BOLZANO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bolzano (en allemand Bozen) est, depuis 1927, le chef-lieu de la province de Bolzano-Bozen, dans la région du Trentin-Haut-Adige (Italie du Nord). La ville est située à la jonction du Talvera (Talfer) et de l'Isarco (Eisach), juste au nord-est de leur confluence avec l'Adige, au nord de Trente. Elle est entourée sur trois côtés par des montagnes et donne vers le sud sur une plaine inondable consacrée à la culture intensive de vignes, de fruits et de légumes. Bolzano, protégée des vents froids du nord par ses montagnes, est un centre à la fois agricole et touristique.

Il n'existe pas de trace d'un peuplement du site antérieur au Moyen Âge. Bolzano, tenue par les comtes de Bavière à partir de 680, fut donnée avec le reste du diocèse par Conrad II à l'évêque de Trente en 1027. Comme la ville se situe le long de l'importante route commerciale qui relie Vérone et Trente au nord de l'Autriche, elle fut l'objet de conflits entre les évêques de Trente et les comtes du Tyrol. Elle fut finalement cédée à ces derniers en 1531. Elle passa sous domination bavaroise, de même que l'ensemble du Tyrol, en 1805 et fut rattachée à l'Autriche en 1809, conséquence de la rébellion du patriote tyrolien Andreas Hofer. Bolzano demeura autrichienne de 1813 jusqu'à son acquisition par l'Italie, en 1918. À cette époque, ses habitants étaient depuis longtemps largement germanophones. Pendant l'entre-deux-guerres, le gouvernement fasciste essaya d'italianiser la ville et le reste de la province en envoyant dans la région un grand nombre de colons italiens. Cependant, la majorité germanophone de la population de Bolzano continua, après la Seconde Guerre mondiale, à demander soit le rattachement à l'Autriche, soit une plus grande autonomie culturelle au sein de l'Italie. L'objet de la seconde demande fut garanti par la législation italienne en 1947 puis en 1969.

Bolzano fut lourdement bombardée au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle fut ensuite restaurée et a préservé son caractère architectural autrichien. Parmi les monuments remarquables de la vieille ville, on trouve la cathédrale, l'église paroissiale du xive-xve siècle, l'ancien monastère dominicain avec son cloître décoré de fresques et ses chapelles, ainsi que l'église franciscaine du xive siècle. Le château Mareccio (Maretsch), du xiiie siècle (mais doté de cinq tours plus tardives), abrite les archives municipales. Le château Roncolo (Runkelstein) est décoré de peintures murales illustrant des scènes de la vie chevaleresque datées des environs de 1400. La ville compte également un conservatoire de musique et un musée d'histoire.

Bien que Bolzano soit surtout un centre touristique et commercial, la ville possède des industries métallurgiques et produit des biens d'équipement, des véhicules et des textiles. Elle se consacre également à la vinification, ainsi qu'à la transformation des fruits et autres produits alimentaires cultivés dans la plaine adjacente. Sa population est de 99 000 habitants (estim. 2006).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« BOLZANO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bolzano/