ATLANTA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune d’Atlanta, et se place ainsi au neuvième rang des agglomérations américaines.

États-Unis : carte administrative

Carte : États-Unis : carte administrative

Carte

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La capitale de la Georgie doit son essor récent au développement des nouvelles technologies, de l’information et des transports, et à la présence de grandes compagnies internationales : Coca-Cola, CNN, Delta Air Lines, UPS y ont domicilié leur siège.

Située à la pointe sud du massif des Appalaches, Atlanta est une ville de piémont, édifiée à 320 mètres d’altitude, sur la zone de contact entre le massif montagneux et la plaine côtière, et domine ainsi le carrefour entre le bassin du Mississippi et la côte Atlantique. Cette légère altitude tempère le climat subtropical humide que connaît le reste de la Georgie.

La ville d’Atlanta est née du transport, vocation qui ne l’a pas quittée depuis sa création. Dès 1812, un premier poste militaire, Fort Peachtree, est édifié à la frontière entre les territoires creeks et cherokees et au confluent de la Chattahoochee River et de la Peachtree Creek. Comme les autres postes militaires voisins construits lors de la guerre anglo-américaine de 1812, il est destiné au contrôle des Indiens Creeks, alors alliés des Britanniques. Fort Peachtree devient rapidement un lieu d’échanges avec cette population. Son destin bascule quand, en 1837, la Western & Atlantic Railroad choisit le site pour en faire son terminal ferroviaire. Le village prend alors le nom de Terminus. Il est rebaptisé Marthasville en 1843, en l’honneur de la fille du gouverneur de l’époque puis, lorsque la ville sera élevée au rang de commune en 1845, on la nommera Atlanta, féminisation du nom « Atlantic » destinée à attirer les investisseurs du Nord-Est. En 1846, deux autres lignes de chemin de fer rejoignent la Western &


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ATLANTA  » est également traité dans :

APPALACHES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT
  • , Universalis
  •  • 5 961 mots

Dans le chapitre « Le piémont »  : […] À l'origine, couvert d'une dense forêt, mais défriché de bonne heure par les colons, le piémont était presque complètement occupé dès 1750. C'est la région agricole la plus arrosée des États-Unis : elle reçoit de 1,30 à 1,60 mètre de précipitations annuelles, surtout en été. Dans le nord, à Lancaster, la moyenne de janvier est de 0  0 C et celle de juillet de 21  0 C. Dans le sud, à Atlanta, les m […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 925 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une géographie industrielle en recomposition »  : […] La géographie industrielle américaine est longtemps restée confinée au Nord-Est, de la mégalopole atlantique aux Grands Lacs. La présence des foyers de population, l'amélioration des couloirs de transport, la proximité des matières premières (houille, minerai de fer dans les Appalaches) et des possibilités portuaires sur l'Atlantique et sur les lacs se sont conjuguées pour favoriser l'industrialis […] Lire la suite

LINCOLN ABRAHAM (1809-1865)

  • Écrit par 
  • Paul M. ANGLE
  •  • 3 764 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une dimension anti-esclavagiste »  : […] L'importance d'Antietam n'était pas seulement militaire. Au début de l'été 1862, Lincoln avait décidé de proclamer l'émancipation des Noirs. Des membres de son cabinet l'en dissuadèrent, arguant du fait que, venant après une série de défaites, un tel acte apparaîtrait comme une mesure de désespoir. Mais la bataille d'Antietam, livrée le 17 septembre, pouvait être considérée comme une victoire. L […] Lire la suite

Les derniers événements

États-Unis. Développement du mouvement de contestation du racisme et des violences policières. 1er-16 juin 2020

homme noir, Rayshard Brooks, qu’il tentait d’interpeller, à Atlanta (Georgie). Le lendemain, le policier est limogé et la chef de la police de la ville présente sa démission. Le 16, Donald Trump signe un décret interdisant aux policiers de pratiquer des prises d’étranglement, dans le cadre d’une réforme limitée des forces de police. […] Lire la suite

États-Unis. Condamnation d’une lanceuse d’alerte. 23 août 2018

Un tribunal d’Atlanta condamne à cinq ans de prison, en application de l’Espionnage Act de juin 1917, la lanceuse d’alerte Reality Winner, sous-traitante de l’Agence de sécurité nationale, coupable d’avoir transmis à un site d’information un rapport classé relatif à l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016. […] Lire la suite

États-Unis. Vif débat autour d'une affaire d'euthanasie. 21-31 mars 2005

le dernier pourvoi de la famille de Terri Schiavo, le tribunal de Floride puis la cour d'appel d'Atlanta (Georgie) ayant confirmé le premier jugement. Le 31, Terri Schiavo meurt, treize jours après le débranchement de la sonde d'alimentation. […] Lire la suite

États-Unis. Arrestation de l'auteur présumé de l'attentat d'Atlanta en 1996. 31 mai 2003

La police de Caroline du Nord arrête Eric Robert Rudolph, auteur présumé de l'attentat qui avait fait un mort lors des jeux Olympiques à Atlanta, le 27 juillet 1996. Ce militant d'extrême droite est également accusé de plusieurs autres attentats, dont un – contre un centre médical pratiquant l'avortement – a causé la mort d'un policier, en janvier 1998, à Birmingham (Alabama). […] Lire la suite

États-Unis. Attentat à la bombe dans la ville olympique d'Atlanta. 27 juillet 1996

Une semaine après l'ouverture des jeux Olympiques organisés à Atlanta (Georgie), une bombe explose dans un parc situé au centre de la ville lors d'un concert nocturne en plein air. Deux personnes sont tuées. Les organisateurs décident la poursuite des épreuves sportives. L'enquête s'oriente vers les milices d'extrême droite auxquelles appartenaient déjà les auteurs de l'attentat meurtrier commis en avril 1995 contre un immeuble d'Oklahoma City. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « ATLANTA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atlanta/