Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TSUNAMIS

Le terme tsunami est d'origine japonaise, tsu-nami signifiant littéralement « vague de port ». Il est utilisé universellement par les scientifiques pour désigner les vagues générées par un déplacement soudain d'une grande quantité d'eau en milieu océanique, dû à un déplacement brutal du fond : séisme (le cas le plus fréquent), éruption volcanique sous-marine, glissement de terrain sur le talus continental. Ainsi, lorsqu'un séisme superficiel se produit dans la croûte océanique, la couche d'eau située au-dessus de la faille subit un déplacement plus ou moins vertical. Les vagues ainsi créées, assimilables à des ondes, ont des périodes comprises entre quinze minutes et une heure selon la profondeur océanique. Elles ont alors une énergie suffisante pour traverser de longues distances océaniques, voire traverser des océans de la taille de l'océan Indien, à l'instar du tsunami de 2004 en Asie du Sud dont les effets se sont fait ressentir jusque sur les côtes est de l'Afrique. Il ne faut pas confondre tsunami et raz-de-marée, ce dernier étant d'origine climatique et non tellurique : il s'explique par l'arrivée près des côtes d'une forte dépression (cyclone), qui élève le niveau de la mer et génère de fortes vagues incursives poussées par des vent violents – les effets du raz-de-marée dû au cyclone Nargis, en mai 2008, en Birmanie, ont été plus destructeurs que ceux causés par des vents allant de 190 à 230 km/h (plus de 60 000 morts ou disparus).

Les tsunamis d'origine tectonique

Épaisse d'environ 70 kilomètres sous les océans à 150 kilomètres sous les continents, la lithosphère (partie rigide de la couche supérieure de la Terre) est découpée en plaques mobiles qui se déplacent sur l'asthénosphère. Des failles permettent à ces plaques d'accommoder leur mouvement. Les failles restent bloquées pendant des dizaines voire plusieurs centaines d'années avant que les roches déformées ne finissent par céder. L'énergie emmagasinée par les contraintes est alors soudainement libérée au cours de la rupture sismique. Au-dessous de l'océan, qui couvre 70 p. 100 de la planète, les forts séismes sont générateurs de tsunamis.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015
  • : docteur en géophysique interne
  • : ingénieur-chercheur

Classification

Pour citer cet article

Yves GAUTIER, Hélène HÉBERT et Philippe HEINRICH. TSUNAMIS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Simulation numérique du tsunami du 22 mai 1960 généré au large des côtes chiliennes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Simulation numérique du tsunami du 22 mai 1960 généré au large des côtes chiliennes

Enregistrement du marégraphe de Tahiti après le séisme du 22 mai 1960 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Enregistrement du marégraphe de Tahiti après le séisme du 22 mai 1960

Autres références

  • ALERTE SISMIQUE ET TSUNAMIS

    • Écrit par
    • 351 mots
    • 1 média

    La sismologie joue un rôle très important dans la réduction de l'impact des grands séismes sur nos sociétés. Les ondes sismiques se propagent beaucoup plus rapidement qu'un tsunami en pleine mer ; elles apportent donc une information cruciale sur la source sismique avant l'arrivée du tsunami sur les...

  • TSUNAMI EN ASIE DU SUD

    • Écrit par
    • 293 mots
    • 1 média

    Le 26 décembre 2004, à 1 h 58 française, un séisme sous-marin d'une amplitude de 8,9 sur l'échelle ouverte de Richter provoque en Asie, dans le nord-est de l'océan Indien, un tsunami (série de vagues géantes) terriblement meurtrier. À partir de l'épicentre, localisé près...

  • TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION

    • Écrit par
    • 1 908 mots
    • 2 médias

    En moins de sept ans, trois catastrophes majeures associant séisme de grande puissance et tsunami transocéanique ont profondément marqué les esprits par le nombre de victimes et l'ampleur des dégâts générés. En 2004, un tremblement de terre de magnitude supérieure à 9 soulève un tsunami de grande...

  • FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE

    • Écrit par
    • 2 584 mots
    • 2 médias

    Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 s'est produit à 80 kilomètres au large des côtes nord-est de l'île d'Honshū au Japon. Il a engendré un tsunami d'une amplitude exceptionnelle. Ces événements naturels, qui ont fait quelque vingt mille victimes, ont provoqué à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi,...

  • CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA-DAIICHI, en bref

    • Écrit par
    • 408 mots
    • 1 média

    Le 11 mars 2011, un puissant tremblement de terre (magnitude 9) se produit à 80 kilomètres au large de Honshū, l'île principale du Japon, dans le Pacifique. Le séisme provoque la coupure de l'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, entraînant l'arrêt automatique...

  • CATASTROPHES

    • Écrit par
    • 7 372 mots
    • 3 médias
    Le 26 décembre 2004, en quelques heures, un tsunami a ravagé les côtes de sept pays d'Asie du Sud-Est, causant 240 000 morts ou disparus, détruisant des centaines de milliers d'habitations et de bâtiments publics et privant d'abri plus de 2 millions de personnes. Les vagues meurtrières ont suscité un...
  • CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

    • Écrit par
    • 2 855 mots
    • 12 médias
    Un tsunami (du japonais tsu-nami, « vague de port ») est une vague engendrée par une déformation du fond des océans due à un séisme sous-marin (ou à une éruption volcanique ou à un glissement de terrain). Les vagues, espacées de quelques minutes à une heure, peuvent traverser tout un océan à la vitesse...
  • Afficher les 19 références