VATICAN (IIe CONCILE DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déroulement du concile

Le IIe concile du Vatican comporta quatre sessions, d'une durée de deux à trois mois chaque automne de 1962 à 1965, mais l'historien doit tenir compte également de l'activité moins spectaculaire qui se poursuivait à Rome (et parfois au dehors) durant le reste de l'année. Comme l'a relevé, en effet, un témoin lucide et particulièrement bien informé, J. Grootaers, « Vatican II a connu un certain nombre de moments charnières qui se situaient généralement durant les périodes entre les sessions conciliaires, en l'absence donc des évêques, de la masse des experts et de représentants de la presse, à des moments où certains hommes de la curie avaient le sentiment qu'ils allaient (temporairement) reprendre la situation en main. L'atmosphère romaine de ces intersessions a souvent permis d'isoler les représentants de la majorité conciliaire et d'amender les textes dans un sens restrictif. Le cardinal Cicognani, qui cumulait les fonctions de secrétaire d'État avec celles de président de la commission de coordination, a exercé une influence considérable à cet égard, sans éviter une certaine confusion entre ses différentes fonctions. »

L'ouverture et la première session (11 oct.-8 déc. 1962)

Jean XXIII inaugura le concile par un discours qui fit sensation, mettant en garde contre la tentation intégriste de multiplier les condamnations et rappelant la perspective unioniste qui devait caractériser ce concile pastoral (perspective que plusieurs commissions préparatoires avaient perdue de vue au point de refuser de prendre l'avis du Secrétariat pour l'unité). Deux jours plus tard, à la première congrégation générale, au moment où l'on s'apprêtait à élire les membres des commissions conciliaires d'après des listes préparées par la curie, le cardinal Liénart, soutenu par les cardinaux Frings et Alfrink, demanda l'ajournement du vote afin de permettre aux évêques de se concerter, ce qui permit d'avoir des commissions beaucoup plus représentatives des tendances profondes de l'assemblée.

Du 22 octobre au 13 novembre, on discuta le schéma sur la liturgie, l'un des rares qui avaient été rédigés dans une perspective de renouveau. En dépit d'un certain nombre de critiques de la part de ceux qui craignaient les innovations, ses orientations générales furent approuvées le 14 novembre par 2 162 voix contre 46, ce qui permit de se rendre compte de la tendance générale de la « majorité silencieuse ».

On aborda alors un deuxième schéma, sur « les sources de la Révélation », qui était inspiré par une conception étroite et notionnelle de la tradition dogmatique, se révélait de nature à heurter profondément les Églises de la Réforme et, en ce qui concerne l'Écriture sainte, marquait une régression par rapport à l'encyclique Divino afflante. L'ampleur de l'opposition qu'il souleva fut une surprise, et, après huit jours, 1 368 Pères contre 822 se prononcèrent pour la remise du texte en chantier sur de nouvelles bases. Bien qu'il manquât une centaine de voix pour avoir la majorité requise des deux tiers, le pape décida de renvoyer le schéma à une commission mixte, où, à côté de la commission théologique, dominée par le Saint-Office, le Secrétariat pour l'unité, ignoré jusqu'alors par cette commission, serait présent à égalité.

Après un rapide examen de deux schémas médiocres sur les mass media et sur l'union avec les orientaux, on aborda le 1er décembre le schéma sur l'Église qui était le meilleur de ceux qu'avait préparés la commission théologique, mais qui, sur plusieurs points fondamentaux, était loin de donner satisfaction. Il fut l'occasion non seulement de propositions de refonte, mais aussi d'interventions (notamment des cardinaux Léger, Suenens et Montini) invitant à repenser tout le plan du concile dans la perspective d'un « concile pour le monde ».

Le cardinal Suenens

Photographie : Le cardinal Suenens

Le cardinal Léon-Joseph Suenens (1904-1996, à droite), figure éminente de l'Église de Belgique, et le pape Paul VI, à Saint-Pierre de Rome, en 1963. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Au terme de la première session, il avait été décidé que les schémas seraient ramenés de soixante-dix à vingt, de nombreuses questions techniques étant renvoyées à la commission créée pour la réforme du droit canonique ; que les schémas restants seraient repris par les commissions afin d'être adaptés à l'esprit conciliaire tel que l'avait défini Jean XXIII ; et qu'une nouvelle commission de coordination, où les Pères étrangers à la curie étaient en majorité, serait chargée de stimuler et de contrôler ce travail d'adaptation. Dès la fin de la session, les diverses commissions, et bientôt les sous-commissions, se mirent au travail et celui-ci [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le cardinal Suenens

Le cardinal Suenens
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jean XXIII

Jean XXIII
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VATICAN DEUXIÈME CONCILE DU (1962-1965)  » est également traité dans :

DEUXIÈME CONCILE DU VATICAN

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 196 mots
  •  • 1 média

Le 25 janvier 1959, le pape Jean XXIII annonce son intention de réunir un concile œcuménique auquel il assigne deux buts, une adaptation (mise à jour, aggiornamento) de l'Église à un monde en pleine mutation et le retour à l'unité des chrétiens. Le travail des commissions préparatoires conduit à l'ou […] Lire la suite

AGGIORNAMENTO

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Mot italien choisi par le pape Jean XXIII pour désigner l'un des trois objectifs qu'il assignait au concile dont il avait annoncé officiellement, le 25 janvier 1959, la réunion prochaine : la modernisation de l'Église catholique (ou «  aggiornamento  »), son ouverture aux autres Églises (œcuménisme), son ouverture au monde. Le terme avait été choisi à dessein, pour en éviter d'autres, en premier […] Lire la suite

ALFRINK BERNARD JAN (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Kees MIDDELHOFF
  •  • 2 114 mots

Archevêque d'Utrecht pendant les tumultueuses années soixante, le cardinal Bernard Jan Alfrink fut l'initiateur de l'idée de collégialité lors du II e  concile du Vatican. Président international de Pax Christi, il restera celui dont l'élimination par Rome fut, selon Hans Küng, le scandale du xx e  siècle. Né, d'un père menuisier, dans un milieu catholique minoritaire de Nijkerk (en dialecte « nou […] Lire la suite

ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 5 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retrait des architectes »  : […] Une autre tendance apparaît dans l'architecture religieuse française de l'après-guerre, dont les maîtres d'œuvre feront, pendant quelques années, leur véritable credo : l'ascèse. Vécue comme une démission des architectes et du clergé, cette attitude a, il est vrai, été portée par certains jusqu'à son paroxysme, soit la disparition totale de l'édifice, l'acte de prier n'étant plus désormais que le […] Lire la suite

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927- ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 140 mots

Le cardinal allemand Joseph Alois Ratzinger a été élu pape le 19 avril 2005 , pour succéder à Jean-Paul II sous le nom de Benoît XVI, nom qu'il a lui-même choisi, comme le veut la tradition. Son pontificat a été interrompu par l'annonce inattendue, le 11 février 2013, de sa démission motivée par le constat de son incapacité, due à une extrême faiblesse, à poursuivre son ministère. Cette renonciati […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] Depuis l'Antiquité chrétienne, le fait biblique considéré du point de vue quantitatif ou littéraire avait été limité au problème disciplinaire puis dogmatique du canon des Écritures. La Bible ne fut en effet longtemps que la somme organique des livres dont la « liste », ou canon , s'était trouvée définie par l'Église. À partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règle de foi », le texte l […] Lire la suite

CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 889 mots

Peter Hebblethwaite, biographe des grands pontifes du xx e  siècle, disait que Jean XXIII avait été le premier pape « chrétien » (au sens évangélique) tandis que Paul VI aurait été le premier pape moderne. Helder Câmara, ou dom Helder, comme il était généralement nommé, a été moderne et chrétien en même temps. Il est devenu le symbole même du renouveau social du catholicisme brésilien et latino-a […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite

CARDINAUX COLLÈGE DES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 370 mots

Électeurs exclusifs du pape depuis le III e  concile du Latran de 1179 (can. 1), les cardinaux (du latin cardo , gond) sont devenus et demeurent, selon le Code actuel de droit canonique, « le sénat du pontife romain : ils l'assistent comme ses principaux conseillers et aides dans le gouvernement de l'Église » (can. 230). Contrairement à l'épiscopat, au presbytérat ou au diaconat, qui remontent aux […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Après le deuxième concile du Vatican »  : […] L'importance du deuxième concile du Vatican dans l'évolution générale du catholicisme est difficile à mesurer. Accueilli en 1958 comme un « pape de transition », Jean XXIII ne tarda pas à donner un style nouveau à l'exercice de l'autorité pontificale. Ses deux encycliques, Mater et Magistra (1961) et Pacem in terris (1962), reprenaient et complétaient les enseignements de Pie XII sur les problè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Réputé conservateur, il veut toutefois « affirmer avec force la décisive volonté de poursuivre l'engagement de la réalisation du concile Vatican II » qui fut celui de l'aggiornamento de l'Église catholique. Son élection suscite néanmoins des inquiétudes dans les milieux chrétiens progressistes. Le 24, Benoît XVI célèbre la messe d'inauguration de son pontificat sur la place Saint-Pierre devant trois cent cinquante mille fidèles. […] Lire la suite

30 décembre 1993 Israël – Vatican. Signature d'un « accord fondamental » qui vaut reconnaissance mutuelle

Israël et le Vatican signent un « accord fondamental » qui prévoit la normalisation des relations entre les deux États et, surtout, l'échange d'ambassadeurs d'ici à quatre mois, ce qui équivaut à une reconnaissance mutuelle. Dès le vote du partage de la Palestine, à l'O.N.U., en 1947, le Vatican s'était prononcé en faveur de l'« internationalisation » des Lieux saints ; dès la première guerre qui avait suivi l'instauration de l'État juif, le Vatican avait défendu les droits des Palestiniens ; le Saint-Siège avait ouvert le dialogue avec les juifs à la faveur du concile de Vatican II (1962-1965) qui prônait l'abandon des stéréo-types tels que « peuple déicide » ; l'« État d'Israël » a été pour la première fois évoqué par un pape, en l'occurrence Jean-Paul II, en octobre 1980 ; en juillet 1992, enfin, a été instaurée une commission bilatérale qui a préparé le rapprochement entre le Vatican et Jérusalem. […] Lire la suite

6-13 juin 1988 U.R.S.S. Célébration du millénaire de l'Église orthodoxe russe

Le concile est également l'occasion de poser ouvertement la question de l'Église catholique ukrainienne de rite oriental, dite uniate (parce qu'unie à Rome) et rattachée de force à l'Église orthodoxe en 1946 par Staline. Le 8, le cardinal Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, arrive à Moscou pour participer, avec de nombreux autres prélats chrétiens, à la célébration du millénaire du baptême du grand-prince Vladimir, événement fondateur du christianisme en Russie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger AUBERT, « VATICAN (IIe CONCILE DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vatican-iie-concile-du/