MACHAUT GUILLAUME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Guillaume de Machaut, musicien-poète, chanoine de Reims, mêlé intimement à la vie des plus grands personnages de son temps, fut à la fois le dernier des trouvères et l'un des principaux promoteurs de l'art nouveau, l'« Ars nova », codifié par Philippe de Vitry, où il se révéla plus souple et plus varié. La messe de Machaut n'est point seulement un des sommets de la musique médiévale, c'est un chef-d'œuvre universel.

Au service des princes

Guillaume de Machaut est né en Champagne. On présume qu'il étudia à Reims. Une bulle du pape Benoît XII, datée de 1335, nous apprend que Machaut est clerc et secrétaire du puissant Jean de Luxembourg, roi de Bohême, depuis une douzaine d'années. On peut donc tenir pour certain qu'il entra à son service en 1323. Plusieurs de ses œuvres témoignent de son activité auprès de ce prince : Le Jugement du roi de Behaigne (1346 env.), Le Confort d'ami (1357), La Fonteinne amoureuse (1360-1362), La Prise d'Alexandrie (1370-1371).

Pendant dix-sept ans, Machaut suivit son maître, participant à sa vie fastueuse et aventureuse. Il l'accompagna dans ses campagnes jusqu'en Lituanie.

Entre 1337 et 1340 il s'installe à Reims et il commence à écrire, à édifier son œuvre poétique et musical, mais il ne renonce pas à se déplacer au gré de son caprice ou selon les besoins de ses charges officielles.

Après la mort du roi de Bohême à Crécy (1346), Guillaume de Machaut entre au service de sa fille, Bonne de Luxembourg, épouse de Jean de Normandie, futur roi de France (Jean le Bon). À la mort de celle-ci, en 1349, Guillaume trouve un nouveau protecteur en la personne du jeune roi de Navarre, Charles, alors âgé de dix-huit ans. Il est assez paradoxal que Guillaume ait su concilier le service de ce prince intrigant, allié des Anglais, avec les amitiés qu'il a toujours conservées à la cour de France. Il resta fidèle au roi de Navarre jusqu'en 1357. L'impopularité du personnage, l'insuccès de ses entreprises, après l'échec à Paris de la révolte d'Étienne Marcel, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACHAUT GUILLAUME DE (1300 env.-1377)  » est également traité dans :

MACHAUT GUILLAUME DE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Vers 1300 Guillaume de Machaut (Machau, Machault ; Guillelmus de Machaudio) naît en Champagne, probablement entre 1300 et 1302. On ne sait rien de sa jeunesse ni de ses études si ce n'est qu'il reçoit les ordres mineurs assez jeune et qu'il étudie la théologie.1323 Guillaume de Machaut entre au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machaut-reperes-chronologiques/

MESSE NOTRE-DAME (G. de Machaut)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 253 mots
  •  • 1 média

Musicien et poète, Guillaume de Machaut forge de nouvelles règles pour le lai, le virelai, la ballade et le rondeau. Il renouvelle l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messe-notre-dame/#i_4792

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes »  : […] Parmi les formes héritées de l' école de Notre-Dame, certaines disparurent peu à peu au cours du xiv e  siècle, d'autres se transformèrent ; enfin des formes nouvelles naquirent. Nous avons défini ci-dessus la technique du motet isorythmique ; il nous faut revenir sur la forme motet et en retracer l'évolution. Le motet (étymologiquement, petit mot, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_4792

BALLADE, musique

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 959 mots
  •  • 2 médias

La ballade (en italien ballata , de ballare  : danser) est un genre littéraire et musical d'essence lyrique et de structure répétitive. Cette forme, monodique et polyphonique, est en usage de la fin du xiii e siècle jusqu'au xvi e siècle. Elle est chantée et dansée par les troubadours, les trouvères et les Minnesänger. Les ballades monodiques peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballade-musique/#i_4792

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse fondamentale »  : […] Quand Guillaume de Machaut, dans le Credo de la Messe de Notre-Dame , fera un des premiers résonner ensemble les trois sons de l' accord parfait, les musiciens auront la révélation de la valeur en soi d'une agrégation harmonique. En soi, c'est-à-dire indépendante du jeu des parties et de leurs rencontres fortuites. C'est dans cette écriture vertica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-musique/#i_4792

CHAUCER GEOFFREY (1340 env.-env. 1400)

  • Écrit par 
  • Paul BACQUET
  •  • 1 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le classement des œuvres »  : […] Indépendamment de son œuvre en prose, on distinguait jadis trois périodes dans la carrière littéraire de Chaucer : 1. La période française (traduction partielle du Roman de la rose et The Book of the Duchess ). 2. La période italienne pendant laquelle, à la suite de missions à Gênes et Florence, il subit l'influence de Boccace : Troilus and Crisey […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-chaucer/#i_4792

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 108 mots

Dans le chapitre « Moyen Âge »  : […] La pratique romaine, en musique comme ailleurs, n'ajoute rien à celle de la Grèce. Le christianisme remet bientôt tout en cause en plaçant l'office, et surtout l'office psalmodique, au centre des préoccupations. Dès le début, la détermination des rôles respectifs du soliste et du chœur, considéré comme l'ensemble des fidèles, constitue le problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-chorale/#i_4792

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Des « Arts poétiques » à la « Défense et illustration de la langue française »  »  : […] Rivalisant avec Dante, Guillaume de Machaut définit dès 1370, en Prologue général à l'édition de ses œuvres, un système poétique où s'équilibrent, sous l'égide d' Amour et de Nature , associée à ses « enfants », Sens , Rhétorique et Musique , le don de l'invention et le travail propre de l'écrivain. À la fin du xiv e , puis au xv e  siècle, appar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_4792

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Poésie et musique »  : […] C'est toutefois un grand musicien, Adam de la Halle, qui fait la synthèse de tout l'héritage et oriente le lyrisme vers les genres qui s'imposeront à partir de 1280, notamment le rondeau, tout en adaptant au théâtre les genres du congé et de la pastourelle. Il transforme les habitudes des trouvères, qui pratiquaient un art mêlant mélodie, discussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_4792

VIRELAI

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 138 mots

Du xiii e au xv e  siècle, forme la plus répandue de la chanson française. Le virelai classique débute, comme le rondeau, par une strophe-refrain reprise après chacune des trois strophes-couplets de huit vers. De plus, la dernière partie de la strophe reprend ordinairement la mélodie du refrain. Le virelai a d'abord été une danse, puis une chanson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virelai/#i_4792

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « MACHAUT GUILLAUME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-machaut/