Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAIN

La main, organe de préhension et récepteur sensitif important, est l'apanage des Primates et de l'homme. En vérité, la main humaine possède une signification particulière, car elle se trouve à l'extrémité du membre supérieur qui est libéré des fonctions d'appui et de locomotion par la disposition érigée vraie du tronc. Le pouce humain, mieux développé et situé plus bas que celui des singes, s'oppose aisément à la pulpe des autres doigts pour former la pince paucidigitale, instrument de la préhension. Le remarquable développement, dans le cerveau humain, du néencéphale sensitif et moteur, celui du néocerebellum, ont pour corollaire la perfection du sens tactile et du geste, lequel est la synthèse de mouvements multiples, délicats, adaptés. Le « couple cerveau-main » préside aux relations de l'homme avec le milieu environnant : le jeune enfant, guidé par le sens tactile, acquiert l'appréciation visuelle des distances et du relief des objets ; l'aveugle doit compenser sur ce point son infirmité en développant des mécanismes de suppléance. L'imagination créatrice de l'homme, servie par la main, merveilleux instrument d'information et d'exécution, explique ses réalisations étonnantes dans les domaines variés allant des travaux « manuels » de force ou de précision à l'œuvre artistique.

La structure de la main est dominée par l'abondance de petits éléments osseux articulés entre eux, le développement du système tendineux et synovial, la richesse en vaisseaux et en nerfs, la différenciation sensorielle du revêtement cutané.

Le nombre croissant de lésions traumatiques et parfois des anomalies de la main (congénitales ou acquises) font que les services de chirurgie générale n'ont pas toujours pu répondre à la demande de chirurgie plastique réparatrice et de chirurgie orthopédique.

On a créé des services spécialisés en chirurgie de la main, destinés à traiter l'ensemble des lésions de cet organe auquel on ne peut pas ne pas reconnaître une unicité et des problèmes que, seuls, des chirurgiens ayant appris à les envisager tous, peuvent valablement résoudre.

Éléments ostéomusculaires

Os

Os

Le squelette de la main comprend les os du carpe, du métacarpe et les phalanges :

– Les huit osselets du carpe, localisés au poignet, s'ordonnent en deux rangées superposées ; le scaphoïde, le semi-lunaire, le pyramidal et le pisiforme occupent la rangée supérieure ; le trapèze, le trapézoïde, le grand os et l'os crochu font partie de la rangée inférieure. Le pisiforme, excentré vers l'avant, s'appuie seulement sur le pyramidal. Les autres éléments, juxtaposés, forment une gouttière ouverte en avant. Elle est convertie en canal carpien par le ligament « annulaire » antérieur, tendu entre les tubercules du scaphoïde et du trapèze en dehors, le pisiforme et l'apophyse unciforme de l'os crochu en dedans. Le canal carpien contient les tendons fléchisseurs des doigts, leurs gaines séreuses et un nerf, le nerf médian.

– Le métacarpe comprend les cinq os du squelette de la paume. Chaque métacarpien présente un corps prismatique triangulaire, une base reliée au carpe et une tête unie au doigt correspondant. Le métacarpien du pouce, ou premier métacarpien, court, massif, excentré vers l'avant, s'ossifie comme une phalange.

– Les phalanges forment le squelette des doigts. À part le pouce, chaque doigt aligne trois phalanges, de plus en plus petites. La première s'articule avec le métacarpien ; la deuxième est un élément intermédiaire ; la troisième, distale, s'élargit en palette en formant une « houppe » en regard de l'ongle. Le corps d'une phalange possède une face palmaire concave et une face dorsale convexe. La tête, en forme de poulie, s'articule avec la base excavée de la phalange suivante. Le pouce ne possède que[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris
  • : chirurgien de l'hôpital de Nanterre, directeur de l'unité de chirurgie de la main et d'Urgences-Mains Paris-Ouest
  • : docteur en psychologie, psychanalyste, chargée de cours à l'université de Paris-VII, attachée de psychopathologie à l'hôpital de Nanterre.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Os

Os

Main : musculature palmaire

Main : musculature palmaire

Artères et nerfs

Artères et nerfs

Autres références

  • APONÉVROTIQUE TISSU

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 272 mots

    Tissu conjonctif fibreux constitué de plusieurs plans de fibres collagènes. Celles-ci sont parallèles entre elles dans un plan donné, mais d'un plan à un autre l'orientation des fibres est entrecroisée. Ainsi se constitue une trame jouant un rôle mécanique d'enveloppe souple et élastique. Cette...

  • ARTICULATIONS

    • Écrit par Claude GILLOT, André-Paul PELTIER
    • 6 073 mots
    • 4 médias
    ...convexe dans l'autre (comme une selle de cheval). Il existe deux courbures, deux axes passant par le centre des courbures, et deux variétés de mouvements. Par exemple, l'articulation du métacarpien du pouce avec le trapèze, os du carpe, permet la flexion-extension, la latéralité ; mais la trapézo-métacarpienne...
  • CANAL CARPIEN SYNDROME DU

    • Écrit par Jean-Paul CAMUS
    • 365 mots

    Le canal carpien est un défilé fibro-osseux situé entre la paume de la main et le poignet ; il est limité en arrière par le carpe et en avant par le ligament annulaire. Dans ce canal inextensible vont vers la main les tendons fléchisseurs et leur gaine, entourant le nerf médian qui véhicule...

  • DERMATOGLYPHES PALMAIRES

    • Écrit par Georges OLIVIER
    • 916 mots

    Les figures dessinées par les crêtes dermo-épidermiques de la face palmaire de la main et des doigts et de la face plantaire du pied et des orteils, sont appelées dermatoglyphes (du grec derma, -tos, peau, et gluphê, gravure). Ils n'existent nulle part ailleurs. Aux doigts, ils sont synonymes...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi