POUND EZRA (1885-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Critique, traducteur, poète, Pound a marqué la poésie américaine contemporaine de son empreinte : nul n'a échappé à son influence. L'œuvre de Pound, tendue et intransigeante, assure à la poésie américaine continuité et permanence ; de même qu'elle salue en Whitman le grand pionnier, elle annonce le « vers projectif » dont se réclament de nombreux poètes américains après la Seconde Guerre mondiale.

Ezra Pound

Ezra Pound

Photographie

Critique et poète, l'Américain Ezra Pound (1885-1972) a marqué de son empreinte la poésie américaine contemporaine. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les malentendus d'une existence

Né à Hailey dans l'Idaho en 1885, Ezra Pound gardera toute sa vie une certaine naïveté provinciale devant les êtres et les faits, comme si son étonnante érudition lui masquait un pan du réel. Ce trait de son caractère mérite d'être souligné en ce qu'il est à l'origine de ses premiers démêlés avec la société américaine.

En 1907, jeune diplômé de l'université de Pennsylvanie, il obtient un poste d'enseignant à Crawfordsville dans l'Indiana. Par un soir glacial de février, il rencontre dans la rue une petite actrice de passage, affamée, sans argent. Il lui offre généreusement l'hospitalité pour la nuit, cède sa chambre et dort par terre, dans son bureau. Le lendemain, les propriétaires donnent leur version de l'épisode au président du collège : toute la ville est bientôt informée, la carrière de Pound prend brutalement fin ; il s'embarque pour l'Europe. C'est son troisième contact avec le vieux continent où il choisit désormais de vivre.

Il se rend à Venise d'abord où paraît son premier recueil, A lume spento (À lumière éteinte), en 1908, puis s'établit à Londres jusqu'en 1921. Déçu par la vie intellectuelle et les « mœurs contemporaines » de l'Angleterre (comme en témoigne le recueil capital Hugh Selwyn Mauberley, publié en 1920), il quitte Londres pour se fixer à Paris. Là, il s'emploie surtout à aider ses amis : Joyce, T. S. Eliot, le compositeur George Antheil, le sculpteur Brancusi, tout en poursuivant la composition de ses Cantos commencés « en 1904 ou 1905 » si l'on en croit les déclarations du poète (interview accordée à la Paris Review en 1962, no 28).

En 1925, l'Italie devient sa seconde patrie. Il demeure à Rapallo jusqu'en 1945. À la s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  POUND EZRA (1885-1972)  » est également traité dans :

LES CANTOS, Ezra Pound - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Ezra Pound (1885-1972) demeure l'un des plus grands poètes de notre temps. Il entreprit la rédaction de son grand œuvre, Les Cantos (1954), en 1915. On peut ajouter que, dès 1906, il songeait à un ouvrage épique. Sa biographie nous révèle que le nom de Milton, auteur du Paradis perdu, fut évoqué alors en dépit de la […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La tentation du repli »  : […] Qu'en 1969, dans son étude The Truth of Poetry , le poète anglais Michael Hamburger choisisse Les Fleurs du mal plutôt que Les Feuilles d'herbe comme point de départ de l'aventure moderne en poésie est significatif. Le roman peut bien se confiner dans l'espace étroit d'une société, la poésie, parce qu'elle touche de plus près aux racines vives de la langue, est plus exposée. Aussi n'est-il pas e […] Lire la suite

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire », où il le surnomme « le meilleur forgeron de sa […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Pound, Eliot, Williams : l'équidistance »  : […] Il est très hasardeux, dans un panorama bref de la poésie américaine de l'entre-deux-guerres, de proposer des regroupements ayant quelque chance de résister longtemps à l'analyse. Dans cette luxuriance de production poétique, il est convenu de distinguer le courant « indigène » du courant des « expatriés » et de ceux qui regardent vers l'Europe, et la coutume qui préside à ce schématisme abusif te […] Lire la suite

IMAGISTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 157 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le terme fut inventé en 1912 par Ezra Pound (1885-1972) , le poète américain, provisoirement transplanté en Angleterre. Mais la prise de conscience de la doctrine imagiste, et même de l'œuvre imagiste, est difficile à fixer dans le temps. Des poèmes prétendument imagistes avaient vu le jour dès 1908, tel ce poème minuscule d'Edward Storer, intitulé « Images », paru à cette date dans son recueil M […] Lire la suite

LOWELL AMY (1874-1925)

  • Écrit par 
  • Laurette VÊZA
  •  • 364 mots

Femme de lettres plutôt que poète, l'Américaine Amy Lowell doit surtout sa renommée à la querelle retentissante qui l'opposa à Ezra Pound en 1914. Riche héritière et femme d'affaires avisée, elle pouvait également revendiquer le privilège d'appartenir à une famille prospère à plus d'un titre puisque le poète James Russell Lowell (1819-1891) avait, en quelque sorte, tracé la voie royale où Amy Lowe […] Lire la suite

ROUX DOMINIQUE DE (1935-1977)

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 838 mots

De ce gentilhomme issu d'une vieille famille d'origine languedocienne, Salah Stétié écrit : « Arrière-petit-neveu de Stendhal et de Gobineau, petit cousin de Barbey d'Aurevilly, et fils sans aucun doute de Paul Morand et de Montherlant, il était à l'évidence tout cela. » Cette généalogie imaginaire restitue fidèlement l'esprit de cet homme insaisissable pour qui la littérature n'est pas seulement […] Lire la suite

SORDEL ou SORDELLO (1200 env.-? 1269)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 545 mots

Le plus grand troubadour italien en langue provençale, Sordel mena une vie qui reste sur bien des points un mystère. Sa « vida » officielle raconte qu'il était originaire de Mantoue, fils d'un chevalier pauvre nommé El Corte, et qu'il vivait à la cour du comte San Bonifaci : il tomba éperdument amoureux de la femme de ce dernier, Cunizza, et prit la fuite avec elle. Autour de Sordel naquit un myth […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

ZUKOFSKY LOUIS (1904-1978)

  • Écrit par 
  • Jacques DARRAS
  •  • 747 mots

L'itinéraire de Louis Zukofsky, juif new-yorkais né dans le Lower East Side de Manhattan en 1904, recoupe les tendances de la grande poésie américaine de ce xx e siècle. Héritier de Pound et de William Carlos Williams mais aussi de Cummings, contemporain de Charles Olson mais encore plus de son grand ami du Yorkshire, Basil Bunting, il réussira cette gageure remarquable de reprendre à son compte […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurette VÊZA, « POUND EZRA - (1885-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ezra-pound/