TYROL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Type de l'État routier (Passtaat), à cheval sur les Alpes et formé autour des cols, le Tyrol est l'articulation centrale de l'Autriche. Entré précocement dans les domaines des Habsbourg (1363), puis largement étendu sur le versant méridional (1803-1919), il a été démembré à la suite de la Première Guerre mondiale, par la cession à l'Italie du Südtirol (Haut-Adige), comptant 7 400 kilomètres carrés. Le Land Tirol actuel (12 648 km2, 686 410 habitants en 2004) se compose de deux parties, privées de communication directe : le Nordtirol (10 628 km2) et l'Osttirol (2 020 km2).

Autriche : carte administrative

Carte : Autriche : carte administrative

Carte administrative de l'Autriche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le Tyrol septentrional est un long couloir, parcouru par la vallée de l'Inn, profondément enfoncée entre deux masses montagneuses. Les Alpes calcaires du nord séparent le Tyrol de l'Allemagne et commencent, à l'ouest, par le massif pastoral de l'Allgäu. Au-delà de la vallée du Lech, orientée vers la Bavière, la barrière s'épaissit et s'élève, dans la Zugspitze (2 962 m), les Karwendel et le Kaisergebirge. Le volet méridional est beaucoup plus redressé et compact. Le groupe de la Silvretta, qui forme la frontière avec la Suisse, est relayé par le bastion de l'Ötztal (3 774 m), qui garde de nombreux glaciers et qu'entaillent de sauvages vallées (Ötztal, Pitztal), animées par le tourisme, puis par les Alpes de Stubai. Plus à l'est, le relief reste très rude dans le château d'eau cristallin des Alpes du Zillertal. Il ne s'atténue que dans les Alpes de Kitzbühel, aux sommets couverts d'opulents pâturages et qui sont le paradis des skieurs.

Une forte émigration montagnarde a concentré la population, de dialecte bavarois, dans la vallée de l'Inn. C'est un couloir de 150 kilomètres de longueur, surcreusé en auge par les glaciers et dominé abruptement par les montagnes qui l'encadrent. L'Inn s'en échappe, vers le plateau bavarois, par la cluse de Kufstein. Zone de passage, très anciennement peuplé et défriché, surtout sur les terrasses ondulées du Mittelgebirge qui en ourlent les bords, le sillon de l'Inn est fortement humanisé en gros villages et en bourgades. Réchauffé par le föhn, c'est une zone sèche (750-800 mm de pluie) et ensoleillée, où mûrissent la vigne et le maïs. L'amont (Oberinntal), sur lequel débouchent des vallées affluentes suspendues, est plus étroit, encombré de cônes de déjection. Ses habitants vivent du tourisme, de l'élevage et de l'industrie textile. L'aval (Unterinntal), au-delà d'Innsbruck, est plus large, plus riant, pourvu de ressources minérales (sel, métaux non ferreux) qui ont enraciné une ancienne tradition industrielle, vivifiée par une abondante houille blanche. La métallurgie, la construction mécanique, le textile, l'optique, l'électrochimie et l'électrométallurgie, ainsi que le ciment, la verrerie et la céramique animent un chapelet de petites villes dont les plus actives sont Hall, Schwaz, Rattenberg et Wörgl.

Innsbruck (116 881 hab. en 2006), la plus grande ville alpine d'Autriche, exploite depuis l'époque romaine une situation de carrefour vers l'Arlberg, vers la Bavière et, surtout, vers l'Italie par le Wipptal qui unit, à travers le col du Brenner (1 374 m), les bassins de la Sill et de l'Adige. Capitale politique, nœud de communications, centre touristique, industriel et universitaire, Innsbruck est une cité dynamique.

Le Tyrol oriental, qui regarde vers l'est, est le domaine de la haute Drave (Pustertal) et de son affluent l'Isel, ainsi que du Gail supérieur (Lesachtal). Étirées entre le revers méridional de l'Ötztal et la muraille des Dolomites et des Alpes carniques, ces vallées ont souffert du démembrement politique qui a réduit leur rôle de jonction entre la Carinthie et le Tyrol du Sud, par le seuil de Toblach (Dobbiaco). Leur vie, plus traditionnelle que dans l'Inntal, est centrée autour de la petite capitale de Lienz (12 100 hab. en 2006).

L'économie tyrolienne demeure rurale, avec un peu de cultures de céréales, de vigne, de pommes de terre, contre une majorité de prairies, d'alpages et de forêts. La région est essentiellement vouée à l'élevage. À côté du tourisme, l'industrie, diversifiée, arrive en tête grâce à un important potentiel hydro-électrique et à l'abondance de la main-d'œuvre venue des montagnes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TYROL  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La Ière République, 1918-1934 »  : […] Dans les quelques semaines qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale, les principaux peuples de l'empire des Habsbourg ayant créé des États successeurs sur des bases prétendument nationales, il ne restait plus aux Allemands d'Autriche qu'à se déterminer eux-mêmes. Les décisions prises par l'Assemblée nationale provisoire, le 30 octobre 1918, autorisent la constitution de ce nouvel État ; n […] Lire la suite

BOLZANO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 544 mots

Bolzano (en allemand Bozen) est, depuis 1927, le chef-lieu de la province de Bolzano-Bozen, dans la région du Trentin-Haut-Adige (Italie du Nord). La ville est située à la jonction du Talvera (Talfer) et de l'Isarco (Eisach), juste au nord-est de leur confluence avec l'Adige, au nord de Trente. Elle est entourée sur trois côtés par des montagnes et donne vers le sud sur une plaine inondable consac […] Lire la suite

HOFER ANDREAS (1767-1810)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 304 mots

Patriote tyrolien, fusillé à Mantoue sur ordre de Napoléon. Aubergiste comme son père, Andreas Hofer prend part aux guerres contre la Révolution comme capitaine de la milice. Après le transfert du Tyrol à la Bavière, il prend la tête de l'agitation contre le gouvernement bavarois, allié de Napoléon. L'agitation n'est pas seulement fomentée par Vienne, mais par le clergé, surtout par les moines, en […] Lire la suite

HORMAYR JOSEPH baron von (1782-1848)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 276 mots

Historien et homme d'État autrichien. Entré à la chancellerie d'Autriche en 1801, Hormayr parvient deux ans plus tard au poste de secrétaire ( Hofsekretär ) et devient directeur des Archives d'État ( Haus, Hof und Staatsarchiv ). Pendant l'insurrection tyrolienne de 1809 contre l'occupant bavarois, il prend la tête du parti autrichien qui s'appuie sur le loyalisme de la population envers les Habsb […] Lire la suite

INNSBRUCK

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 507 mots
  •  • 1 média

Capitale du Tyrol autrichien, Innsbruck est, avec Grenoble, la seule grande ville de l'intérieur des Alpes. Elle est établie à 574 mètres d'altitude, là où le cône de déjections très aplati de la Sill, descendue de la région du Brenner, plaque le cours impétueux de l'Inn contre le rebord escarpé des Préalpes calcaires septentrionales, fixant un point de franchissement permanent. Ce site de pont, t […] Lire la suite

MINORITÉS DROIT DES

  • Écrit par 
  • Yves PLASSERAUD
  •  • 11 211 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Droit des minorités et relations bilatérales »  : […] Un souci d'efficacité a amené certains États centre-européens à recourir à une solution bilatérale. On se souvient du traité Gruber-De Gasperi, signé en 1946 entre l'Autriche et l'Italie au sujet de la minorité germanophone du Tyrol du Sud. Ce texte garantit aux germanophones du Haut-Adige, d'importants droits linguistiques et culturels. En 1954, un traité était signé entre les États-Unis, l'Ital […] Lire la suite

Les derniers événements

18 octobre 2017 Suisse. Soutien du Conseil fédéral au projet Sion 2026.

La veille, les électeurs du Tyrol autrichien ont rejeté le projet d’organiser les Jeux d’hiver 2026 à Innsbruck. En mars 2013, une votation populaire cantonale avait abouti au rejet de la candidature des Grisons aux Jeux d’hiver 2022. […] Lire la suite

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

– Italie, 73 sièges : Parti démocrate (social-démocrate), 31 ; Mouvement 5 Étoiles (populiste), 17 ; Forza Italia (conservateur), 13 ; Ligue du Nord (extrême droite), 5 ; coalition menée par le Nouveau Centre droit (démocrate-chrétien), 3 ; Altra Europa (gauche radicale), 3 ; Parti populaire du Tyrol du Sud (régionaliste conservateur), 1. – Lituanie, 11 sièges : Union patriotique (conservateur), 2 ; Parti social-démocrate lituanien, 2 ; Mouvement libéral, 2 ; Ordre et Justice (conservateur eurosceptique), 2 ; Parti travailliste (social-libéral), 1 ; Action électorale des Polonais de Lituanie (minorité polonaise), 1 ; Union des paysans et des verts (agrarien), 1. […] Lire la suite

4-7 juin 2009 Union européenne. Élections européennes

Alors qu'aucune liste d'extrême gauche n'obtient de siège, le Parti populaire du Sud Tyrol en remporte un. Le 7, les électeurs des autres pays de l'U.E. désignent leurs députés européens. – Allemagne, 99 sièges. Les chrétiens-démocrates de la C.D.U.-C.S.U., au pouvoir, restent la première formation politique du pays (34 sièges), malgré un recul par rapport à 2004. […] Lire la suite

7 mars - 8 avril 1999 Autriche. Progression de l'extrême droite lors de scrutins régionaux

progresse également lors des élections dans le Tyrol et dans la province de Salzbourg. Le 8 avril, Jörg Haider est élu gouverneur de Carinthie.  […] Lire la suite

12 mars 1989 Autriche. Succès de l'extrême droite aux élections régionales

100 au Tyrol, où les Verts seront représentés pour la première fois (3 sièges), ainsi qu'au Parlement de Salzbourg (2 sièges).  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « TYROL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tyrol/