Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRE OCCIDENTAL La théâtralité

Primauté de l'action dramatique

Est-ce à dire que toute œuvre théâtrale exige la collaboration de tous ces arts ? Non, bien sûr : chacune a un sujet, ou mieux, une action et c'est cette action qui commande l'appel à tel ou tel artiste. Si quelques meubles devant des tentures suffisent, on ne fera pas appel au peintre. Un metteur en scène, un jour, fit mourir Mithridate en musique : c'était inutile ; quand Racine a besoin de musique, il la demande lui-même, dans Athalie par exemple. La règle immanente à l'essence de l'œuvre théâtrale est un principe d'économie et d'harmonie. Chaque art doit dire ce que les autres ne disent pas. Une intonation, un geste, un regard ajoutent au mot ce qu'il ne saurait exprimer. Un décor peut être nécessaire pour donner non la couleur locale, mais la couleur poétique du lieu : Louis Jouvet demandait à Braque celui du Tartuffe ; les frères Wagner à Bayreuth faisaient surtout jouer les grandes orgues de la lumière. L'action du Misanthrope ne réclame aucune musique ; celle du Bourgeois gentilhomme se termine avec des chansons.

Edward Gordon Craig, vers 1960 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Edward Gordon Craig, vers 1960

L'histoire de l'esthétique théâtrale eut, selon les époques, de multiples centres d'intérêt : au xviie siècle, la règle prétendument aristotélicienne des trois unités, unité de lieu, unité de temps, unité d'action (voir, par exemple, le troisième Discours de Corneille et le chant III de L'Art poétique de Boileau en 1674) ; à l'époque romantique, la contestation de l'idée même de règle et la question du mélange des genres, du « sublime » et du « grotesque » (voir, par exemple, la Préface de Cromwell, de Victor Hugo, en 1827). Mais, il y eut toujours, plus ou moins directement abordé, le problème fondamental inscrit dans l'essence même du théâtre : maintenir l'équilibre entre les divers arts par lesquels l'œuvre existe pleinement. Ainsi, dans Opéra et drame (1851), Richard Wagner oppose le « drame intégral » à l'opéra où la musique abusive se contente d'un livret insignifiant ; les lecteurs français connurent ces conceptions nouvelles par une « Lettre à Berlioz » publiée dans Le Journal des débats, en février 1860, et commentée par Baudelaire dans un célèbre article, « Richard Wagner et Tannhäuser », recueilli dans L'Art romantique (1869). Les écrits théoriques d'Adolphe Appia (1862-1928), d'Edward Gordon Craig (1872-1966), de Jacques Copeau (1879-1949), de Gaston Baty (1885-1952), d'Antonin Artaud (1896-1948) sont le fruit d'une réflexion philosophique sur les difficultés concrètes de la réalisation théâtrale où chacun, poète, acteur, décorateur, musicien, metteur en scène, doit être mis ou remis à sa place.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification

Pour citer cet article

Henri GOUHIER. THÉÂTRE OCCIDENTAL - La théâtralité [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Edward Gordon Craig, vers 1960 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Edward Gordon Craig, vers 1960

Autres références

  • LA PARABOLE OU L'ENFANCE DU THÉÂTRE (J.-P. Sarrazac)

    • Écrit par Hélène KUNTZ
    • 1 002 mots

    La Parabole, ou l'Enfance du théâtre (éd. Circé, Belval, 2002) convie le lecteur à une réflexion ambitieuse sur le théâtre du xxe siècle, et en particulier sur l'œuvre de ces grands parabolistes que sont Claudel et Brecht, mais aussi Kafka, dont Jean-Pierre Sarrazac analyse le théâtre «...

  • ACTEUR

    • Écrit par Dominique PAQUET
    • 6 815 mots
    • 2 médias

    Si l' acteur force si souvent le respect ou l'exécration, cela signifie bien qu'il travaille avec les outils les plus précieux de l'humanité en l'homme : le corps et la psyché. Qu'il engendre, par un jeu de métamorphoses, à la fois la familiarité et l'étrangeté, qu'il réfracte l'envers et l'avers de...

  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par Philippe IVERNEL
    • 8 394 mots
    • 2 médias

    Alors que l'Allemagne a refait son unité par intégration de l'ex-RDA à la RFA, il y a lieu de revoir l'évolution séparée des théâtres ouest-allemand et est-allemand depuis 1945, afin de mieux apprécier leur divergence passée ainsi que leur conjonction présente. Quel fonds commun « germano-allemand...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays, de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent...
  • ANTIGONE, Jean Anouilh - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 534 mots
    • 1 média

    Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh (1910-1987), directement inspirée des deux tragédies de Sophocle consacrées à la fille d'Œdipe :  Œdipe à Colone (402-401 av. J.-C.) et surtout Antigone (442 av. J.-C.). À sa création, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier à...

  • Afficher les 68 références

Voir aussi