'Arezzo (1511-1574), semble avoir été sollicité dès 1543, par le cercle d'intellectuels fréquentant la maison du cardinal Alexandre Farnèse, pour rédiger des biographies des artistes italiens depuis le renouveau des arts, en raison de sa capacité à « parler en peintre ». Son manuscrit, soumis au lettré Annibale Caro, fut confié à Lorenzo Torrentino, l'imprimeur du duc de Toscane, et parut en 1550, précédé d'une dédicace au duc, le louant du mécénat éclairé qu'il exerce en digne héritier de ses ancêtres Médicis. L'évolution des arts entre 1545 et 1565 environ, les déplacements récents de Vasari dans la péninsule et les informations complémentaires qu'il put réunir sur les jeunes artistes, notamment étrangers, et sur les maîtres anciens, le poussèrent à réécrire en grande partie son ouvrage et à en présenter une version très élargie, publiée à Florence en 1568 par Jacopo Giunti. Par son ampleur historique, le sérieux de sa documentation, sa richesse d'informations techniques, sa verve et la variété de ses portraits d'artistes, l'ouvrage constituait une innovation remarquable : il fut lu, imité et cité pendant des siècles et constitue toujours l'une des sources fondamentales pour la connaissance et l'appréciation des artistes italiens du xive au xvie siècle.

Galerie des Offices, Florence

Galerie des Offices, Florence

photographie

Construit à partir de 1560 par Giorgio Vasari et à l'instigation de Côme Ier de Médicis, le palais des Offices abritait initialement les services de l'administration publique. En 1574, une partie de l'édifice sera transformée en galerie « décorée de peintures, de statues et d'objets... 

Crédits : Gordon Bell/ Shutterstock

Afficher

Une perspective historique triomphale

Les Vies sont une collection de récits qui trouvent leur place, approximativement chronologique, dans un cadre solidement structuré. L'art est si ancien qu'il est vain d'en rechercher les origines, qui se confondent presque avec celles de l'humanité ; il atteint une première perfection dans la Grèce antique et décline progressivement durant les siècles de l'Empire romain. Les « barbares » déferlant sur cet Empire lui portent un coup fatal, et peut-être plus encore le zèle pieux des papes acharnés à éradiquer le paganisme. Des sombres siècles médiévaux où les arts sont en léthargie renaissent, grâce au « climat » toscan, à ses vaillants artistes et à la faveur divine, la bonne architecture, puis la sculpture et enfin la peinture, grâce à Cimabue. Le renouveau s'opère en trois étapes, selon l'édition de 1550, quatre selon celle de 1568. Les premières lumières des pionniers du xive siècle, qui retrouvent avec Giotto la voie de l'observation et de l'imitation de la nature ; la formulation des bonnes règles au Quattrocento (ordre, par la perspective ; mesure, par l'étude des proportions des corps ; dessin, par l'exercice d'après le modèle vivant et l'étude des antiques) : Masaccio en est la figure inaugurale et Pérugin, puis Signorelli, les figures conclusives ; l'âge de la perfection au début du xvie siècle, atteinte grâce à la triade Léonard, Michel-Ange, Raphaël, à laquelle s'ajoutera Titien ; enfin les épigones et les maîtres au lendemain du sac de Rome (1527) montrent la diversité des voies possibles après ces exemples insurpassables. Le divin Michel-Ange, seul artiste vivant auquel était consacrée une biographie, la dernière, dans l'édition torrentina est suivi, dans la giuntina, par des écoles et divers groupes et c'est l'autobiographie de Vasari qui clôt le recueil dans sa version définitive. Dans cette vaste fresque, la priorité florentine est sans cesse affirmée au prix d'injustices à l'égard des Siennois et des Romains du Trecento, de Venise et des centres d'Italie du Nord pour les siècles suivants. Vasari ne cesse en effet d'affirmer l'importance capitale de mécènes généreux et de protecteurs éclairés qui fournissent aux artistes les occasions de montrer leur virtù (leur caractère) et de rivaliser d'inventivité : les Médicis sont intimement liés à cette histoire, qui est aussi un éloge politique et un témoignage de reconnaissance personnelle

Des biographies d'un type nouveau

Vasari combine de façon plaisante et variée des récits sur les artistes qu'il veut soustraire à l'oubli (leurs origines et leurs maîtres, leurs amitiés, leurs compagnonnages, leurs voyages et les commandes reçues) et des catalogues plus ou moins nourris d'œuvres, dont certaines font l'objet d'évocations enthousiastes sur le mode de l'ekphrasis (description éloquente), comme si les protagonistes et les lieux en étaient réels. Grâce à un réseau d'informateurs et à des « interviews » de témoins âgés, à l'exploration qu'il fait des archives et des inscriptions funéraires, à sa propre collection de dessins de maîtres, il n'est que rarement en défaut quant aux attributions et à la chronologie relative des réalisations. Il porte sur les œuvres un regard technique, rendant à chacun son apport spécifique. Sur le modèle des recueils de nouvelles toscanes, de Boccace à Bandello, ces vies sont aussi des « caractères », illustrant la diversité des tempéraments, des curiosités et des passions, des qualités et des défauts. Le ton pompeux de la louange alterne avec la gaieté, le pittoresque et la capacité à nous faire revivre des personnages et leurs destins.

Les goûts et les convictions d'un maniériste éclectique

Dans les chapitres introductifs aux Vies, qu'il s'agisse du débat sur la primauté des différents arts (résumé de l'enquête d'un membre de l'Académie florentine, Benedetto Varchi, auprès des artistes) ou des exposés sur les diverses techniques artistiques, l'accent est sans cesse mis sur la supériorité des aspects intellectuels, sur la subtilité de la conception, l'ingéniosité créative, la profondeur des idées symbolisées et des émotions véhiculées. Le dessin, père des trois arts, se révèle double : disegno interno qui n'est autre que l'image de l'œuvre à venir dans l'esprit de l'artiste, avatar de la pensée néo-platonicienne, et le disegno esterno, traduction de ce concept sur le papier par la main exercée qui obéit à cette injonction mentale.

Mais le second moment de l'art est celui de l'observation de la nature : l'esquisse est confrontée à l'étude du modèle vivant. Le but de l'art est l'illusion de la réalité, la fidélité et la ressemblance, et Vasari admire tous les progrès accomplis dans les procédés artistiques qui l'ont favorisé, comme l'invention de la peinture à l'huile attribuée à « Jean de Bruges » (Van Eyck). En peintre qui, comme il le dit lui-même, n'a cessé de relever des défis à la limite de l'impossible par l'ampleur et les délais impartis, Vasari admire chez les autres la prouesse, la virtuosité, l'ardeur et la fécondité, et il reprend à son compte l'idéal de la sprezzatura, la trompeuse aisance, que Baldassare Castiglione conseillait en tout à son Courtisan. Vasari est en effet un artiste de cour et cette situation, si elle lui a paru parfois éprouvante, a agi sur lui comme un perpétuel aiguillon, le poussant à démontrer son talent et à « stupéfier » par des œuvres jamais vues. Les Vies sont ainsi un monument à sa propre gloire et à la gloire d'artistes présentés comme des êtres exceptionnels.

—  Martine VASSELIN

Bibliographie

G. Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, éd. critique sous la dir. d'A. Chastel, 12 vol., Berger-Levrault, Paris, parus de 1981 à 1989.

※ Études

T. S. R. Boase, Giorgio Vasari, the Man and the Book, Princeton Univ. Press, 1971

L. Collobi Ragghianti, Il Libro de'disegni del Vasari, 2 vol., Florence, 1974

R. Le Mollé, Georges Vasari et le vocabulaire de la critique d'art dans les « Vite », université de Grenoble-III, 1989

Z. Wazbinski, Vasari et son histoire des arts du dessin. À la source de la biographie artistique moderne, Université de Torun, Pologne, 1972.

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  VIES DES MEILLEURS PEINTRES, SCULPTEURS ET ARCHITECTES, Giorgio Vasari  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architecture bénéficier, dès l'origine de l'invention de l'imprimerie, du principa […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Biographie et norme »  : […] C'est en effet au xvi e siècle que tous ces aspects de la littérature artistique, récits anecdotiques, répertoires d'œuvres, augmentés d'une certaine attention aux données techniques et solidement encadrés dans une vision évolutive et « progressiste », vont converger pour susciter la première histoire de l'art proprement dite : les Vite de' più eccelenti pittori , scultori e architettori , publié […] Lire la suite

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le regard du peintre : l'autoportrait « situé » »  : […] Dans ses Vite ( Vies des peintres illustres ...), Vasari attire notre attention sur un autre procédé, inauguré par Giotto dans les fresques de l'Annunziata de Gaète (1333), où l'on pouvait voir « sa propre figure au pied d'un grand crucifix splendide ». Ce type d'autoportrait dit in assistenza ou situé, c'est-à-dire intégré à une scène religieuse ou profane, en dépit parfois de toute vraisemblan […] Lire la suite

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xv e  siècle, les premières notice […] Lire la suite

VASARI GIORGIO (1511-1574)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 3 248 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un artiste officiel »  : […] Né à Arezzo, fils d'artisan et petit-fils d'un potier (d'où son nom), Lazzaro Vasari – auquel il consacrera une intéressante biographie –, Giorgio Vasari fut élève de Rosso et de Bandinelli ; il reçut aussi des leçons du maître verrier français Guillaume de Marcillat. Mais son désir de faire carrière le pousse à copier les œuvres des maîtres à Florence puis à Rome, où il se rend dès 1531. Il rech […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « VIES DES MEILLEURS PEINTRES, SCULPTEURS ET ARCHITECTES, Giorgio Vasari - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vies-des-meilleurs-peintres-sculpteurs-et-architectes/