TRADUCTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie de la traduction

Tout au long de l'histoire, la réflexion sur la traduction a été centrée sur des oppositions binaires : langue source/langue cible ; texte original/texte traduit ; littéralisme/traduction libre ; traduction de la lettre/traduction de l'esprit. Ces polarités ne sont pas du même ordre. On constate cependant, dans les débats, des recouvrements. Quel que soit l'objet de la divergence, un phénomène reste central : l'orientation vers le texte source ou vers le texte traduit. La réflexion en termes d'oppositions n'est pas le seul fait de positions individuelles. Le courant privilégié a varié selon les époques et selon les contextes socioculturels. On peut cependant se demander pourquoi les problèmes se sont posés en ces termes. Tout d'abord, les principes théoriques avancés ont été presque systématiquement liés, tout au moins avant le xxe siècle, à une pratique dont on justifiait les choix a posteriori. Ceux-ci étaient érigés en théorie et entraînaient, de ce fait, le rejet de la position inverse. Les phénomènes externes, qu'ils soient culturels, sociaux ou politiques, ont largement orienté les positions individuelles. Il reste néanmoins qu'une réflexion de ce type est fondée en dernier ressort sur un jugement de valeur et ne peut donc aboutir à une issue définitive. Autre fait caractéristique, la réflexion sur la traduction, antérieure au xxe siècle, est fondée presque exclusivement d'une part sur la traduction de la Bible, d'autre part sur la traduction littéraire et plus particulièrement la poésie. Cette restriction à deux catégories de textes a également joué un rôle dans la récurrence de la problématique posée. Si le débat central apparaît comme une constante, les motivations qui sous-tendent chacune des polarités subissent en revanche des variations.

L'orientation vers la langue source a été déterminée, en ce qui concerne la traduction de la Bible, par le souci de ne pas trahir la parole divine. D'où un respect de la forme qui allait souvent jusqu'au littéralisme. On peut citer, dans cette mouvance, les traductions bibliques de l'Antiquité, la Revised Version de la Bible (1881-1885) en Angleterre, la American Standard Version (1901) ou encore les traductions contemporaines d'André Chouraqui. Le mot à mot a alors comme origine le respect religieux.

Que ce soit au niveau des mots ou des structures syntaxiques, la valorisation du texte source n'a cependant pas toujours pris la forme du littéralisme. La devise célèbre de Cicéron, « traduire sens pour sens, et non mot à mot », a tantôt été reprise par les partisans du texte original, tantôt par les partisans du texte traduit. Dans la mesure où ce qu'on entendait par « reproduire le sens » n'a été exprimé jusqu'au xxe siècle qu'en termes très généraux, il est difficile de juger quelle était la teneur exacte de ces propos. On constate cependant que, en dépit d'exceptions, la réflexion, qui, dans un premier temps, était axée sur les mots, s'est peu à peu tournée vers la traduction d'unités plus larges. Le romantisme allemand nous fournit un autre exemple de valorisation du texte original. Il s'agit dans ce cas de ressourcer sa propre langue et d'enrichir sa littérature par le biais de l'œuvre originale afin d'atteindre l'universel.

Le fait de privilégier le texte traduit a, de la même façon, été lié à des préoccupations diverses. Lorsque Cicéron préconise la « latinisation » des textes grecs, on peut y déceler un motif à la fois politique et culturel : le besoin d'affirmer la suprématie romaine. On ne peut pour autant nier la conscience aiguë qu'il avait de l'hétérogénéité des langues sur le plan linguistique. Au Moyen Âge, en revanche, où la notion de propriété littéraire n'était pas du même ordre qu'à l'époque actuelle, le texte traduit était souvent envisagé comme création à part entière, avec un statut d'autonomie par rapport à l'œuvre originale. Ainsi, Chaucer, dans ses écrits, n'établissait guère de différence entre ses œuvres originales et celles qu'il avait traduites. L'optique inverse subsistait néanmoins et s'inscrivait dans le cadre d'un prolongement de l'œuvre originale. À l'époque de la Renaissance et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRADUCTION  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN DAUD dit RABAD Ier (1110 env.-env. 1180)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 599 mots

Historien, philosophe et astronome juif, Abraham ben David Halevi dit Ibn Daud ou Rabad I er (Rabbi Abraham b. David) est connu des théologiens et philosophes latins du Moyen Âge sous le nom d'Avendauth et, notamment, à travers son œuvre de traducteur de l'arabe en latin (dont il s'acquitta parfois en collaboration avec Gundissalinus, comme pour le Fons vitae d'Ibn Gabirol), sous ceux de Jean d' […] Lire la suite

ANQUETIL-DUPERRON ABRAHAM HYACINTHE (1731-1805)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 863 mots

Orientaliste français qui révéla à l'Europe les livres sacrés du zoroastrisme et de l'hindouisme. La curiosité des Européens pour les civilisations anciennes d'Orient (Perse, Inde...) date des premières découvertes de Marco Polo et de Vasco de Gama ; accrue au cours des siècles, elle entraîna Anquetil-Duperron à partir pour l'Inde (où la France tentait de prendre pied, pour d'autres raisons). Prem […] Lire la suite

BAUDRILLARD JEAN (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Sociologue et philosophe, Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims dans une famille d'origine paysanne. Fils unique et studieux, il est remarqué par ses instituteurs, qui soutiennent son dossier de bourse. Il intègre le lycée Henri-IV, à Paris, où il prépare le concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il interrompt pour devenir ouvrier. Cette expérience terminée, il achève ses […] Lire la suite

BOUCHET ANDRÉ DU (1924-2001)

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT
  •  • 842 mots

André du Bouchet est unanimement reconnu comme un des plus importants poètes français de la seconde moitié du xx e  siècle. Ses débuts coïncident avec le déclin du surréalisme, dont il rejette, avec d'autres, la dérive ésotériste et la fuite dans l'imaginaire. Il reconnaît chez Reverdy l'exemple d'une poésie qui affronte une « réalité rugueuse à étreindre » (Rimbaud), soustraite aux prises de l'im […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les textes bouddhiques en chinois »  : […] La presque totalité des traductions de textes bouddhiques en chinois date de la période comprise entre le ii e et le xi e  siècle. Ces textes, au nombre de 1 692 –  sūtra (sermons qui sont censés avoir été prononcés par le Buddha), traités de métaphysique, traités de discipline, commentaires de maîtres bouddhiques –, couvrent l'ensemble du bouddhisme indien et en constituent la source écrite la […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Textes canoniques et littérature scolastique »  : […] La première préoccupation des Tibétains en se convertissant fut d'avoir accès aux textes canoniques, rédigés pour la plupart en sanskrit, mais aussi dans des langues vernaculaires, si l'on en croit un édit royal ordonnant de retranscrire les originaux en sanskrit avant leur traduction en tibétain. Trois révisions successives de la langue des traductions furent ordonnées, la dernière au début du x […] Lire la suite

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’aventure de la traduction »  : […] Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt, elle est d’abord l’élève des philosophes Michel Deguy et Jean Beaufret, qui ont grandement contribué à l’introduction de la pensée de Martin Heidegger en France. Grâce à Jean Beaufret, elle participe au mythique séminaire du Thor, près de L’Isle-sur-la-Sorgue, qui se tint chez René Char en 1969, en présence de Heidegger. L’empreinte de la pensée de c […] Lire la suite

ČEP JAN (1902-1974)

  • Écrit par 
  • Milan BURDA
  •  • 982 mots

Né en 1902 en Moravie dans une famille paysanne pauvre, Jan Čep est un des représentants les plus importants de la littérature spiritualiste tchèque d'inspiration catholique du xx e  siècle. Après le baccalauréat, obtenu en 1922, il entre à l'université Charles de Prague, où il étudie le tchèque, l'anglais et le français. Il ne termine pas ses études et, pendant l'année 1926, il collabore à l'acti […] Lire la suite

CHEIMONAS GEORGES (1938-2000)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 616 mots

Né à Kavala en Macédoine grecque le 16 mars 1938, Georges Cheimonas est le cadet d'une famille de trois enfants. Son père, originaire de Thessalie, est employé de banque. Sa mère, femme au foyer, est une réfugiée grecque d'Asie Mineure chassée de Turquie en 1922. En avril 1941, la Grèce est occupée par les forces de l'Axe. Kavala se trouve en zone d'occupation bulgare. Sofia, alliée zélée de Berli […] Lire la suite

CHENG FRANÇOIS (1929- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 859 mots

Poète, romancier et calligraphe, François Cheng est né en Chine, à Nanchang, le 30 août 1929. Issu d'une famille d'universitaires et de lettrés, le jeune homme, qui connaît la fin de la guerre et la guerre civile en Chine, entre à l'université de Nankin, avant de gagner la France en 1949. Il finit par s'y installer. Étudiant à la Sorbonne, il est un lecteur assidu à la bibliothèque Sainte-Geneviè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 février 2022 Colombie. Dépénalisation de l'avortement ordonnée par la Cour constitutionnelle.

Cette décision doit encore faire l’objet d’une traduction législative. […] Lire la suite

24 mai 2018 Espagne. Condamnation du Parti populaire dans le procès de l'« affaire Gürtel ».

Le principal responsable du réseau de corruption, l’entrepreneur Francisco Correa, – dont la traduction du patronyme en allemand donne son nom à l’« affaire Gürtel » – est condamné à près de cinquante-deux ans de prison. Parmi les condamnés figurent également une dizaine d’anciens cadres du Parti populaire, dont l’ancienne ministre Ana Mato et l’ancien trésorier national Luis Bárcenas, ainsi que la formation du Premier ministre Mariano Rajoy elle-même qui doit restituer près de 250 000 euros de financement illégal. […] Lire la suite

4-26 août 2016 France. Polémique au sujet de l'interdiction du burkini sur les plages.

Le 17, dans un entretien accordé au quotidien régional La Provence, le Premier ministre Manuel Valls affirme « comprendre » et « soutenir » les maires opposés au port du burkini qui, selon lui, « n’est pas compatible avec les valeurs de la France et de la République », mais « est la traduction d’un projet politique, de contre-société, fondé sur l’asservissement de la femme ». […] Lire la suite

9-31 mai 2010 Israël – Autorité palestinienne. Arraisonnement violent d'un convoi maritime humanitaire à destination de Gaza

Le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas demande la traduction des responsables de l'opération devant la justice internationale et décrète trois jours de deuil. L'Union européenne exige une « enquête complète » sur le déroulement de l'assaut. Plus modérés, les États-Unis « regrettent » les pertes humaines et exigent de connaître les circonstances de l'opération. […] Lire la suite

3-30 janvier 2006 Israël – Autorité palestinienne. Victoire du Hamas aux élections palestiniennes

Le 27, des milliers de militants du Fatah manifestent à Gaza et en Cisjordanie pour exiger la démission des instances dirigeantes du parti et la traduction en justice de ses membres corrompus. Le 29, Israël annonce la suspension du reversement de 50 millions de dollars de taxes d'importation perçues pour le compte des Palestiniens. Le 30, à Londres, les membres du quartet – O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline GUILLEMIN-FLESCHER, « TRADUCTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traduction/