CHERSONÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Presqu'île de Thrace (actuellement Gallipoli) qui fut colonisée par les Grecs dès la fin du ~ viiie siècle. Vers ~ 560, peu après la première prise du pouvoir par Pisistrate à Athènes, une expédition conduite par Miltiade réussit à s'emparer d'une grande partie de la péninsule où furent installés des colons athéniens. Jusqu'en ~ 493 la Chersonèse demeura en fait le domaine privé de Miltiade l'Ancien, puis de son neveu Miltiade le Jeune, lequel dut accepter la domination perse. Mais, après les guerres médiques, les Athéniens reprirent pied en Chersonèse, établissant des colons à Sestos et à Callipolis, et, sauf pendant la courte période de vingt ans qui suivit leur défaite d'Aigos Potamos (~ 405), la Chersonèse resta une des bases de la puissance athénienne en mer Égée. De fait, non seulement les colons athéniens de Chersonèse envoyaient une partie des grains qu'ils récoltaient en Attique, mais en outre la mainmise sur la Chersonèse située à l'entrée de la Propontide permettait aux Athéniens de contrôler le passage des navires venant de la mer Noire. Au ~ ive siècle, en effet, la région des détroits était vitale pour assurer l'approvisionnement d'Athènes en blé. La conquête de la Thrace par Philippe de Macédoine fit peser sur la Chersonèse un grave danger que les efforts de Démosthène ne réussirent pas à conjurer : en ~ 338, la Chersonèse passa aux mains de Philippe, et cette perte, autant que la défaite de Chéronée (~ 338), marqua la fin de l'indépendance d'Athènes.

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHERSONÈSE  » est également traité dans :

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'« hègémôn » de la Grèce »  : […] Durant la dernière partie du règne de Philippe, sa puissance s'affermit en effet, ce qui permet sa victoire totale sur la Grèce. Dès 343, Philippe, sans ouvrir les hostilités, se livre à des attaques contre les dernières possessions athéniennes de l'Égée, menaçant la Thrace dont il s'empare définitivement en 341. Il s'en prend alors aux clérouques (ou colons) athéniens de Chersonèse, ce qui amène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macedoine-antique/#i_29772

MILTIADE (env. 550-489 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claudine LEDUC
  •  • 303 mots

Général athénien, fils de Cimon Coalemos, du dème Lakiades (Athènes), Miltiade appartient à une famille noble et riche, les Cimonides, liée au génos des Philaïdes. Son père, trois fois « olympionique » (vainqueur aux jeux Olympiques), est assassiné en ~ 528/527, à l'instigation des Pisistratides inquiets de sa notoriété ; et c'est son frère aîné, Stésagoras, qui doit succéder à celui-ci, Miltiade […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miltiade/#i_29772

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « CHERSONÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chersonese/