THÉRAPEUTIQUEChimiothérapie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La chimiothérapie est la science qui se propose d'appliquer, à des fins thérapeutiques, des « principes actifs » naturels ou synthétiques de structure parfaitement connue. Par extension et du fait qu'elle évolue de plus en plus vers une science exacte, la chimiothérapie se propose de dépasser le stade empirique et de mieux connaître le mécanisme d'action des principes actifs ou des médicaments qu'elle utilise. Elle s'appuie sur les données récemment acquises par trois autres disciplines : biochimie, biologie moléculaire et pharmacologie (voir les articles ainsi intitulés).

Selon une convention entérinée par l'usage et due à son histoire même, le terme « chimiothérapie » est cantonné dans un sens plus restreint que son étymologie ne le laisserait supposer : on entend par chimiothérapie le traitement des maladies dues à des parasites systémiques, c'est-à-dire des maladies tropicales ou parasitaires, des maladies infectieuses (bactériennes et virales), et enfin le traitement du cancer. Cette définition restreinte est particulièrement bien illustrée par le sommaire des traités ou des revues de chimiothérapie ainsi que par le programme des congrès internationaux qui ont lieu tous les deux ans et figurent parmi les activités principales de la Société internationale de chimiothérapie.

Voyons seulement à titre d'exemple les étapes qui ont fait franchir un pas décisif dans le traitement des infections diverses. Parmi les découvertes anciennes, rappelons entre autres celles de deux produits connus depuis le xviie siècle : la racine d'ipéca pour le traitement de la dysenterie, et l'écorce de quinquina pour le traitement de la malaria. Une autre étape importante fut atteinte dès le milieu du xixe siècle, grâce à Pasteur et à Lister qui généralisèrent l'asepsie et l'antisepsie en milieu hospitalier ; le phénol figure parmi les premiers antiseptiques utilisés à grande échelle. Vinrent ensuite les travaux mémorables de Paul Ehrlich (1874-1915) considéré à juste titre comme le père de la chimiothérapie ; ces travaux devaient aboutir à l'utilisation de divers composés arsenicaux comme antiparasitaires. Par la suite, deux grands progrès devaient être successivement accomplis : l'utilisation des sulfamides en tant qu'agents anti-infectieux, découverte due à Domagk et à une équipe française de l'Institut Pasteur dirigée par Tréfouël, puis l'utilisation de nombreux antibiotiques majeurs. L'application des antibiotiques à la thérapeutique au milieu du xxe siècle ne fut que la valorisation de la découverte de la pénicilline par Fleming en 1928, fait qui passa presque inaperçu à l'époque.

La recherche des molécules actives

L'examen du catalogue des médicaments majeurs utilisés en thérapeutique révèle que la découverte de ceux-ci est due à six démarches ou modes d'investigation principaux :

– L'exploitation des pharmacopées traditionnelles, notamment l'utilisation des plantes connues souvent depuis des siècles pour leur valeur médicinale ; à partir de ces plantes, de nombreux principes actifs encore très valables ont pu être isolés à l'état pur : quinine, morphine, colchicine, réserpine (cf. médicaments, pharmacologie).

– L'exploitation raisonnée d'une observation fortuite : ce fut le cas de la découverte de la pénicilline par Fleming, suivie de celle de nombreux autres antibiotiques naturels, selon le même principe.

– La modification artificielle de molécules d'origine naturelle pour en améliorer les performances ; c'est le cas des nombreux antibiotiques d'hémisynthèse obtenus à partir des grands produits naturels.

– Le criblage ou screening ; cette méthode consiste à mettre au point une batterie de tests biologiques et à examiner systématiquement, et sans idée préconçue, l'activité des molécules les plus diverses vis-à-vis de ces tests. Le rendement est très faible, et c'est là une démarche routinière assez peu satisfaisante pour l'esprit, sauf lorsqu'on compare des molécules faisant partie d'une même famille biochimique, les stéroïdes par exemple.

– Les relations entre structure et activité et les modèles biochimiques. L'étude du mécanisme d'action des médicaments et la meilleure connaissance des récepteurs de ceux-ci au niveau des organes cibles permettent déjà, dans certains cas, de concevoir, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : ingénieur-docteur, docteur ès sciences, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ingénieur E.S.C.I.L.

Classification

Autres références

«  THÉRAPEUTIQUE  » est également traité dans :

THÉRAPEUTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Bernard GLORION
  •  • 2 280 mots

Prenant le relais des universités médiévales, le xixe siècle a établi les principes de base de l'activité médicale en développant une méthodologie cohérente dans l'analyse des situations pathologiques : c'est la méthode anatomo-clinique, qui est toujours en vigueur. Dans ce contexte, l'acte médical ne peut être exercé sans une longue préparation, à la […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Thermalisme

  • Écrit par 
  • François BESANÇON
  •  • 3 379 mots
  •  • 1 média

Le nombre des cures thermales dans le monde dépasse 10 millions par an. En France, plus de 500 000 cures thermales sont prescrites chaque année, la majorité d'entre elles avec l'appui de la Sécurité sociale. Cette thérapeutique est donc un fait massif, du point de vue sanitaire, économique et social.Pour fixer les idées par un exemple, suivons en France un asthmatique insuffisamment amélioré par u […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Physiothérapie

  • Écrit par 
  • Henri DESGREZ
  •  • 2 959 mots
  •  • 1 média

La physiothérapie consiste à traiter certaines maladies par des moyens physiques qui sont : des courants électriques (électrothérapie), des ultrasons (ultrasonothérapie), des rayonnements électromagnétiques (actinothérapie). Remarquons que les traitements par les rayons X et par les radiations des corps radioactifs appartiennent bien à la physiothérapie, mais ils font l'objet d'autres articles.Éle […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Radiothérapie

  • Écrit par 
  • François ESCHWEGE, 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 3 182 mots
  •  • 1 média

La radiothérapie des tumeurs malignes est née, à la fin du xixe siècle et au début de ce siècle, de deux découvertes différentes. D'une part, Becquerel observa accidentellement l'action biologique des radiations γ du radium, en constatant l'apparition d'un érythème en regard d'un tube de radium qu'il avait porté sur lui. D'autre part, les possibilités […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Réanimation

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON, 
  • François NOUAILHAT
  •  • 3 607 mots

La réanimation est une discipline médicale qui a pour but de traiter comme de prévenir les désordres mettant la vie en danger ; son individualisation récente est le fruit des progrès réalisés en physiopathologie, en biologie, en technologie médicale, en pharmacologie, et surtout de leur application concertée au traitement, grâce à des soins dits intens […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

La substitution d'éléments du corps humain en vue de traiter des maladies trouve sa justification, au tout début du xixe siècle avec François-Xavier Bichat, dans la mise en évidence que certains organes ou tissus sont précisément le support corporel de ces maladies. Le concept de greffe thérapeutique naîtra de l'idée que les éléments vitaux ne peuvent […] Lire la suite

ACNÉ

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 3 296 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitements locaux des formes légères d’acné »  : […] Dans les formes très légères ou légères d’acné, le traitement est d’abord local sous forme de gel, crème ou lotion. Il repose sur l’usage de peroxyde de benzoyle (un agent oxydant antibactérien, également kératinolytique et antiséborrhéique) ainsi que sur les rétinoïdes topiques (dérivés du rétinol ayant une action en profondeur dans la peau). Ces deux familles de molécules réduisent l'hyperkérat […] Lire la suite

ACUPUNCTURE

  • Écrit par 
  • François BOUREAU
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Électro-acupuncture »  : […] La majorité des travaux ont porté sur l'électro-acupuncture. Les avantages sont une plus grande facilité d'utilisation pour de longues périodes, un meilleur contrôle du niveau plus ou moins élevé de la stimulation électrique. Celle-ci est délivrée au travers des aiguilles d'acupuncture implantées au niveau des points chinois. L'idée n'est pas récente puisque en Europe, dès 1825, Sarlandière préc […] Lire la suite

ACUPUNCTURE AURICULAIRE ou AURICULOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Michel MARIGNAN
  •  • 995 mots

L' acupuncture auriculaire, ou auriculothérapie, est une méthode thérapeutique du domaine des réflexothérapies pour laquelle le pavillon de l'oreille est utilisé à des fins thérapeutiques mais aussi diagnostiques. Technique médicale en première apparence semblable à l'acupuncture chinoise – on a similairement recours à la piqûre de points à l'aide d'aiguilles stériles –, elle en diffère fortement […] Lire la suite

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique thérapeutique »  : […] Cette distinction entre dépendance et addiction, dans leur intrication, a toute son importance dans le traitement psychothérapique des personnes addictes. Car si la dépendance peut être « guérie », au sens médical du terme, par une cure de désintoxication, ou « substituée » par un autre produit sans les propriétés iatrogènes de la drogue, le traitement psychothérapeutique de l'addiction exige du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PRIVAT DE GARILHE, « THÉRAPEUTIQUE - Chimiothérapie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-chimiotherapie/