JAUFRÉ RUDEL (1130-1170)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prince de Blaye, Jaufré Rudel prend part à la IIe Croisade en compagnie d'Alphonse Jourdan, comte de Toulouse, de Guillaume Taillefer, comte d'Angoulême, de Hugues VII de Lusignan, comte de la Marche. Marcabru, dans la seconde moitié de l'année 1148, envoie sa chanson Cortezament vuelh comensar à Jaufré Rudel ultra mar. On a pensé que Jaufré était revenu chez lui pour retourner une seconde fois en Terre sainte, où il serait mort au siège de Damas en 1149. Il semble qu'il soit effectivement tombé amoureux d'une dame établie en Orient, et que, pour des raisons matérielles ou pour des motifs psychologiques, cet amour soit resté un amour de loin. En tout cas, la légende de l'amour lointain s'établit de bonne heure, comme l'atteste la notice biographique des Vida (xiiie s.). Pétrarque en est profondément impressionné, qui parle (Trionfi III) de Giaufrè Rudel, ch'usò la vela e'l remo a cercar la sua morte (Jaufré Rudel, avec la voile et la rame à la recherche de sa mort). Le poète catalan Huc Bernat de Rocabertí, dans sa Comedia de la gloria d'amor (1460 env.) évoque Rudel en compagnie de Tristan, d'Arnaut Daniel, de Bernart de Ventadorn et de Dante. Le romantisme a fait de Jaufré un de ses héros, de Uhland et de Heine en Allemagne à Carducci en Italie et à Edmond Rostand en France (La Princesse lointaine). La simplicité du style et la sincérité de l'inspiration, un climat d'intimité et de recueillement ont fait le succès des poèmes de Jaufré, qui se caractérisent aussi par une profondeur mystique certaine — à tel point qu'on a vu dans la dame lointaine la Vierge Marie, interprétation qui est néanmoins à rejeter. L'intensité du sentiment poétique provient, en tout cas, de la lancinante nostalgie de l'absence — un des éléments du joi d'amor —, suivant le mot de saint Bernard : Ubi viget amor, ibi viget languor si absit quod amatur (« Où règne l'amour, règne aussi la langueur si l'objet aimé est absent »).

—  Charles CAMPROUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAUFRÉ RUDEL (1130-1170)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'une langue »  : […] L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_40434

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Poètes-musiciens des pays d'oc »  : […] Derrière les grands thèmes de cette doctrine, on apprend à mieux connaître la pensée et le talent de chaque poète. Le premier des troubadours de langue d'oc fut un très grand seigneur, Guillaume IX, duc d'Aquitaine et comte de Poitiers (1071-1127). Héros d'épopée, mais qui profite d'une croisade pour envahir les terres du comte de Toulouse. Sa vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_40434

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « JAUFRÉ RUDEL (1130-1170) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaufre-rudel/