AIMERIC DE PÉGUILHAN (av. 1175-env. 1225)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sa Vida fait naître Aimeric de Péguilhan à Toulouse et le dit fils d'un bourgeois « qui tenait draps à vendre ». Son nom est celui d'un village de la région de Saint-Gaudens et semble indiquer qu'il aurait pu obtenir le château du lieu en fief de l'un de ses nombreux protecteurs. En tout cas, c'est, d'après la Vida, l'amour pour une bourgeoise de Toulouse, sa voisine, qui l'inspire d'abord, et cet amour lui apprend à « trouver ». Mais le mari s'en mêle si bien qu'Aimeric tue le jaloux « d'une épée en la tête ». Et le poète doit s'enfuir, banni de Toulouse. Il est dès lors attaché à divers protecteurs : Gaston VI de Béarn, Bernard IV de Comminges, Pierre II d'Aragon, Alphonse VIII de Castille « qui le couvre de biens, d'équipements et d'honneurs ». Il passe la dernière partie de sa vie en Lombardie, à la cour de Guillaume IV de Montferrat et à celle d'Azzo VI d'Este. En Lombardie, « tous les bons hommes lui firent grand honneur, et en Lombardie il mourut, en hérésie selon qu'on le dit ».

Aventurier et non conformiste, Aimeric de Péguilhan a laissé une œuvre assez abondante : chansons, sirventès naturellement, chants de croisade, tensons (ou épreuves d'amour), planhs, partimens. Il fut célèbre comme en témoignent les citations de ses œuvres chez les critiques du Moyen Âge, de Matfre Ermengaut et Jaufre de Foixa à Bérenguier de Noia et à Dante lui-même qui, dans son De vulgari eloquentia (livre II, chap. vi), le place parmi les dictatores illustres. Si sa célébrité peut paraître un peu usurpée, on peut cependant penser que ce témoin de la génération des troubadours de l'exil dut sa notoriété à la richesse et à l'expérience d'une vie aventureuse, celle d'un poète qui témoignait autour de lui d'une culture et d'une civilisation. Plus qu'à l'œuvre elle-même, la réputation d'Aimeric de Péguilhan est due sans doute au rayonnement de l'homme dans les milieux qu'il a fréquentés.

—  Charles CAMPROUX

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « AIMERIC DE PÉGUILHAN (av. 1175-env. 1225) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimeric-de-peguilhan/