VÉRITÉ (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle approche de la réalité

Avec Galilée (1564-1642) et la naissance de la science moderne, la défiance à l’égard du monde sensible prend une nouvelle tournure. Il appartient à René Descartes (1596-1650) de fournir à cette science galiléenne le socle philosophique dont elle a besoin. Comme l’avait fait Socrate, Descartes va conduire un doute radical, une première fois dans son Discours de la méthode en 1637, une seconde fois dans ses Méditations métaphysiques en 1641. Il y résume ainsi son parcours : « Il y a déjà longtemps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés ne pouvait être que fort douteux et incertain. » Mais, à la différence de Socrate, Descartes doute afin de mettre à jour une vérité première indubitable. Il l’obtiendra grâce au « Cogito ergo sum (Je pense donc je suis) », qui échappe à toute suspicion, dans la mesure où douter que l’on pense c’est encore penser. Ce principe premier sera le fondement d’une nouvelle théorie de la connaissance.

Mais, en rendant indubitable le « Je pense », René Descartes accentue en retour le caractère incertain de nos perceptions. Celles-ci ne sont plus que « subjectives ». Si je ne peux en aucun cas douter que j’ai froid au moment où j’ai froid, rien ne m’autorise à relier cette impression à une réalité extérieure. Je peux aussi trembler de froid dans mes rêves. Le monde sensible que Platon avait voulu « sauver », suivant ses propres termes, en en faisant la copie imparfaite du monde intelligible, perd cet ancrage dans l’édifice cartésien. Cheminant dans les pas de la physique de Galilée, René Descartes va confier aux sciences objectives le soin de décrire une réalité extérieure désormais sans lien avec nos impressions sensibles. La « vérité » change de statut : elle est bien adéquation, mais cette fois adéquation entre des équations bâties par l’intellect et des mesures expérimentales qui corroborent nos calculs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25-29 juin 1990 Zambie. Émeutes contre la vie chère

Du 25 au 27, des émeutes éclatent à Lusaka après le doublement du prix de la farine de maïs, nourriture de base de la population. Les affrontements font au moins vingt-six morts. La « vérité des prix » a été demandée par le F.M.I. pour assainir l'économie du pays, pratiquement en ruine et paralysée par une dette extérieure de 7 milliards de dollars et une inflation annuelle de plus de 50 p. […] Lire la suite

1er-16 janvier 1987 France. Maintien de la politique de rigueur salariale face aux mouvements de grève

Le 7, tandis que Jacques Toubon appelle les usagers à protester contre la poursuite des grèves, Raymond Barre, invité de l'émission d'Antenne 2 L'Heure de vérité, déclare soutenir le gouvernement dans son refus de remettre en cause la politique salariale dans le secteur public, mais l'invite toutefois à pratiquer davantage le « nécessaire dialogue ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VÉRITÉ (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-notions-de-base/