TÉLÉVISIONTélévision analogique terrestre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diffusion terrestre hertzienne

Bien que la diffusion terrestre hertzienne ne soit plus le seul mode de consommation de programmes de télévision, elle revêt une importance particulière. Elle a longtemps été le seul support de diffusion. Son rôle social et politique est primordial dans le monde entier. Ses contraintes techniques ont modelé le parc de récepteurs et pèsent encore de ce fait (quoique de moins en moins) sur les autres modes de diffusion.

Précisons que la diffusion analogique hertzienne terrestre doit être remplacée par la diffusion numérique, en France avant la fin 2011.

Principe de l'émission

Les signaux correspondant à un programme de télévision analogique terrestre sont de deux types, l'image (I) et le son (S), que l'on transmet à l'aide de deux émetteurs distincts (I et S), alimentant d'ailleurs la même antenne.

L'émission du son se fait soit en modulation d'amplitude (M. A.), en France par exemple, soit en modulation de fréquence (M. F.). Ces deux systèmes ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients, et le bilan global est bien délicat à établir.

L'image est transmise en modulation d'amplitude dite « à bande résiduelle », afin de réduire l'encombrement hertzien (l'émission en bande latérale unique, ou B.L.U., qui serait la plus économique en bande, est inutilisable, car le signal vidéo complet comprend des fréquences très basses, en particulier une composante continue). Pour cela, on fait une modulation classique à deux bandes, et l'on coupe une partie d'une des bandes, les 4/5 environ (fig. 6).

Canal de télévision

Dessin : Canal de télévision

Canal de télévision (vidéo à 6 MHz). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Par ailleurs, il y a deux types de modulation image. Dans la modulation positive, les fonds de synchronisation correspondent à l'absence de puissance, les blancs d'image au maximum de puissance (fig. 7a). Dans la modulation négative, les fonds de synchronisation correspondent au contraire à la puissance maximale (fig. 7b). La valeur comparée des deux systèmes est très discutable.

Modulation d'image

Diaporama : Modulation d'image

Les deux types de modulation de l'image 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pour constituer un « canal T.V. », on juxtapose les spectres en radiofréquence (R. F.) des voies I et S. La figure 7a représente le canal français en ondes décimétriques.

Outre les normes vidéo, les divers systèmes de télévision diffèrent par les normes R. F., telles que : l'écartement des porteuses I et S, le type de modulation du son, celui de l'image, la bande résiduelle, le rapport des puissances des voies image et son, etc. Les signaux couleur, qui font partie du signal vidéo, n'ont pas d'influence sur le canal.

Bandes d'émission TV. Propagation

Lesaccords internationaux (Règlement des radiocommunications de 1979) autorisent des émissions de télévision en « Région 1 » (c'est-à-dire Europe, y compris ex-U.R.S.S., et Afrique), dans les bandes de fréquences suivantes, aux quelques variantes près selon les pays :

– en O. m (ondes métriques) : 47-68 mégahertz et 174-230 mégahertz ;

– en O. dm (ondes décimétriques) : 470-862 mégahertz.

La polarisation est rectiligne, quelquefois verticale, surtout en O. m, mais généralement horizontale.

Ces valeurs élevées de fréquences porteuses sont nécessaires, étant donné la grande largeur de bande du signal I. Leur caractéristique essentielle est leur propagation quasi rectiligne, d'autant plus voisine de celle de la lumière que la fréquence est plus élevée. Aussi place-t-on les antennes sur une montagne, une colline ou un pylône de grande hauteur, pour que l'antenne puisse « voir » le plus loin possible. Au-delà de l'horizon optique, le champ décroît très vite. La moindre colline ou les immeubles des villes créent des « zones d'ombre » (phénomène plus marqué en O. dm qu'en O. m), d'où l'installation des antennes sur les toits, et surtout l'existence de réémetteurs (cf. infra, Réémetteurs).

La propagation indirecte est peu importante, sauf quand il y a réflexion sur les couches « E sporadiques » dans la bande 47-68 mégahertz surtout (en été) ou des « conduits troposphériques » en O. dm (cf. ionosphère).

Un autre problème lié à la propagation est celui des réflexions. Vu la faible longueur d'onde, il est facile de trouver des surfaces ou des conducteurs (flancs de montagnes, façades d'immeubles, lignes ou pylônes, etc.) qui constituent un réflecteur pour lequel l'énergie réfléchie est relativement concentrée, d'où l'existence d'un champ réfléchi non négligeable jusqu'à quelques kilomètres. Dans ces zones, les récepteurs captent les champs directs et réfléchis. La différence des longueurs des trajets des ondes correspondantes dépasse très souvent quelques dizaines de mètres, ce qui crée des échos sur l'image, que l'on ne peut que difficilement corriger soit par une antenne très directive et bien orientée, soit en changeant l'emplacement de cette antenne. Le plus souvent, le son n'est pas affecté, sauf en M. F. et pour des différences de trajets de quelques kilomètres ; des distorsions harmoniques apparaissent alors.

La réflexion sur le sol, qui se produit à peu près dans tous les cas, ne se traduit pas en général par un écho, compte tenu de la très faible différence de marche, tout au moins près du sol. Mais l'interférence entre les ondes directes et réfléchies fait varier le champ avec la hauteur au-dessus du sol, selon la courbe de la figure 8 (arcs de sinusoïde pour une réflexion sans perte). La distance entre deux « zéros » (ou deux minimums en pratique) peut atteindre quelques mètres seulement dans certains cas. Il ne faut donc pas toujours surélever l'antenne pour être dans la zone du champ maximal. Pour de grandes hauteurs de réception (comptées à partir de la zone de réflexion), il peut y avoir des défauts importants dans l'image (échos, distorsions, etc.), en montagne notamment.

Champ : variation en fonction de la hauteur de l'antenne

Dessin : Champ : variation en fonction de la hauteur de l'antenne

Variation théorique du champ en fonction de la hauteur de l'antenne. En pratique, du fait de l'absorption par le sol, les zéros peuvent être très peu marqués. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Transport des signaux

Les signaux (images, sons et données) en provenance des studios peuvent parvenir aux émetteurs de plusieurs façons. Il existe en France un réseau de faisceaux hertziens spécialisés alimentant les centres émetteurs. Utilisant une modulation de fréquence dans des bandes vers 4 GHz et 7 GHz, ces faisceaux hertziens comportent généralement quatre à six voies vidéo et diverses voies son. Cependant, on recourt de plus en plus soit à des liaisons de télécommunications d'usage général à gros débit (34 et 140 Mbit/s), soit à l'alimentation directe par un satellite.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Signaux vidéo

Signaux vidéo
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Signal vidéo : traduction d'images noir et blanc

Signal vidéo : traduction d'images noir et blanc
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Analyseur à photoconduction

Analyseur à photoconduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Télévision : matrice de prise de vue solide

Télévision : matrice de prise de vue solide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉLÉVISION  » est également traité dans :

TÉLÉVISION - Nouvelles télévisions

  • Écrit par 
  • Dominique NASSE
  •  • 9 026 mots

Le très large développement de la télévision et sa mise en œuvre dans la quasi-totalité des pays au cours de la seconde moitié du xxe siècle se sont effectués presque entièrement sur la base de la radiodiffusion par émetteurs terrestres. Un tel type de service, même lorsque les conditions locales permettent la réception d'un nombre élevé de programmes […] Lire la suite

TÉLÉVISION - Économie et usages

  • Écrit par 
  • Vincent MICHON
  •  • 3 610 mots

Bien de consommation devenu très habituel et utilisé par tous, la télévision a connu, depuis plus d'un demi-siècle, un développement qui s'est accéléré. En France, dont le cas fait l'objet de cet article, la première chaîne naît en 1949, la deuxième en 1964, la troisième en 1973, Canal Plus en 1984, les cinquième et sixième chaînes en 1986. Le passage à vingt chaînes s'est fait en analogique entre […] Lire la suite

NAISSANCE DE LA TÉLÉVISION

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

En mars 1925, à la Royal Institution de Londres, l'Écossais John Logie Baird (1888-1946) fait la première démonstration publique d'un système de télévision permettant la transmission à distance d'images animées d'une définition de 30 lignes. L'exploration de l'image à émettre ainsi que sa restitution à l'arrivée sont effectuées par un système mécanique (breveté par l'Allemand Paul Nipkow en 1883) […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des Algériens à l’écoute du monde par les réseaux sociaux »  : […] Lors des émeutes de 2011, les Algériens étaient encore peu équipés en moyens de téléphonie et de communication personnels par rapport aux Tunisiens ou aux Égyptiens. Mais, au cours des années 2010, le nombre de téléphones portables s’envole : 20 millions d’Algériens, soit la moitié de la population, sont sur les réseaux sociaux en 2019. Les Algériens sont désormais surinformés, entre téléphonie mo […] Lire la suite

ANTENNES, technologie

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BOLOMEY
  •  • 5 193 mots
  •  • 6 médias

Les possibilités offertes par la propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux naturels sont exploitées à des fins multiples : radiodiffusion, télévision, radar, télécommunications, radionavigation... Dans toutes ces applications, l'antenne désigne ce composant indispensable au rayonnement et à la captation des ondes. Le mot est d'origine latine ( antenna ) et servait à désigner la ver […] Lire la suite

AVERTY JEAN-CHRISTOPHE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 689 mots

Homme de radio et réalisateur de télévision, Jean-Christophe Averty est né à Paris le 6 août1928. Son inventivité lui a permis de rejoindre, grâce à la diffusion télévisuelle, une préoccupation majeure des vidéastes : la dimension publique. Il ne s'agit pas seulement de l'impact quantitatif sur les spectateurs, mais aussi de la transformation esthétique et plastique des œuvres que celles-ci requiè […] Lire la suite

BARRÈRE IGOR (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 774 mots

Né le 17 décembre 1931, docteur en médecine et licencié ès lettres, Igor Barrère est une des figures emblématiques de la télévision française des années 1955-1985. Il a contribué à exploiter et à développer toutes les possibilités de ce média, y compris au cours de la période qui s'étend de 1955 à 1974, où le contrôle politique pesait très lourdement sur l'audiovisuel. Il commence à travailler po […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite

BERLUSCONI SILVIO (1936- )

  • Écrit par 
  • Pierre MUSSO
  •  • 1 579 mots
  •  • 1 média

Homme politique italien, président du Conseil à trois reprises (1994-1995, 2001-2006, 2008-2011). Silvio Berlusconi, né à Milan en 1936 dans une famille de la petite-bourgeoisie, se définit comme le « président-entrepreneur ». Diplômé de l'université de droit de Milan en 1961, il a été durant trente ans un des principaux chefs d'entreprise de la péninsule, avant de devenir un homme politique de p […] Lire la suite

BIRAUD MAURICE (1922-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 591 mots

Entre l'âge d'or de la radio, symbolisée par des hommes comme Jean Nohain et Saint-Granier, et le temps du marketing qui s'annonce avec les années 1980, Maurice Biraud a sans aucun doute été la personnalité radiophonique la plus populaire de la décennie 1960-1970, celui en qui bien des Français se retrouvaient. La jeune station périphérique Europe 1 était alors à la recherche d'un ton nouveau : B […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GOUSSOT, Stéphane LACHARNAY, Dominique NASSE, « TÉLÉVISION - Télévision analogique terrestre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/television-television-analogique-terrestre/