STATISTIQUE THERMODYNAMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problèmes ergodiques en mécanique statistique

Notons d'abord que les développements récents de la mécanique analytique ont permis d'approfondir les idées sur la nature du mouvement des systèmes conservatifs. D'après les lois de la dynamique, le mouvement d'un système classique est représenté par une trajectoire dans l'espace des phases. Mais la notion de trajectoire implique la possibilité d'une détermination d'un état instantané du système, avec une précision absolue. Or, en physique, toutes les mesures qu'on peut effectuer sont d'une précision finie. Par conséquent, la description de l'évolution en termes de trajectoires est une idéalisation valable uniquement quand le mouvement est stable. Des recherches mathématiques en mécanique ont montré que, à l'exception de systèmes très simples, le mouvement est, en général, structuralement instable et dépend d'une manière extrêmement sensible aux conditions initiales. N'importe quel domaine de l'espace des phases, aussi petit soit-il, contient des trajectoires fortement divergentes ou qualitativement distinctes. Dans cette situation, la notion de trajectoire est une idéalisation physiquement inobservable : une description probabiliste en termes de fonction(s) de distribution s'impose alors, et c'est pour cette raison que l'introduction des méthodes probabilistes en mécanique, c'est-à-dire l'introduction de la mécanique statistique, se justifie.

Considérons maintenant un système en équilibre, c'est-à-dire dans un état correspondant à une solution stationnaire de l'équation de Liouville (cas classique) ou de celle de von Neumann (cas quantique). Le système est dit ergodique si la valeur moyenne, équation (1) ou (2), d'un observable quelconque est égale à la moyenne temporelle (cf. mécanique statistique et théorie ergodique). Pour un système fini dont l'énergie est fixée, il n'existe qu'un seul état d'équilibre (la distribution microcanonique) et l'opérateur de Liouville ou de von Neumann admet une valeur propre simple nulle. L'ergodicité est une condition suffisante pour la justification d'une description probabiliste des phénomènes indépendants du temps au sein d'un système dynamique.

Néanmoins, pour un système dont l'état initial est arbitraire, cette propriété d'ergodicité ne permet pas d'assurer que les valeurs moyennes des observables atteignent effectivement leur valeur d'équilibre. Pour que l'approche vers l'état d'équilibre soit assuré, des conditions plus sévères doivent être satisfaites. En effet, on peut formuler une hiérarchie des conditions, chacune impliquant la précédente et, parmi celles-ci, l'ergodicité est la plus faible. Ces conditions caractérisent le degré d'instabilité du mouvement et dans quel sens, toutefois, le système peut approcher l'équilibre statistique. Ce sont des conditions liées aux propriétés spectrales du générateur L du groupe d'évolution Ut et, en particulier, à l'apparition d'un spectre continu (cf. théorie spectrale).

Il existe des systèmes classiques finis (mais non hamiltoniens), notamment le modèle d'un gaz de sphères impénétrables, dont les trajectoires dans l'espace des phases sont hautement instables, et même dans un sens aléatoire. Par contre, les systèmes hamiltoniens ne sont en général ni ergodiques ni intégrables, et, dans l'espace des phases, on observe un mélange des trajectoires stables et aléatoires. Il s'ensuit que, au moins pour une classe de conditions initiales, une approche vers une distribution uniforme peut être obtenue. Dans le cas des systèmes quantiques finis, le spectre du hamiltonien et celui de l'opérateur de von Neumann sont discrets. Par conséquent, les valeurs moyennes des observables sont des fonctions quasi périodiques du temps et, pour formuler une théorie cohérente de l'irréversibilité, la limite d'un système infini est nécessaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STATISTIQUE THERMODYNAMIQUE  » est également traité dans :

ENTROPIE

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 1 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entropie de Boltzmann »  : […] Le xix e  siècle vit aussi l'essor de l'hypothèse atomique, selon laquelle tous les corps sont faits d'atomes. C'est le développement de la chimie quantitative, initiée par Lavoisier, qui amena ainsi à reprendre pour l'affirmer une idée au demeurant fort ancienne puisqu'elle remonte à l'Antiquité grecque. La thermodynamique n'avait, quant à elle, nul besoin d'une réalité sous-jacente – que l'on qu […] Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Boltzmann à Von Neumann »  : […] Jusqu'ici, les thèmes de la nécessité et du hasard, au sens scientifique, n'ont pas été présentés en tant que parties prenantes de problèmes scientifiques. Le démon de Laplace comme le hasard et la nécessité de Monod n'autorisent aucun modèle précis dont la pertinence pourrait être mise à l'épreuve à partir du monde observable mais indiquent seulement comment on doit juger ce monde. Quant à la mé […] Lire la suite

TRANSITION ORDRE-DÉSORDRE

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 4 694 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Paramètres d'ordre à longue et courte distance »  : […] Revenons maintenant au type de désordre que nous avons qualifié de réticulaire et cherchons à définir des paramètres susceptibles de le décrire quantitativement. Pour faire image, référons-nous au cas de l'alliage AB déjà évoqué et décrit dans la figure . Deux options peuvent être prises. La première consiste à s'intéresser au voisinage immédiat de chacun des atomes, c'est-à-dire à l' ordre local […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alkiviadis GRECOS, « STATISTIQUE THERMODYNAMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-statistique/