VATICAN (IIe CONCILE DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'assemblée et ses conditions de fonctionnement

Sur les 2 778 convoqués (80 cardinaux, 7 patriarches, 1 619 archevêques et évêques résidentiels, 975 évêques titulaires, 97 supérieurs religieux), 2 500 environ assistèrent à la première séance solennelle et 2 399 à la dernière ; la présence moyenne évolua entre 2 100 et 2 300. L'assemblée, qui était encore très européenne lors du Ier concile du Vatican, frappait cette fois par sa « massivité mondiale » (A. Dupront) et par le poids des jeunes Églises (Europe occidentale : 33 p. 100 ; Amérique du Nord : 13 p. 100 ; Amérique latine : 22 p. 100 ; Afrique noire : 10 p. 100 ; monde arabe : 3,5 p. 100 ; Asie : 10 p. 100 ; Océanie : 2,5 p. 100), mais les pays du bloc communiste étaient relativement peu représentés.

Ces hommes de culture et de mentalité très diverses, représentant une grande variété de traditions ecclésiastiques et de familles spirituelles, se regroupèrent progressivement entre ce qu'on appela la « majorité » et la « minorité ». La première était loin de former un bloc monolithique, et les différences de tempérament, de formation théologique et de préoccupations provoquèrent à plusieurs reprises des affrontements en son sein, mais, encouragée par la conscience d'être dans la ligne voulue par Jean XXIII, elle était surtout sensible aux réalités du monde et aux nécessités de l'adaptation, ouverte au dialogue œcuménique, dont beaucoup firent la découverte au cours du concile, marquant ses préférences pour une théologie pastorale renouvelée au contact de l'Écriture, plus préoccupée de l'efficience concrète des décisions à prendre que des précisions doctrinales, et généralement méfiante à l'égard d'une centralisation excessive de l'autorité dans l'Église. La seconde, comptant parmi ses leaders les personnalités les plus importantes de la curie romaine et représentée surtout dans les « pays de chrétienté » (Italie, Espagne, Amérique latine), était attachée avant tout à la stabilité de l'Église et à son caractère monarchique, sensible aux risques inhérents à tout changeme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le cardinal Suenens

Le cardinal Suenens
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jean XXIII

Jean XXIII
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VATICAN DEUXIÈME CONCILE DU (1962-1965)  » est également traité dans :

DEUXIÈME CONCILE DU VATICAN

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 196 mots
  •  • 1 média

Le 25 janvier 1959, le pape Jean XXIII annonce son intention de réunir un concile œcuménique auquel il assigne deux buts, une adaptation (mise à jour, aggiornamento) de l'Église à un monde en pleine mutation et le retour à l'unité des chrétiens. Le travail des commissions préparatoires conduit à l'ou […] Lire la suite

AGGIORNAMENTO

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Mot italien choisi par le pape Jean XXIII pour désigner l'un des trois objectifs qu'il assignait au concile dont il avait annoncé officiellement, le 25 janvier 1959, la réunion prochaine : la modernisation de l'Église catholique (ou «  aggiornamento  »), son ouverture aux autres Églises (œcuménisme), son ouverture au monde. Le terme avait été choisi à dessein, pour en éviter d'autres, en premier […] Lire la suite

ALFRINK BERNARD JAN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Kees MIDDELHOFF
  •  • 2 114 mots

Archevêque d'Utrecht pendant les tumultueuses années soixante, le cardinal Bernard Jan Alfrink fut l'initiateur de l'idée de collégialité lors du II e  concile du Vatican. Président international de Pax Christi, il restera celui dont l'élimination par Rome fut, selon Hans Küng, le scandale du xx e  siècle. Né, d'un père menuisier, dans un milieu catholique minoritaire de Nijkerk (en dialecte « nou […] Lire la suite

ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 5 274 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retrait des architectes »  : […] Une autre tendance apparaît dans l'architecture religieuse française de l'après-guerre, dont les maîtres d'œuvre feront, pendant quelques années, leur véritable credo : l'ascèse. Vécue comme une démission des architectes et du clergé, cette attitude a, il est vrai, été portée par certains jusqu'à son paroxysme, soit la disparition totale de l'édifice, l'acte de prier n'étant plus désormais que le […] Lire la suite

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927- ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 140 mots

Le cardinal allemand Joseph Alois Ratzinger a été élu pape le 19 avril 2005 , pour succéder à Jean-Paul II sous le nom de Benoît XVI, nom qu'il a lui-même choisi, comme le veut la tradition. Son pontificat a été interrompu par l'annonce inattendue, le 11 février 2013, de sa démission motivée par le constat de son incapacité, due à une extrême faiblesse, à poursuivre son ministère. Cette renonciati […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] Depuis l'Antiquité chrétienne, le fait biblique considéré du point de vue quantitatif ou littéraire avait été limité au problème disciplinaire puis dogmatique du canon des Écritures. La Bible ne fut en effet longtemps que la somme organique des livres dont la « liste », ou canon , s'était trouvée définie par l'Église. À partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règle de foi », le texte l […] Lire la suite

CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 889 mots

Peter Hebblethwaite, biographe des grands pontifes du xx e  siècle, disait que Jean XXIII avait été le premier pape « chrétien » (au sens évangélique) tandis que Paul VI aurait été le premier pape moderne. Helder Câmara, ou dom Helder, comme il était généralement nommé, a été moderne et chrétien en même temps. Il est devenu le symbole même du renouveau social du catholicisme brésilien et latino-a […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite

CARDINAUX COLLÈGE DES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 370 mots

Électeurs exclusifs du pape depuis le III e  concile du Latran de 1179 (can. 1), les cardinaux (du latin cardo , gond) sont devenus et demeurent, selon le Code actuel de droit canonique, « le sénat du pontife romain : ils l'assistent comme ses principaux conseillers et aides dans le gouvernement de l'Église » (can. 230). Contrairement à l'épiscopat, au presbytérat ou au diaconat, qui remontent aux […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Après le deuxième concile du Vatican »  : […] L'importance du deuxième concile du Vatican dans l'évolution générale du catholicisme est difficile à mesurer. Accueilli en 1958 comme un « pape de transition », Jean XXIII ne tarda pas à donner un style nouveau à l'exercice de l'autorité pontificale. Ses deux encycliques, Mater et Magistra (1961) et Pacem in terris (1962), reprenaient et complétaient les enseignements de Pie XII sur les problè […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger AUBERT, « VATICAN (IIe CONCILE DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vatican-iie-concile-du/