THÉORIE, sciences

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'historicité des théories

Le contresens consiste à tenir pour une faiblesse, une insuffisance de la théorie physique les manifestations éclatantes de sa fécondité, de son dynamisme rationnel. L'historicité de la théorie repose sur son ouverture sur le monde, sur les investigations qu'elle autorise. Elle est le gage de son efficacité. C'est précisément parce qu'une théorie physique refuse de prendre la forme d'un système métaphysique destiné à rendre pleinement et définitivement intelligible la réalité à partir de principes tenus pour absolument fondés, qu'elle ouvre la voie à un travail de production et de rectification de concepts et d'expériences. Aux cartésiens qui voyaient en l'idée d'une action à distance un retour aux qualités occultes, Newton répondait qu'il n'imaginait « point d'hypothèses » : la force d'attraction exercée par les corps les uns sur les autres, capable de rendre compte des mouvements des planètes, demeurait ainsi inexpliquée. Newton, loin de s'en formaliser, tenait ce refus de la recherche des causes ultimes pour la condition de l'autonomie de la recherche scientifique, libre de poursuivre son aventure sans se soucier des autorités philosophiques. Pour mieux asseoir cette liberté, il allait même jusqu'à minorer la dimension spéculative de son travail, et en fournissait une description qui insistait sur sa dimension empirique.

Fréquent, ce contresens est aussi intéressé. Il est porté par la volonté de discréditer la recherche scientifique et de faire prévaloir une autre voie d'accès à la connaissance. Tantôt il s'agira d'une connaissance métaphysique, d'une rencontre de l'absolu, tantôt d'un contact originaire, d'une expérience première et authentique du réel. Sous la forme d'une intuition intellectuelle ou sensible, il s'agit toujours de faire prévaloir – en vue de justifier des principes moraux et politiques –, les éviden [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉORIE, sciences  » est également traité dans :

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Dans le chapitre « Théorie de la science »  : […] Le but de la théorie de la science est de décrire la constitution et la structure des systèmes scientifiques. Pour Bolzano, une science est un certain ensemble de vérités en soi, découpé dans la totalité des vérités selon des critères qui doivent répondre à la fois à une interrogation théorique, propre à cette science, et aux exigences de la pratique à laquelle elle se destine. L'ensemble des vér […] Lire la suite

DUHEM PIERRE (1861-1916)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 3 009 mots

Dans le chapitre « Le philosophe des sciences »  : […] Tout en poursuivant ses travaux en physique, Pierre Duhem s'est de plus en plus préoccupé de philosophie et d'histoire des sciences, surtout à partir de 1893 pour la première discipline et de 1904 pour la seconde. La Théorie physique rassemble dans un ouvrage riche et original, dont l'importance a également été récemment découverte – notamment dans le monde anglo-saxon –, les conceptions de Duhem […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences formelles, sciences empiriques »  : […] Le développement simultané, et parfois conjoint, d'une mathématique et d'une physique semble poser plus que jamais la question de leurs statuts respectifs et de leurs rapports instrumentaux. Les néo-positivistes du Cercle de Vienne, qui se sont explicitement posé le problème dans les années trente, l'ont généralement résolu d'une façon radicale en ramenant les sciences formelles aux règles – larg […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 868 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'erreur dans les théories physiques »  : […] Très schématiquement, on attribue deux objets aux théories physiques : expliquer la réalité ou représenter les phénomènes, c'est-à-dire des effets observables. Pour Pierre Duhem, au début du xx e siècle, « une théorie physique n'est pas une explication. C'est un système de propositions mathématiques, déduites d'un petit nombre de principes, qui ont pour but de représenter aussi simplement, aussi […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un système ouvert »  : […] À l'issue de cette revue, comment comprendre la situation de l'évolutionnisme d'aujourd'hui ? À notre sens, l'addition et l'intégration à la théorie synthétique orthodoxe des multiples découvertes et points de vue nouveaux intervenus depuis les années 1970-1980 ont eu pour effet de compléter et de moduler de façon décisive, au cours des dernières années du xx e  siècle, la vision de l'évolution e […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite

EXPÉRIENCE ET EXPÉRIMENTATION, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Naissance de la méthode expérimentale »  : […] C'est sous le signe du refus de tout argument d'autorité que les pionniers de la méthode expérimentale, au xvii e  siècle, ont placé leurs efforts pour connaître la nature. Au lieu de s'en remettre aux écrits de l'Antiquité, de lire Aristote ou la Bible, ils ont eu l'idée de consulter la nature elle-même, et de se fier à l'examen des faits et à l'expérience plutôt qu'à leurs spéculations. Il s'ens […] Lire la suite

HYPOTHÈSE (sciences)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 284 mots

Dans le chapitre « Statut d'une hypothèse »  : […] Le statut de l'hypothèse varie selon les principes épistémologiques retenus. Il existe au moins deux grandes manières de concevoir les hypothèses. Une hypothèse peut être une simple généralisation, celle par laquelle on suppose que ce qui a fait l'objet de nombreuses observations concordantes a valeur de loi de la nature. L'hypothèse est alors un condensé des faits, et l'élargissement des connaiss […] Lire la suite

LOI, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 179 mots

Dans le chapitre « Les limites de la loi »  : […] Aussi ne faut-il pas s'étonner que la formulation de lois ait constitué, du xvii e au xix e  siècle, la forme canonique d'énonciation des découvertes scientifiques, en tout cas en physique. Longtemps, les lois porteront le nom de leur premier énonciateur – lois de Kepler, de Snell-Descartes, de Newton, de Boyle-Mariotte, de Lambert, de Coulomb, etc. Par-delà la personnalisation du travail scienti […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « Différentes méthodes pour différentes sciences ? »  : […] Peut-on classer les sciences d'après leurs méthodes ? Ou bien d'après leur manière d'utiliser leurs méthodes ? La méthode représente-t-elle la même chose pour toutes les sciences ? Généralement, « méthode » a un sens vague, et la méthodologie n'est pas préceptive : comment prescrirait-on aux scientifiques ce qu'ils devraient faire, quand on n'est pas d'accord sur ce qu'ils font ? On s'accorde à d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul THOMAS, « THÉORIE, sciences », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-sciences/