FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 s'est produit à 80 kilomètres au large des côtes nord-est de l'île d'Honshū au Japon. Il a engendré un tsunami d'une amplitude exceptionnelle. Ces événements naturels, qui ont fait quelque vingt mille victimes, ont provoqué à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, située à 145 kilomètres au sud-ouest de l'épicentre, une véritable catastrophe nucléaire : fusion du cœur de trois de ses six réacteurs à eau bouillante ; dégradation de la sûreté des entreposages, en piscines, d'assemblages de combustibles usés ; rejets radioactifs importants dans l'environnement par voie atmosphérique mais également par voie liquide, en mer. D'autres centrales nucléaires, notamment celles de Fukushima-Daiini et d'Onagawa, ont également été touchées par ces événements mais sans que cela n'entraîne de conséquences importantes sur la sûreté des réacteurs.

Du 11 au 25 mars : fusion du cœur des réacteurs et rejets atmosphériques

Le séisme, survenu le 11 mars à 14h46 heure locale, a provoqué une perte totale du réseau de distribution électrique dans la région de Fukushima, privant ainsi les réacteurs du site de Fukushima-Daiichi de leur alimentation électrique normale. Il a aussi entraîné, comme prévu à la conception, l'arrêt automatique des réacteurs no 1, 2 et 3, qui fonctionnaient alors à pleine puissance, par insertion des barres de contrôle dans leur cœur.

Moins d'une heure après le séisme (soit à 15h36, heure locale), les installations du site ont été submergées par un tsunami jusqu'à une hauteur de 14 à 15 mètres au-dessus du niveau de la mer alors que les dispositions de protection n'ont été conçues que pour faire face à une vague de près de 6 mètres.

Le tsunami a entraîné l'inondation des locaux renfermant les groupes électrogènes de secours, privant ainsi les réacteurs 1 à 4 de toute alimentation électrique, et la destruction des stations de pompage de l'eau de mer utilisée pour refroidir les circuits de la centrale. La défaillance successive des différents moyens de refroidissement, qui utilisent la vapeur d'eau produite dans la cuve des réacteurs par échauffement de l'eau au passage dans le cœur, a conduit à la perte totale du refroidissement du cœur de ces réacteurs, des piscines d'entreposage de combustibles usés et des enceintes de confinement.

Pour les réacteurs no 5 et 6, qui étaient à l'arrêt lors de la catastrophe, un groupe électrogène de secours est resté disponible et a permis de refroidir tour à tour les installations et de maîtriser la situation.

Les niveaux d'eau dans les cuves des réacteurs no 1, 2 et 3 ont baissé jusqu'à des valeurs ne permettant plus l'évacuation de l'énergie résiduelle produite par les assemblages de combustible, ce qui a entraîné tout d'abord, vers 800 0C, la dégradation des gaines à base de zirconium où sont placées les pastilles de combustible puis, vers 2 800 0C, la fusion du combustible. La réaction d'oxydation entre le zirconium des gaines et l'eau a formé de l'oxyde de zirconium et de l'hydrogène en quantités importantes. Ce dernier s'est mélangé à la vapeur d'eau et s'est accumulé dans les parties supérieures du circuit principal de refroidissement du cœur et de l'enceinte de confinement.

L'énergie produite dans le cœur et libérée dans le circuit de refroidissement principal du réacteur a été évacuée dans les enceintes par des soupapes, ce qui a provoqué une augmentation rapide de leur pression interne, jusqu'à des valeurs dépassant leur pression de dimensionnement. La compagnie d'électricité japonaise Tepco (Tōkyō Electric Power Company), exploitant de cette centrale, a alors dû mettre en œuvre une procédure ultime consistant à ouvrir des vannes situées sur les enceintes de confinement pour les dépressuriser afin d'éviter leur dégradation. Cette opération a libéré des quantités importantes d'hydrogène et de produits de fission radioactifs émis pendant la dégradation des cœurs. Ces produits, qui auraient dû être rejetés à la cheminée des installations, ont été émis dans les bâtiments abritant les réacteurs, les tuyauteries de rejets à la cheminée ayant vraisemblablement été endommagées par le séisme et le tsunami.

Au contact de l'air, l'hydrogène a provoqué des déflagrations extrêmement violentes dans la partie haute des bâtiments des réacteurs no 1 et no 3, détruisant la partie supérieure des structures et fragilisant les piscines d'entreposage de combustibles usés. Dans le cas du réacteur no 2, la déflagration s'es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Schéma d'un réacteur à eau bouillante

Schéma d'un réacteur à eau bouillante
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fukushima : dépôts de césium autour de la centrale

Fukushima : dépôts de césium autour de la centrale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef de projet EPR, direction de la sûreté des réacteurs à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Classification

Autres références

«  FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE  » est également traité dans :

CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA-DAIICHI, en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 407 mots
  •  • 1 média

Le 11 mars 2011, un puissant tremblement de terre (magnitude 9) se produit à 80 kilomètres au large de Honshū, l'île principale du Japon, dans le Pacifique. Le séisme provoque la coupure de l'alimentation électrique de lacentrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, entraînant l'arrêt automatique des réacteurs.Une heure plus tard, le tsunami exceptionnel provoqué par le séisme vient noyer les installat […] Lire la suite

CATASTROPHES INDUSTRIELLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 484 mots

1794 Explosion, le 1 er  septembre, de la poudrerie de Grenelle à Paris, faisant près de 1 000 morts. La prise de conscience des risques technologiques entraînée par cette catastrophe passe pour être à l'origine de la réglementation française marquée par le décret impérial de 1810 sur les établissements dangereux, insalubres et incommodes. 1906 Explosions, le 10 mars, dans les fosses de la Compagn […] Lire la suite

IKEDA CARLOTTA (1941-2014)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’ancrage en France »  : […] Comme tous les fondateurs du butō, Ikeda Carlotta intègre des influences aussi bien japonaises qu’occidentales. À partir de 1978, elle se produit régulièrement en France et, à partir de 1985, ses pièces sont montées à Montpellier, Paris, Strasbourg, Avignon, Marseille, etc. Au cours de la seconde moitié des années 1980, le centre de vie d'Ikeda Carlotta se déplace progressivement vers Paris, le bu […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L’échec de l’alternance démocrate  »  : […] Le Japon connaît en 2009 une alternance politique historique. Le Parti démocrate du Japon (P.D.J.), de centre gauche, remporte en effet une large victoire lors des élections législatives du 30 août, interrompant la domination du P.L.D. qui durait depuis 1955. L’enthousiasme des Japonais pour cette élection est à l’image de leur déception vis-à-vis du P.L.D., incapable de se renouveler. Le P.D.J. […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La triple catastrophe du 11 mars 2011 »  : […] Deux jours après la triple catastrophe du 11 mars 2011 dans la région du Tohoku le Premier ministre Naoto Kan prononçait ces mots : « Le tremblement de terre, le tsunami et l'accident nucléaire représentent la plus grande crise à laquelle le Japon ait été confronté depuis le Seconde Guerre mondiale. » En effet, la catastrophe, qui a fait plus de 18 500 morts ou disparus et a provoqué l'évacuation […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La catastrophe du 11 mars 2011 et les nouveaux enjeux de la littérature »  : […] La littérature, au Japon, aurait pu poursuivre sa trajectoire en intégrant au fur et à mesure les nouvelles modalités apportées par le tournant numérique : e-book, e-librairies, plateformes collaboratives, ou romans sur portables – les keitai shôsetsu  –, qui ont connu un grand engouement durant la première décennie du xxi e  siècle. Mais, au milieu de cette effervescence, un événement majeur est […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Sûreté des centrales nucléaires

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 2 314 mots

Dans le chapitre « Accident nucléaire grave et accident nucléaire majeur »  : […] Des dispositifs considérables sont nécessaires pour que, en toutes circonstances, les éléments radioactifs contenus dans les éléments combustibles du réacteur ne puissent s'en échapper et, par conséquent, irradier ou contaminer les travailleurs de la centrale et les populations environnantes. Dans les réacteurs à eau, cette protection est assurée par trois barrières : la gaine des combustibles, la […] Lire la suite

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 110 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Incidents et accidents »  : […] Malgré toutes les précautions prises, des accidents nucléaires ont malheureusement assombri l’histoire de l’électronucléaire. En 1979, à la suite d’un incident ordinaire sur le circuit de refroidissement de la centrale de Three Mile Island (États-Unis), tous les automatismes fonctionnèrent jusqu’à l’arrêt du réacteur. Mais, lors du retour à la normale, une soupape bloquée, couplée à des erreurs d’ […] Lire la suite

TŌHOKU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Avec 66 912 kilomètres carrés, le Tōhoku, aussi appelé Ōu ou encore Michinoku, est la deuxième région la plus vaste du Japon après Hokkaidō. Signifiant simplement « Nord-Est », elle se situe à l'extrémité nord de l'île de Honshū, la plus importante du pays. Elle est composée de cinq départements plutôt ruraux – Fukushima, Yamagata, Iwate, Akita et Aomori – et d'un département plus urbain – Miyagi  […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 septembre 2019 Japon. Acquittement d'ex-dirigeants de Tepco.

Jugeant pour la première fois des personnes physiques dans le cadre de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi en mars 2011, le tribunal de Tōkyō acquitte trois anciens dirigeants de la Tōkyō Electric Power Company (Tepco), l’ex-président du conseil d’administration Tsunehisa Katsumata et deux vice-présidents, de leur responsabilité dans la mort de quarante-quatre patients d’un hôpital proche de la centrale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Karine HERVIOU, « FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-nucleaire-de-fukushima-daiichi/