TROUBADOURS ET TROUVÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La forme poétique que Roger Dragonetti appela le « grand chant courtois » se constitua dans la France occitane durant la première moitié du xiie siècle. À partir de 1150-1180, elle fut progressivement adoptée dans la plupart des nations occidentales. Son dynamisme initial et ses tendances originales se maintinrent avec une remarquable cohérence jusque vers 1300 ; par la suite, diverses transformations en affectèrent les structures ; l'élan retomba, tandis que des besoins expressifs inconnus jusqu'alors se faisaient jour à travers une esthétique d'ores et déjà dépassée. Dans cette évolution, Pétrarque en Italie, puis ses imitateurs à travers l'Europe, Guillaume de Machaut en France marquent au xive siècle le point de non-retour.

Les poètes auxquels nous devons le grand chant courtois sont désignés dans les différentes langues par des termes spécifiques qui, en occitan, en français, en italien, en espagnol, sont dérivés des verbes trobar, trovar, trouver, et renvoient à l'invention musicale (du latin médiéval tropare, « composer des tropes ») ; en allemand, Minnesänger se réfère au chant. La nature essentiellement musicale de cette poésie est par là revendiquée. Le mot occitan canso, chanson, fut sans doute forgé pour en désigner expressément les œuvres, ainsi que vers qui suggère un mouvement de retour mélodique. La plus grave altération que subit cette poésie au xive siècle fut d'ailleurs l'abandon de son caractère musical. Néanmoins, et en dépit d'une opinion répandue mais erronée, c'est par sa musicalité propre, beaucoup plus que par ses thèmes, que le grand chant courtois a très profondément marqué, à l'aube de la civilisation européenne, notre sensibilité poétique.

Les troubadours

C'est chez les poètes occitans, les troubadours, que l'on saisit le mieux ce qui fait le p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification


Autres références

«  TROUBADOURS ET TROUVÈRES  » est également traité dans :

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « L'œuvre poétique et musicale »  : […] Son œuvre se caractérise par sa diversité. Les inspirations qu'elle manifeste sont principalement polarisées par des éléments tirés de la tradition lyrique des trouvères. Pourtant, Adam se situe aux confins de cette esthétique et d'un ars nova dont il est l'un des premiers créateurs, d'où une certaine dualité, et parfois l'ambiguïté de sa poésie. On y peut distinguer un type de poème artificiel, […] Lire la suite

AIMERIC DE PÉGUILHAN (av. 1175-env. 1225)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 346 mots

Sa Vida fait naître Aimeric de Péguilhan à Toulouse et le dit fils d'un bourgeois « qui tenait draps à vendre ». Son nom est celui d'un village de la région de Saint-Gaudens et semble indiquer qu'il aurait pu obtenir le château du lieu en fief de l'un de ses nombreux protecteurs. En tout cas, c'est, d'après la Vida , l'amour pour une bourgeoise de Toulouse, sa voisine, qui l'inspire d'abord, et c […] Lire la suite

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Civilisation »  : […] L'Aquitaine médiévale a connu – sans difficultés, semble-t-il – le destin d'un pays bilingue au carrefour des civilisations. Sa partie septentrionale appartenait aux dialectes français d'oïl, sa partie méridionale à la langue d'oc. La séparation linguistique se faisait, au xii e  siècle, par une ligne allant de la Gironde (au nord de Blaye) à la Marche, laissant donc au nord Saintonge, Aunis, Poit […] Lire la suite

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire », où il le surnomme « le meilleur forgeron de sa […] Lire la suite

ARNAUT DE MAREUIL (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 177 mots

L'activité poétique d'Arnaut de Mareuil se déroule entre 1171 et 1190. Originaire de Mareuil-sur-Belle (Dordogne), issu d'une famille fort humble, il est d'abord clerc avant de se faire troubadour pour aller chanter Azalaïs de Burlatz, femme de Roger II Taillefer, vicomte de Béziers et de Carcassonne. Il aurait excité la jalousie du roi-troubadour Alphonse II d'Aragon, épris lui-même d'Azalaïs. Il […] Lire la suite

BERNARD DE VENTADOUR (1145 env.-env. 1195)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 256 mots

La poésie du troubadour Bernard de Ventadour est considérée comme l'une des expressions les plus achevées de la langue d'oc. Les quelques éléments de sa vie ne nous sont connus qu'à travers le texte des vidas , ces courtes biographies postérieures d'un demi-siècle au moins et destinées à présenter l'œuvre des troubadours à un auditoire étranger – celui des cours italiennes notamment. Si certaines […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La féodalité et ses formes d'expression »  : […] Les couches cultivées de la société féodale ont produit et consommé, en Catalogne comme partout ailleurs en Occident, une littérature en langue latine. Elles n'ont utilisé la langue quotidienne, la seule comprise par la grande masse de la population, que lorsqu'elles ont éprouvé le besoin de mettre à la portée de cette masse les idées et les lois qui devaient la gouverner. C'est ainsi que, dès le […] Lire la suite

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Troubadours »  : […] L'art des troubadours nous renseigne sur ce que pouvait être l'art populaire de l'époque. On estime que l'art de cour, qui était encore monodique et que pratiquèrent les Bernard de Ventadour, Jaufré Rudel, Marcabru, Raimbaut d'Orange, Peire d'Auvergne, Guiraut de Borneill, Guiraut Riquier, avait de nombreux points communs avec la chanson pratiquée dans le peuple et que propageaient les ménétriers […] Lire la suite

CHANSON DE GESTE

  • Écrit par 
  • Italo SICILIANO
  •  • 5 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cycles »  : […] « Gestes », ou cycles du Roi, de Garin de Monglane, de Doon de Mayence ; approximative et toujours commode, la classification a été établie, dès le commencement du xiii e  siècle, par le trouvère Bertrand de Bar-sur-Aube. Dans une autre chanson du même siècle ( Doon de Mayence ), un trouvère anonyme raconte la légende de la prodigieuse naissance des chefs des trois grandes familles. Au même jour, […] Lire la suite

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la révolution occitane à la chanson populaire »  : […] La Chanson de Roland (vers 1100) et d'autres chansons de geste, psalmodiées, accompagnées d'instruments, les lais de Marie de France, poétesse établie en Angleterre (active entre 1160 et 1185), relèvent-ils de la chanson, hors du système couplets-refrain ? Une chose est certaine : la première grande révolution chansonnière se situe en Occitanie, avec l'apparition des troubadours, dans la premiè […] Lire la suite

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Du troubadour Arnaut Daniel, « gentilhomme de Ribérac » (comme le dit Aragon dans La Leçon de Ribérac ou l'Europe française) et né vers 1150-1160, ont été conservées peu de choses : un sirventès (poème satirique) obscène, seize cansos (chansons d'amour) et une « sextine », forme très complexe dont il est l'inventeur. Un ensemble d'une extrême exigence poétique qui lui a valu d'être salué par Da […] Lire la suite

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des troubadours aux trouvères »  : […] Telle fut la situation initiale. Mais, dès avant la fin du xii e  siècle, échanges et interférences se produisirent entre le Nord et le Midi. L'influence du premier sur le second resta, il est vrai, limitée : nous ne possédons qu'un très petit nombre de « romans » occitans (l'un d'eux est du reste un chef-d'œuvre du genre : Flamenca ). L'influence occitane sur la culture française, en revanche, f […] Lire la suite

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xii e siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio , puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou jocpartit en langue d'oc, parture ou jeu-parti en langue d'oïl. Le répertoire des questions débattues est relativement restreint, car […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'érotisme des troubadours »  : […] On connaît bien désormais le phénomène social et littéraire européen communément appelé « courtoisie », ou « fine amor ». Les troubadours exploraient dans leurs poèmes (ou plutôt leurs chansons) tous les registres du sentiment amoureux. Le premier d'entre eux (chronologiquement comme par la profondeur de son inspiration), Guillaume IX d'Aquitaine (l071-1127), en parcourt, dans les onze textes qui […] Lire la suite

ESTAMPIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 341 mots

Avec l'estampie apparaît, aux xiii e et xiv e  siècles, la première musique instrumentale indépendante de paroles préexistantes ; il s'agit probablement d'un genre inspiré par les musiques à danser, nées en France, et qui se développa tout particulièrement en Angleterre ; l'estampie passa également en Italie ( istanpida ou balletto ). Jean de Grouchy (alias Johannes de Grocheo) énumère, au début […] Lire la suite

FOLQUET DE MARSEILLE (1160 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 373 mots

Évêque de Toulouse et troubadour. Par son activité poétique, Folquet de Marseille appartient à la quatrième génération connue des troubadours (1175-1200). Fils d'un riche marchand génois établi à Marseille, il continue le métier de son père jusque pendant les dernières années de son activité poétique. Il est l'ami de plusieurs grands : le roi Richard Cœur de Lion, Alphonse VIII de Castille, Barral […] Lire la suite

GAUTIER D'ÉPINAL (mort en 1270 env.)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 119 mots

Gautier d'Épinal (ou d'Espinau) a rang parmi ces chevaliers du Nord que séduisit la poésie du joi d'amor , inventé par les troubadours, et dont ils feront la poésie courtoise. Il chante l'amour courtois dans des chansons composées pour la plupart pendant le deuxième quart du xiii e siècle. Il est protégé par les comtes de Vaudémont, ses suzerains, par les comtes de Bar, Henri II et Thibaud II, et […] Lire la suite

GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 574 mots

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante s'enthousiasme pour son œuvre et le qualifie de « poète de la rectitude » […] Lire la suite

GUIRAUT RIQUIER (1254-1292)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 539 mots

D'origine populaire, Guiraut Riquier gagne d'abord sa vie de poète de métier auprès du vicomte de Narbonne Amalric IV et des bourgeois de sa ville. Il passe ensuite en Catalogne, puis à la cour d'Alphonse X de Castille. Vers 1279, il est à la cour du comte Henri de Rodez, un des derniers centres occitans (avec les cours gasconnes d'Astarac et de Comminges également fréquentées par Guiraut) à pouvo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « TROUBADOURS ET TROUVÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubadours-et-trouveres/