THRACE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Difficilement partagés au cours des guerres balkaniques entre la Bulgarie, la Grèce et la Turquie, les plaines et les plateaux de Thrace n'ont guère d'unité naturelle et le découpage des régions ne permet pas une mise en valeur rationnelle et homogène. Les frontières qui les délimitent suivent parfois les reliefs ou les cours d'eau (c'est le cas du talweg de la Marica — ou Maritza —, d'Évros, entre la Turquie et la Grèce), mais parfois s'en écartent, ce qui pose des problèmes délicats pour l'exploitation commune des ressources en eau, comme c'est le cas dans les vallées dont le tronc collecteur est la Marica. La mise en place de ces frontières s'est accompagnée d'échanges incomplets des populations, les Grecs abandonnant entièrement le secteur turc, mais des minorités musulmanes de langue turque demeurant en Grèce et en Bulgarie. Ces divisions ont perturbé aussi la hiérarchie du réseau urbain et le système des communications : les convois ferroviaires de Sofia à Istanbul ont longtemps transité par le territoire grec entre Svilengrad et Edirne. Cette dernière, trop proche de frontières peu perméables, a perdu une grande partie de son aire d'influence, sans que Svilengrad ou Dhidhimotikhon puissent relayer son rôle en Bulgarie et en Grèce. Si la population d'Alexandroupolis, plaque tournante des relations continentales entre la Grèce et la Turquie, a augmenté (23 000 hab. en 1971, environ 50 000 en 2001), son rôle est sans commune mesure avec ce qu'il serait si son port était devenu le débouché des centres industriels du sud-est de la Bulgarie.

La Thrace grecque, appendice reculé du territoire national, ne dispose d'aucun équipement industriel notable et juxtapose des compartiments mal intégrés : piémonts à tabac de Xanthi et terres d'arboriculture et de sériciculture du Soufli en voie de dépeuplement ; plaines de l'Évros recolonisées par des réfugiés et où la production des céréales freine l'émigration ; plaines et collines du rivage égéen proches de Komotini, à majorité turque et à cultures vivrières, où la population est stable.

La Thrace bulgare, mieux dotée, est radicalement différente : la mécanisation de l'agriculture, l'irrigation des sols, grâce en particulier à la construction de barrages sur les affluents de la Marica, ont permis d'y augmenter considérablement les productions (blé, maïs, tabac, coton, fruits) que des paysans avisés avaient déjà beaucoup diversifiées. Les pays de la Marica sont devenus l'ensemble le plus prospère de la Bulgarie. Chaque ville est un petit centre industriel capable d'absorber les excédents de main-d'œuvre agricole (Haskovo, Harmanli). L'exploitation du gisement de lignite de Maritza, qui a fait naître la ville nouvelle de Dimitrovgrad, a trouvé des sources d'énergie susceptibles d'alimenter un groupe d'industries lourdes (ciment, engrais) qui équilibre, en occupant une part de la main-d'œuvre, les industries de transformation de Plovdiv.

Région européenne, la Thrace orientale turque, qui s'étend sur 18 885 kilomètres carrés, comporte trois zones naturelles : façade boisée sur la mer Noire, steppe centrale, collines d'aspect méditerranéen du versant de la Marmara, qui constituent déjà une réplique en miniature de la structure d'ensemble de l'Anatolie.

Au nord, le long de la frontière bulgare et de la côte de la mer Noire, le massif ancien de l'Istranca (1 050 m) est largement boisé dans sa partie orientale, où la forêt de hêtres a été éclaircie par des villages de réfugiés des Balkans. Il est beaucoup plus dénudé dans sa partie occidentale, au-dessus du bassin intérieur, où les habitants de vieux villages turcs pratiquent depuis longtemps une culture céréalière associée à un élevage trop dense qui a considérablement dégradé le milieu.

Au sud, le long de la côte de la mer de Marmara, une ligne de collines, atteignant 945 mètres, présente des paysages variés, où les cultures de la vigne, des oliviers et du tabac, se mêlant aux champs de céréales, entourent de plaisantes bourgades côtières, comme Tekirdag.

Au centre, le bassin néogène argilo-marneux de l'Ergène, découpé en longues lanières par les affluents du fleuve, est une steppe d'origine essentiellement anthropique, comme le prouve la pluviosité relativement élevée (atteignant 500 mm par an), ainsi que la présence de vestiges de bosquets de chênes qu'on peut y découvrir jusque dans les parties centrales. Les précipitations notables expliquent le succès d'une agriculture associant blé et betterave à sucre en culture pluviale, combinaison agricole que la Thrace a été la première à développer en Turquie, dès avant la Première Guerre mondiale.

Cette Thrace turque n'est plus qu'un médiocre reste des possessions ottomanes en Europe. En témoigne la situation frontière de la ville principale, Edirne (Andrinople), totalement excentrée par rapport à la région et coupée d'une grande partie de sa sphère d'influence. La cité a gardé le nom, légèrement déformé, d'Hadrianopolis, donné par l'empereur romain Hadrien, qui l'avait considérablement développée dans un site défensif remarquable (boucle de méandre de la Tundža) dominant le confluent des deux vallées de la Tundža et de la Marica (en turc Meriç), qui donnent accès de la plaine thrace aux bassins bulgares. La ville fut ainsi toujours une grande place militaire à l'orée des Balkans, avant-poste de la défense de Byzance contre les Bulgares ou de l'Empire ottoman pendant sa période de repli aux xixe et xxe siècles, mais aussi point de départ des expéditions de conquête des sultans, lieu de rassemblement de l'armée avant l'entrée dans les pays montagneux et difficiles des Balkans. Cette fonction lui valut sa plus grande fortune, à partir de 1361, lorsqu'elle fut prise par les Turcs, à une époque où ceux-ci s'engageaient déjà dans les Balkans avant même la prise de Byzance, et surtout à partir de 1402 lorsque la défaite de Bayézid Ier à Ankara devant Tamerlan contraignit la puissance ottomane à se replier temporairement en Europe. Elle fut alors le siège principal de leur capitale jusqu'à la chute de Byzance en 1453. Le transfert du pouvoir dans cette dernière ville n'affecta pas la prospérité d'Edirne, qui resta très active jusqu'à la fin du xviie siècle et en a gardé de nombreux monuments. Le déclin a suivi le recul de la puissance ottomane. Edirne (120 000 hab. en 2000) ne vit plus guère que de son rôle de ville frontière et de son importante garnison ; elle ne possède que de petites industries textiles et du cuir.

Siège d’Andrinople, 1913

Photographie : Siège d’Andrinople, 1913

Durant la seconde guerre balkanique, en 1913, une batterie de campagne bulgare prend position, lors du siège d'Andrinople (l'actuelle Edirne), en Thrace orientale, occupée par les Turcs. Ces derniers reconquièrent la ville peu après. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Academia Europaea

Classification

Autres références

«  THRACE  » est également traité dans :

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge bulgare »  : […] L'histoire de la Bulgarie commence avec l'installation sur le territoire actuel du peuple qui lui a donné son nom, avec la fondation de l'État bulgare d'Asparuch en 681. Mais il y eut une Bulgarie avant les Bulgares, dont le substrat ethnique originel est la Thrace et qui porte l'empreinte des grandes civilisations de l'Antiquité. Varna, Sozopol, Nessebar sont les héritières de colonies grecques […] Lire la suite

CHERSONÈSE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 272 mots

Presqu'île de Thrace (actuellement Gallipoli) qui fut colonisée par les Grecs dès la fin du ~ viii e siècle. Vers ~ 560, peu après la première prise du pouvoir par Pisistrate à Athènes, une expédition conduite par Miltiade réussit à s'emparer d'une grande partie de la péninsule où furent installés des colons athéniens. Jusqu'en ~ 493 la Chersonèse demeura en fait le domaine privé de Miltiade l'An […] Lire la suite

GÈTES

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 182 mots

Peuple d'origine thrace, proche des Daces, les Gètes étaient établis au ~ vi e siècle sur la rive droite du Danube. Ils apparaissent dans l'histoire comme des auxiliaires de Darius, puis de Philippe de Macédoine. Alexandre le Grand les attaqua et leur cavalerie fut incapable de résister à la phalange, mais ils se réfugièrent dans la steppe où le roi de Macédoine renonça à les poursuivre. En ~ 326 […] Lire la suite

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 411 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des dissymétries régionales maintenues »  : […] L'ampleur des mutations géographiques, économiques, sociales et politiques qui ont affecté la Grèce depuis l'après-guerre a profondément bouleversé les équilibres géographiques et les paysages humains du pays. Pendant longtemps, le résultat d'ensemble a pu se résumer au partage entre un espace utile, concentrant sur un territoire restreint les hommes et les activités dynamiques, et des espaces pér […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'hellénisation de l'Orient et l'unification du peuple grec »  : […] À partir du i er  siècle avant notre ère, Rome, sûre de sa force, abandonne l'hostilité et la méfiance de l'époque républicaine où elle n'avait pas hésité à favoriser les barbares de l'Asie, particulièrement les Parthes, contre l'hellénisme. Elle commence à comprendre que l'élément grec en Orient peut devenir un facteur important pour l'unité et la défense de l'Empire. Cela entraîne un changement […] Lire la suite

KAZANLUK TOMBEAU DE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 467 mots

En 1944, des terrassiers aménageant un abri de défense passive contre les raids aériens ont découvert, près de Kazanluk (Kazanlǎk) en Bulgarie, une tombe à peintures murales. Cette tombe, faisant face au sud sous un tumulus, est située au pied des Balkans, à mi-chemin entre Sofia et la mer Noire, dans ce bassin privilégié où tout mûrit et où fleurissent de célèbres roses. Le tumulus a 40 mètres de […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 528 mots
  •  • 5 médias

La Macédoine antique est une contrée dont les limites ne sont pas fixées de façon précise. Au sud, elle est séparée de la Thessalie par les monts Cambuniens, puissant massif montagneux aux versants abrupts. À l'ouest et au nord, la haute Macédoine est un pays accidenté et montagneux où prennent naissance les grands fleuves qui descendent vers le golfe Thermaïque (ou de Thessalonique), l'Haliacmôn […] Lire la suite

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philippe en Thrace »  : […] C'est en Thrace que nous le retrouvons en 353 et 352 avant J.-C., guerroyant contre le roi Cersebleptès et ses alliés athéniens, en particulier le stratège Charès. Le détail des opérations, terrestres et navales, nous échappe, car nous n'en possédons aucun récit suivi. Il semble que Philippe visait déjà l'Hellespont, afin de couper la route de la mer Noire et l'approvisionnement d'Athènes en blé, […] Lire la suite

SLAVES DU SUD (ART DES)

  • Écrit par 
  • Athanas BOJKOV, 
  • Vajislav DJURIC
  •  • 7 400 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources de l'art bulgare »  : […] Ce sont les Thraces qui ont laissé les premières œuvres importantes sur les terres bulgares. Ils occupent les régions centrales et orientales de la péninsule balkanique jusqu'à la fin du deuxième millénaire avant J.-C. et maintiennent de fructueuses relations séculaires avec le monde égéen. L'admiration avec laquelle Homère parle de leur orfèvrerie atteste la renommée de leur artisanat : ils sont […] Lire la suite

THASOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 821 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tribulations d'une cité secondaire »  : […] À la fin du v e  siècle, Thasos, non sans de douloureuses péripéties, met à profit l'effondrement d'Athènes : elle rétablit ses remparts, reconstitue sa flotte, recouvre une partie au moins de son Épire et pose les bases d'un nouvel essor économique en procédant à une réforme monétaire, en instituant le timbrage des amphores et en interdisant l'introduction de vins étrangers sur toute la côte nord […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier de PLANHOL, « THRACE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thrace/