KAHN GUSTAVE (1859-1936)

Le critique d'art et poète Gustave Kahn, ami de Jules Laforgue et disciple de Mallarmé, eut un rôle important au sein du mouvement symboliste. Après des études de lettres et d'histoire à la Sorbonne et à l'École des chartes, il effectue son service militaire en Tunisie ; on retrouvera souvent dans son œuvre le décor et l'atmosphère de l'Orient.

À partir de 1886, il dirige La Vogue, où sont publiés des manifestes et des productions symbolistes. Lui-même, dans la préface de ses Palais nomades (1887), prône la théorie du vers libre dont la double ambition est de permettre des recherches musicales plus complexes et, d'autre part, d'« écrire son rythme propre et individuel au lieu d'endosser un uniforme taillé d'avance et qui [...] réduit à n'être que l'élève de tel glorieux prédécesseur ». Ce recueil poétique ainsi que les suivants : Chansons d'amant (1891), La Pluie et le Beau Temps (1895), Limbes de lumière (1895), Le Livre d'images (1897), témoignent d'une langue originale au service d'une poésie fluide, ondoyante et coloriée ; termes rares, néologismes, périphrases, alliances de mots, métaphores personnelles juxtaposent concret et abstrait (état d'âme et décor).

À partir de 1893, il s'oriente vers le journalisme et la critique d'art : il écrit des biographies telles que Boucher (1905), Rodin (1906), Fragonard (1907), Fantin-Latour (1926), faisant la part belle aux hommes de sa propre école avec Symbolistes et Décadents (1902), Silhouettes littéraires (1925), Les Origines du symbolisme (1939).

Gustave Kahn a aussi écrit des romans résolument modernistes (L'Adultère sentimental, Les Petites Âmes pressées, etc.) et a cultivé le genre mixte : La Pépinière du Luxembourg (poésie-théâtre), Le Conte de l'or et du silence (poésie-roman). Les plus originales parmi ses dernières œuvres sont des contes à sujet juif ou oriental : Contes juifs (1926), Vieil Orient, Orient neuf (1928), Terre d'Israël (1933), ayant leur source dans la vague de persécutions antisémites qui affectèrent très péniblement l'écrivain.

—  France CANH-GRUYER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KAHN GUSTAVE (1859-1936)  » est également traité dans :

LAFORGUE JULES (1860-1887)

  • Écrit par 
  • Gérard PRÉVOT
  •  • 978 mots

Dans le chapitre « Devenir légendaire »  : […] que sa famille rejoint Tarbes, se livre à d'humbles travaux de copie pour Charles Ephrussi, directeur de la Gazette des beaux-arts. Il se lie d'amitié avec Charles Cros, Maurice Rollinat et Paul Bourget. Il collabore à quelques petites revues et correspond avec Gustave Kahn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-laforgue/#i_2851

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La figure du lecteur »  : […] le poète décadent par excellence parce qu'il est mort en 1887 – et le directeur du Symboliste, en 1886, son ami Gustave Kahn publie son œuvre posthume. À l'exception d'Anatole Baju, objet de condescendance générale, qui en 1888 ressuscite Le Décadent, journal de 1886-1887, tout se passe comme si les décadents entraient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_2851

VERS LIBRE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 682 mots

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/#i_2851

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « KAHN GUSTAVE - (1859-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-kahn/