Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRANSPORTS Transports et environnement

Indispensables à la vie de la société, les transports génèrent des effets multiples sur l'environnement : impacts locaux par le bruit, la pollution locale de l'air, les modifications du paysage ou les risques naturels et technologiques ; impacts locaux ou globaux sur la biodiversité et contribution globale au changement climatique. En France, le secteur des transports est responsable de près de 30 p. 100 des gaz à effet de serre (GES) émis dans l'atmosphère, ceux-ci étant un facteur reconnu de hausse tendancielle des températures.

Maîtriser les impacts négatifs des transports, sans pour autant pénaliser les activités socioéconomiques, est donc un enjeu majeur de politique publique. Pour les impacts locaux, les actions préventives ou curatives correspondantes relèvent le plus souvent d'une bonne gestion de projet. En revanche, la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre passe par des voies multiples : progrès technologique pour améliorer l'efficacité énergétique des moteurs et réduire leurs émissions, conception générale des réseaux et des politiques tarifaires et réglementaires favorisant les transports ferroviaires ou fluviaux plutôt que les transports routiers ou aériens, action sur la demande de mobilité par l'intermédiaire de l'urbanisme ou de l'organisation logistique.

Les améliorations ainsi envisageables sont très dépendantes de la politique de prix, taxes comprises, appliquée pour les carburants, et de ses évolutions prévisibles. L'objectif d'une division par quatre des émissions de gaz à effet de serre dans les pays développés d'ici à 2050, nécessaire à une lutte efficace contre le changement climatique, suppose en effet un « signal prix » qui puisse convaincre tous les acteurs d'engager les efforts nécessaires. Une volonté politique pérenne, reposant sur des accords internationaux, et une bonne compréhension des enjeux par la société seront indispensables pour atteindre ces objectifs.

Les impacts des transports sur l'environnement

Les impacts de proximité

Parler des impacts des transports sur l'environnement, c'est avoir implicitement adopté des critères d'appréciation de ce qui est supportable ou intolérable pour l'homme, bon ou mauvais, beau ou laid. La description des impacts environnementaux n'est donc pas purement factuelle : elle dépend de choix qui peuvent varier, même si certains impacts tels que le bruit sont directement mesurables. L'importance ressentie de l'impact dépend par ailleurs de la sensibilité de la population ou du milieu récepteur, autant que de la nature du phénomène qui en est l'origine.

Sensible aux enjeux globaux de préservation de l'environnement, le public réagit ainsi d'abord aux nuisances locales qui l'affectent directement.

La première de ces nuisances de proximité est le bruit. Celui-ci est presque toujours cité par le public interrogé sur les conditions de son environnement : bruit des autoroutes ou des voies urbaines à grande circulation, des voies ferrées ou des avions à proximité des aéroports, évidemment souvent situés en zone périurbaine. Les mesures de réduction à la source, notamment par la couverture des voies routières et les murs antibruit, ou à la réception, par une meilleure isolation phonique des bâtiments, laissent subsister de nombreux points noirs qui sont désormais répertoriés pour tenter de les éliminer.

La pollution de l'air (hors effet de serre, traité plus loin) est due principalement, pour ce qui concerne les transports, aux émissions d'oxydes d'azote, de monoxyde de carbone et de particules fines. Malgré des progrès très importants dus à un durcissement des normes concernant les rejets des moteurs thermiques depuis le début des années 1990, les émissions de particules restent un sujet majeur. Mais c'est peut-être dans ce[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre du Conseil économique, social et environnemental

Classification

Pour citer cet article

Michel BADRÉ. TRANSPORTS - Transports et environnement [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 16/03/2017

Médias

Ferroutage - crédits : LOHR

Ferroutage

Passage à faune végétalisé sur l'A36 - crédits : J. Carsignol, CETE de l'Est

Passage à faune végétalisé sur l'A36

Automobile hybride - crédits : Toyota Motor Sales, USA

Automobile hybride

Autres références

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par et
    • 8 076 mots
    ...avantages offerts par les marchés nationaux, continentaux et transcontinentaux, eux-mêmes activés par la progression du libre-échange et, surtout, des moyens de locomotion ; l'irruption de la machine à vapeur a accéléré la mise au point du chemin de fer, de la navigation fluviale, puis maritime,...
  • ALASKA

    • Écrit par et
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    L'Alaska Highway, construite par l'armée en 1942, relie Fairbanks au reste des États-Unis en passant par le Canada. Un embranchement mène à Haines, seule localité de la région Sud-Est accessible par la route. De Fairbanks, deux routes permettent d'atteindre Anchorage et les bassins au sud de la chaîne...
  • ARGENTINE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 033 mots
    • 18 médias
    Lesréseaux de communication dans le pays ont été organisés en fonction des itinéraires d'exportation, conférant aux routes principales et aux voies ferrées une forme caractéristique en éventail convergeant vers la capitale et ses satellites. Il existe trois axes historiques reliant Buenos Aires aux...
  • ATLANTA

    • Écrit par
    • 1 254 mots
    • 2 médias

    Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune...

  • Afficher les 30 références