BAUDRILLARD JEAN (1929-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sociologue et philosophe, Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims dans une famille d'origine paysanne. Fils unique et studieux, il est remarqué par ses instituteurs, qui soutiennent son dossier de bourse. Il intègre le lycée Henri-IV, à Paris, où il prépare le concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il interrompt pour devenir ouvrier. Cette expérience terminée, il achève ses études à la Sorbonne et obtient son agrégation d'allemand. Il commence alors une carrière de professeur de l'enseignement secondaire, laquelle bifurque rapidement vers les universités allemandes où il devient lecteur-résident. Pendant la guerre d'Algérie, sa situation de soutien de famille lui permet de rester, le temps de son service militaire, en région parisienne, au Centre du cinéma des armées.

Jean Baudrillard

Photographie : Jean Baudrillard

Jean Baudrillard déploie une analyse caustique du passage de la société de consommation à celle du monde virtuel. 

Crédits : Thomas Koch/ Shutterstock.com

Afficher

Ses premiers travaux sont tout naturellement des traductions de grands textes de la littérature et de la philosophie allemandes. Avec Gilbert Badia, il traduit, entre autres œuvres, les Dialogues d'exilés de Bertolt Brecht et Marat/Sade de Peter Weiss. Par ailleurs, il offre au public français la traduction d'un texte majeur de Karl Marx, L'Idéologie allemande. La poésie allemande n'échappe pas à son attention, et il présente une traduction des poèmes d'Hölderlin, publiée tardivement dans la revue Les Cahiers de l'Herne (2005).

Dans les années 1960, le décloisonnement et l'interdisciplinarité sont dans l'air du temps, et Jean Baudrillard n'y échappe pas. Abandonnant l'enseignement secondaire, il entreprend une thèse de doctorat à l'université de Paris X-Nanterre sous la direction du philosophe et sociologue Henri Lefebvre avec qui il s'initie à l'analyse et au décryptage de la vie quotidienne. Cette thèse lui ouvrira les portes de la carrière universitaire. Au même moment, il suit les cours de Roland Barthes, notamment ses analyses sémiologiques, à l'École pratique des hautes études. Il soutient avec succès sa thèse en 1966, qu'il publie deux ans plus tard sous le titre Le Système des objets.

Jean Baudrillard va accompagner les ruptures du temps portées par Mai-68. Successivement chargé de cours, assistant puis maître de conférences au département de sociologie de l'université de Paris-X-Nanterre, son travail est, avec celui d'Henri Lefebvre, immédiatement discuté et abondamment commenté par les militants du Mouvement du 22-Mars, qui naît au même moment dans cette université. Pour autant, il développera un rapport à la fois méfiant et ludique à l'égard des grandes logorrhées idéologiques qui colonisent les cerveaux. Longtemps après, de 1986 à 1990, il sera directeur scientifique à l'Institut de recherche et d'information socio-économique de l'université de Paris-IX-Dauphine.

Jean Baudrillard est aussi un créateur de lieux et un homme de rencontres. Il participe ainsi à de nombreuses fondations de revues : Utopie en 1967, Traverses, revue du Centre national d'art contemporain, avec Paul Virilio, mais aussi la revue canadienne CTheory. À la même époque, il rencontre quelques icônes de la scène intellectuelle et artistique internationale : Andy Warhol, Marshall McLuhan, l'écrivain Philip K. Dick et le psychologue Paul Watzlawick dans les universités américaines. Il fera aussi la connaissance d'Umberto Eco à Urbino (Italie). Ces voyages et ces rencontres annoncent l'essor d'une notoriété internationale qui trouvera son apogée dans les décennies de 1980 et de1990.

L'œuvre de Jean Baudrillard s'étend aussi au domaine de la photographie. En 2000, il expose pour la première fois à la Maison européenne de la photographie à Paris. Répondant à l'appel de photographes, il livre des textes, dont l'un, à la demande du collectif Tendance floue, sera publié dans le livre Sommes-nous. Cet ouvrage sera distingué par l'infinity award 2007 du meilleur livre de photographie de l'International Center of Photography de New York. Entre-temps, la Documenta, prestigieuse manifestation d'art contemporain organisée à Kassel (Allemagne), lui avait consacré, en 2004-2005, à l'occasion de ses soixante-quinze ans, une grande exposition intitulée La Disparition du monde, recension des photographies de Jean Baudrillard depuis les années 1970.

L'écho répond à l'écho. Si Jean Baudrillard fut rapidement interpellé et discuté sur tous les continents, c'est sans doute qu'il renvoyait chacun à son immersion dans ces flux d'échos interminables que sont les systèmes de signes dans lesquels nous sommes pris. L'interpellation répond à l'interpellation, et sa répétition continue. L'interpellation du monde et de ses lecteurs par Jean Baudrillard commence et passe par une réflexion qui, dès les années 1960, associe la critique de l'idéologie et la sémiologie. Le rapport inversé au monde et au réel que confère l'idéologie laisse apercevoir une relative autonomie de la représentation et de son simulacre. Dans les conditions d'un capitalisme moderne extensif qui déploie une marchandisation conquérante du monde, les systèmes de signes et leur fonction représentative s'autonomisent, « fonctionnent par eux-mêmes » laissant sur le bas-côté « la réalité » : celle-ci disparaît de nos horizons. La place est dès lors faite à la série infinie des simulacres. Ce constat qui traverse l'œuvre de Jean Baudrillard, il nous le livre, accompagné d'un usage possible, qui sera le sien : paradoxe et provocation. En 1991 paraît La guerre du Golfe n'a pas eu lieu. Cette provocation répond au simulacre et à la vaste entreprise de désinformation à laquelle la guerre du Koweït a donné lieu. En trente ans d'échos, d'ouvrages en prises de positions, Jean Baudrillard nous livre un engagement dans le monde et ses simulacres politiques qui s'extrait des partis et de leur administration de la « réalité ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAUDRILLARD JEAN (1929-2007)  » est également traité dans :

JEAN BAUDRILLARD (Cahier de l'Herne)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 018 mots
  •  • 1 média

LeCahier de l'Herne, dirigé par François l'Yvonnet, qui a été consacré en 2005 à Jean Baudrillard, brosse le portrait paradoxal d'une œuvre et d'un homme qui revendiquent, sur fond de désenchantement, une irréductible singularité. Sa pensée – « géniale et dingue », selon les mots d'Edgar Morin – n'aura cessé de travailler (sur) l […] Lire la suite

BESOIN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 635 mots

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « Où commence l’échange des biens ? »  : […] Mais en imaginant des échanges entre les seuls individus, les philosophes du contrat n’ont-ils pas projeté à tort dans le passé des caractéristiques issues d’une très longue histoire ? On doit en particulier à l’anthropologue Marcel Mauss (1872-1950) d’avoir dénoncé cette illusion en mettant en évidence le caractère collectif des échanges tels qu’ils existent dans les sociétés archaïques : « Ce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude BUSSIÈRE, « BAUDRILLARD JEAN - (1929-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baudrillard-jean-1929-2007/