Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRISOMIE 21 ou SYNDROME DE DOWN ou MONGOLISME

La trisomie 21 (mot formé sur le grec tri-, « trois » et sôma, « corps », par extension « chromosomes »), ou syndrome de Down, est une anomalie chromosomique caractérisée par la présence de trois chromosomes 21 au lieu de deux normalement. Ce chromosome supplémentaire perturbe certains aspects du développement fœtal et celui des fonctions cognitives. La fréquence de la trisomie 21 est d'environ un cas pour 770 naissances vivantes. Ce chiffre élevé, associé à la lourdeur de la prise en charge de la personne atteinte, a poussé à mettre au point un diagnostic prénatal fondé sur le prélèvement, en général par amniocentèse, de cellules fœtales et leur étude. Cette approche, classique et efficace, n’est cependant pas totalement inoffensive. Une nouvelle technique, à partir d’une simple prise de sang, fondée sur le dosage de l’ADN fœtal circulant dans le sang maternel, a été mise au point, ce qui constitue une véritable révolution dans le domaine du diagnostic prénatal des anomalies chromosomiques.

Responsabilité d’un chromosome 21 surnuméraire

John Langdon-Down (1828-1896) - crédits : SPL/ AKG-images

John Langdon-Down (1828-1896)

Le médecin britannique John Langdon-Down (1828-1896) publie en 1866, dans son ouvrage intitulé Observations on a EthnicClassification of Idiots, la descriptiond’un syndrome nouveau (bien qu’entrevu par Jean-Étienne Esquirol) chez des enfants souffrant simultanément d’un retard mental et de signes physiques particuliers. Pour Langdon-Down, l’aspect du visage de ces enfants évoque la « race mongoloïde » selon les critères ethnomorphologiques de l’époque, d’où le nom de « mongolisme » (tombé en désuétude) donné à ce syndrome par ailleurs connu sous le nom de syndrome de Down. Les personnes porteuses de trois chromosomes 21 présentent en effet un visage plus ou moins rond et des fentes des paupières obliques vers le haut et l’extérieur qui donnent à leur visage cette apparence singulière qui avait retenu l’attention de Langdon-Down. Les autres signes physiques présentés par ces sujets ne sont ni constants ni de même importance chez tous. Ainsi en est-il des anomalies de la bouche, du palais et de la langue, de l’hypotonie musculaire, des malformations cardiaques et rénales, des anomalies des plis palmaires et plantaires, des doigts ainsi que de la taille et de la stature en général. Outre leur apparence, ces sujets présentent toujours un retard mental, d’importance très variable. La déficience intellectuelle est le plus souvent modérée, mais peut être parfois sévère. Le quotient intellectuel (QI) moyen au sein de ce groupe de personnes est de l’ordre de 50 (une intelligence moyenne correspondant à un QI de 90 à 110), encore que cette mesure soit contestable du fait de l’inadaptation des tests aux spécificités de la trisomie 21. La plupart des sujets parviennent à un bon degré d’autonomie et d’intégration sociale, apprennent souvent à lire et écrire et à travailler en environnement protégé.

Groupe historique de patients atteints du syndrome de Down - crédits : G. E. Shuttleworth / Wellcome collection (CC BY)

Groupe historique de patients atteints du syndrome de Down

Frère et sœur  trisomiques 21 - crédits : manonallard/E+/Getty Images

Frère et sœur trisomiques 21

On doit à Marthe Gautier, plus qu’à Jérôme Lejeune qui en est le plus souvent crédité, d’avoir montré en 1959 que les personnes présentant un syndrome de Down possèdent une formule chromosomique anormale, avec un chromosome 21 supplémentaire (en plus des vingt-trois paires de chromosomes présentes normalement). Leur formule chromosomique est donc : 47, 21+. Dans plus de 93 p. 100 des cas, le chromosome 21 surnuméraire est libre, c’est-à-dire non lié à un autre chromosome. On parle alors de trisomie 21 libre. Dans d’autres cas (4 p. 100), le chromosome supplémentaire (ou une partie) est attaché (transloqué) soit à l’un des deux autres chromosomes 21, soit à un autre chromosome. Enfin, dans le reste des cas, la trisomie est dite mosaïque, certaines cellules ayant trois chromosomes 21 et d’autres deux.

La trisomie 21 est la plus fréquente des anomalies chromosomiques chez l’homme parmi les naissances vivantes. Elle est congénitale[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer cet article

Gabriel GACHELIN. TRISOMIE 21 ou SYNDROME DE DOWN ou MONGOLISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Arbre de décision pour le diagnostic de la trisomie 21 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Arbre de décision pour le diagnostic de la trisomie 21

John Langdon-Down (1828-1896) - crédits : SPL/ AKG-images

John Langdon-Down (1828-1896)

Groupe historique de patients atteints du syndrome de Down - crédits : G. E. Shuttleworth / Wellcome collection (CC BY)

Groupe historique de patients atteints du syndrome de Down

Autres références

  • CARYOTYPE HUMAIN

    • Écrit par Gabriel GACHELIN, Jean-François MATTEI, Marie-Geneviève MATTEI, Anne MONCLA
    • 4 792 mots
    • 10 médias
    En 1959, Lejeune, Gautier et Turpin, décrivant la première observation chromosomique en pathologie humaine, rapportent le « mongolisme » ou « syndrome de Down » à la présence d'un chromosome 21 en triple exemplaire dans les cellules des patients.
  • DERMATOGLYPHES PALMAIRES

    • Écrit par Georges OLIVIER
    • 916 mots

    Les figures dessinées par les crêtes dermo-épidermiques de la face palmaire de la main et des doigts et de la face plantaire du pied et des orteils, sont appelées dermatoglyphes (du grec derma, -tos, peau, et gluphê, gravure). Ils n'existent nulle part ailleurs. Aux doigts, ils sont synonymes...

  • HÉRÉDITÉ

    • Écrit par Charles BABINET, Luisa DANDOLO, Jean GAYON, Simone GILGENKRANTZ
    • 11 231 mots
    • 7 médias
    À partir de 1959, la découverte de la trisomie 21, puis la mise en évidence de translocations réciproques équilibrées permirent de prévoir et de calculer le risque d'enfants anormaux dans la descendance de couples où l'un des conjoints était porteur de ce type de remaniement chromosomique invisible dans...
  • PRIX LASKER 2022

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 142 mots
    • 3 médias
    ...clinique a été attribué à Yuk Ming Dennis Lo, de l’université chinoise de Hong Kong, pour la mise au point d’une méthode de diagnostic non invasive du syndrome de Down (trisomie 21). Le syndrome de Down est dû à la présence de trois chromosomes 21 au lieu de deux normalement. L’affirmation qu’un fœtus...

Voir aussi