TSUNAMIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La catastrophe de 2004 en Asie du Sud

Le 26 décembre 2004, à 1 h 58 française, un séisme d'une amplitude de 8,9 sur l'échelle ouverte de Richter provoquait en Asie, dans le nord-est de l'océan Indien, un tsunami terriblement meurtrier.

Les vagues successives du tsunami sont dues à un séisme sous-marin, dont l'épicentre a été localisé près de Banda Aceh, au nord-ouest de Sumatra (Indonésie). Le séisme a été long : d'abord, un tremblement de quarante secondes à l'épicentre, puis une secousse très forte, à environ 150 kilomètres au nord de la première, qui a le plus affecté la province d'Aceh, suivie par une cinquantaine de répliques.

Ces phénomènes sont causés par la subduction de la plaque eurasiatique, qui plonge de 4 à 5 cm par an sous la plaque indo-australienne, soit 5 mètres en cent ans. Quand ces cinq mètres se relâchent brusquement, ils libèrent une énergie formidable. Cette vision schématique appelle une précision : une faille transformante traverse le nord de Sumatra et la mer d'Andaman jusqu'en Birmanie, dessinant ainsi entre la zone de subduction et cette faille une petite plaque, la micro-plaque birmane ; c'est elle qui a accusé le principal choc sismique.

L'épicentre se situe d'ailleurs au sud de cette micro-plaque, juste au nord de l'île de Simenteï, qui a été soulevée de quelques mètres. Plus au nord, à Sumatra, le mouvement de subduction a fait bouger horizontalement de 15 à 20 mètres vers le sud-ouest certaines parties de la côte ouest.

L'énergie tellurienne accumulée était si importante – équivalente à l'explosion de 30 000 bombes atomiques similaires à celle d'Hiroshima, selon les experts du Geological Survey (États-Unis) et de l'I.P.G.P. (Institut de physique du globe de Paris) – qu'elle n'a pu se dissiper en une seule secousse : plus de 50 répliques de magnitude supérieure à 5 sur l'échelle ouverte de Richter ont suivi le séisme de ce dimanche 26 décembre. L'énergie du tsunami était telle qu'il a atteint les côtes africaines et qu'il a été perçu dans l'océan Pacifique, après avoir contourné l'Australie par le sud. Dans un port du Mexique, une vague de 2,6 m de hauteur a été constatée après un trajet de près de 25 000 kilomètres. Le Chili mais aussi le sud des États-Unis ont perçu (plus faiblement) les effets du tsunami.

Le séisme sous-marin du 26 décembre 2004 a d'abord provoqué un « appel d'eau » – nombres de témoignages signalent l'abaissement du niveau de la mer avant la catastrophe. Une onde longue de 125 à 250 kilomètres s'est propagée à grande vitesse, environ 800 kilomètres par heure sur des distances gigantesques. En arrivant près des côtes (surtout les plus proches), l'onde a diminué de vitesse, en raison du manque de profondeur des fonds sous-marins, entraînant par compensation l'augmentation de la hauteur des vagues successives qui se sont transformées en murs d'eau dévastateurs et meurtriers. La vague la plus forte a atteint près de 30 mètres de hauteur.

Le tsunami a affecté tout le pourtour de l'océan Indien, principalement le Nord-Est : l'Indonésie même, où les pertes humaines furent les plus nombreuses, mais aussi la Thaïlande, la Birmanie, la Malaisie, la côte est de l'Inde et les deux archipels indiens, Andaman et Nicobar, situés non loin de l'épicentre, le Sri Lanka, les Maldives et jusqu'à la côte orientale de l'Afrique. Un mois après la catastrophe, le bilan dépassait 280 000 morts ou présumés tels et des milliers de disparus – on ne connaîtra vraisemblablement jamais le nombre exact de morts –, sans compter les masses des sans-abri et les dégâts matériels. Cette catastrophe de grande ampleur, au cours de laquelle de nombreux touristes occidentaux ont trouvé la mort, a déclenché un mouvement d'aide internationale sans précédent.

À la différence de la zone Pacifique (à Hawaii) ou du Japon, aucun système de prévision des séismes n'était installé dans l'océan Indien. Depuis 2006, un tel système a été installé dans la partie orientale de cet océan et il est vraiment opérationnel depuis la mi-2007. En Californie, où des réseaux de sismographes reliés à des satellites et à des ordinateurs calculent automatiquement et en temps réel (quelques secondes) la position du séisme et sa magnitude, les modèles peuvent donner une idée de la rapidité du phénomène. Les ondes de cisaillement, qui sont les plus destructrices, se propagent à des vitesses de l'ordre de 3 kilomètres par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Simulation numérique du tsunami du 22 mai 1960 généré au large des côtes chiliennes

Simulation numérique du tsunami du 22 mai 1960 généré au large des côtes chiliennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Enregistrement du marégraphe de Tahiti après le séisme du 22 mai 1960

Enregistrement du marégraphe de Tahiti après le séisme du 22 mai 1960
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015
  • : docteur en géophysique interne
  • : ingénieur-chercheur

Classification

Autres références

«  TSUNAMIS  » est également traité dans :

ALERTE SISMIQUE ET TSUNAMIS

  • Écrit par 
  • Zacharie DUPUTEL
  •  • 350 mots
  •  • 1 média

La sismologie joue un rôle très important dans la réduction de l'impact des grands séismes sur nos sociétés. Les ondes sismiques se propagent beaucoup plus rapidement qu'un tsunami en pleine mer ; elles apportent donc une information cruciale sur la source sismique avant l'arrivée du tsunami sur les côtes. Cependant, jusqu'à la fin des années 2000, plusieurs heures au minimum étaient nécessaires p […] Lire la suite

TSUNAMI EN ASIE DU SUD

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Le 26 décembre 2004, à 1 h 58 française, un séisme sous-marin d'une amplitude de 8,9 sur l'échelle ouverte de Richter provoque en Asie, dans le nord-est de l'océan Indien, un tsunami (série de vagues géantes) terriblement meurtrier. À partir de l'épicentre, localisé près de Banda Aceh, au nord-ouest de Sumatra (In […] Lire la suite

TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 898 mots
  •  • 2 médias

En moins de sept ans, trois catastrophes majeures associant séisme de grande puissance et tsunami transocéanique ont profondément marqué les esprits par le nombre de victimes et l'ampleur des dégâts générés. En 2004, un tremblement de terre de magnitude supérieure à 9 soulève un tsunami de grande ampleur sur les côtes nord de […] Lire la suite

FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE

  • Écrit par 
  • Karine HERVIOU
  •  • 2 587 mots
  •  • 2 médias

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 s'est produit à 80 kilomètres au large des côtes nord-est de l'île d'Honshū au Japon. Il a engendré un tsunami d'une amplitude exceptionnelle. Ces événements naturels, qui ont fait quelque vingt mille victimes, ont provoqué à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, située à 145 kilomètres au sud-ouest de l'épicentre, une véritable catastrophe nucléair […] Lire la suite

CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA-DAIICHI, en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 407 mots
  •  • 1 média

Le 11 mars 2011, un puissant tremblement de terre (magnitude 9) se produit à 80 kilomètres au large de Honshū, l'île principale du Japon, dans le Pacifique. Le séisme provoque la coupure de l'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, entraînant l'arrêt automatique des réacteurs. Une heure plus tard, le tsunami exceptionnel provoqué par le séisme vient noyer les insta […] Lire la suite

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Catastrophes, géographie et économie »  : […] Nous avons évoqué les liens étroits qui pouvaient se tisser entre les catastrophes, d'une part, et les diverses cultures (perception du risque) et les démocraties (prise de risque), d'autre part. Il existe d'autres disparités. À l'échelle de la planète, le nombre de victimes imputables aux risques naturels (RN) [hormis les épidémies] est seize fois plus important que celui des victimes des risqu […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes géologiques »  : […] Elles comprennent les séismes, les glissements de terrain (ainsi que les avalanches), les éruptions volcaniques, les tsunamis et les collisions d’astéroïdes. Un séisme est une secousse du sol (ou une série de secousses) d’intensité plus ou moins forte. On en recense environ un million par an, mais tous ne sont pas meurtriers. Un séisme a pour cause le relâchement en profondeur d’énormes contraint […] Lire la suite

LIGURIE SÉISME DE (1887)

  • Écrit par 
  • Christophe LARROQUE
  •  • 926 mots
  •  • 2 médias

Le matin du 23 février 1887, à 5 heures, un tremblement de terre détruisit le village de Bussana, en Italie, et des dégâts importants se produisirent sur plus de 100 kilomètres de côte, en particulier à Imperia, Menton et Nice. Plus de trois cents villages furent sérieusement affectés par les secousses . On recensa plus de six cents morts et de très nombreux blessés, principalement dus à l'écrou […] Lire la suite

HAWAII

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 5 883 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un climat tropical original »  : […] De par leur position au sud du tropique, les Hawaii ont un climat chaud, mais la chaleur est atténuée et uniformisée tout au long de l'année par l'influence océanique. À Honolulu par exemple, la moyenne du mois le plus chaud ne dépasse pas 26,2  0 C et celle du mois le moins chaud 22,3  0 C. Mais c'est surtout la répartition et le régime des pluies qui sont originaux. En premier lieu, la barrière […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L’échec de l’alternance démocrate  »  : […] Le Japon connaît en 2009 une alternance politique historique. Le Parti démocrate du Japon (P.D.J.), de centre gauche, remporte en effet une large victoire lors des élections législatives du 30 août, interrompant la domination du P.L.D. qui durait depuis 1955. L’enthousiasme des Japonais pour cette élection est à l’image de leur déception vis-à-vis du P.L.D., incapable de se renouveler. Le P.D.J. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 décembre 2018 Indonésie. Tsunami meurtrier.

Le pays ne dispose pas de dispositif d’alerte capable de prévenir les tsunamis liés aux éruptions volcaniques. En 1883, l’éruption du Krakatoa avait fait plus de trente-six mille morts. En septembre, un tsunami avait déjà dévasté l’île de Sulawesi, dans l’archipel des Célèbes. […] Lire la suite

1er-20 janvier 2005 Asie. Mise en place de l'aide internationale aux victimes du tsunami

Le communiqué final de la conférence prône l'allégement de la dette des pays touchés, ainsi que la mise en place dans la région d'un système d'alerte contre les tsunamis. Le 7, un conseil ministériel (Affaires étrangères, Développement et Santé) extraordinaire de l'Union européenne charge la Commission d'étudier les possibilités de mettre en place, pour l'avenir, une « structure de planification, de coordination et de mobilisation des moyens » appuyée sur « un corps volontaire européen d'aide humanitaire ». […] Lire la suite

26-31 décembre 2004 Asie. Tsunami meurtrier

L'absence, dans l'océan Indien, d'une structure de surveillance comparable au Centre d'alerte des tsunamis d'Hawaii pour le Pacifique, fait l'objet de critiques. La présence dans la région de très nombreux touristes étrangers – notamment suédois, norvégiens, australiens, autrichiens, allemands, suisses, néo-zélandais, italiens et français – renforce l'émotion provoquée dans le monde entier par le drame: des milliers d'entre eux figurent parmi les victimes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, Hélène HÉBERT, Philippe HEINRICH, « TSUNAMIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tsunamis/