TÉLÉVISIONTélévision analogique terrestre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'enregistrement et la lecture des programmes

Les supports professionnels des programmes de télévision sont le film et la bande magnétique (les vidéodisques sont destinés à une utilisation grand public).

Le film

Pour des raisons tant historiques que commerciales, la télévision entretient des rapports étroits avec le film. Celui-ci constitue encore au xxie siècle une part très importante des sources de programme. La conversion d'un programme sur film en programme vidéo (c'est-à-dire destiné à la télévision) est effectuée par un télécinéma (cf. cinéma – Techniques du cinéma). Bien qu'il en existe de simples où l'image du projecteur film est reprise par une caméra, les télécinémas effectuent généralement une analyse du film lui-même. Dans le télécinéma à spot mobile, cette analyse est effectuée point par point par un spot lumineux, provenant d'un tube cathodique balayé à intensité constante, qui forme un point image qui balaye le film. La lumière issue du spot est soumise, après traversée du film, à une analyse trichrome comparable à celle d'une caméra. D'autres télécinémas, plus récents, utilisent un défilement continu du film devant trois barrettes photosensibles horizontales (une par couleur primaire). On effectue ainsi une analyse du film ligne par ligne, le résultat étant stocké dans une mémoire d'image. Cette mémoire est lue selon des modalités adaptées au signal vidéo souhaité (entrelacement, fréquence trame...) et des traitements très élaborés peuvent être effectués (corrections diverses sur le signal, calcul de l'entrelacement, restitution du mouvement correct trame par trame, etc.). On notera que la fréquence image du cinéma à 24 images par seconde pose problème, la fréquence image de la télévision étant de 25 ou 30. Une pratique simple consiste en Europe à lire le film à 25 images par seconde et, dans le monde 60 Hz, à générer une trame supplémentaire toutes les deux images. Toutefois, ces méthodes présentent des inconvénients : la lecture à 25 images par seconde modifie la durée du programme et la hauteur du son, la génération de la cinquième trame introduisant un « saccadé » supplémentaire dans le rendu du mouvement. L'interpolation temporelle des mouvements permet de surmonter ces difficultés. Les télécinémas sont maintenant des machines lourdes et coûteuses. Elles ne sont plus utilisées sur antenne, le film étant lu, corrigé et enregistré à l'avance sur bande magnétique ou des supports numériques.

Bien que la comparaison entre le film et la vidéo demande certaines nuances, le film 35 mm contient plus d'information que la télévision conventionnelle. Le transfert de la vidéo sur film peut se faire par simple exposition d'un moniteur devant une caméra film (kinéscope), ce qui donne de médiocres résultats. Cette opération, longtemps le seul moyen d'enregistrement, est tombée en désuétude avec l'apparition du magnétoscope en 1954. Par ailleurs, des systèmes de transfert vidéo sur film ont été mis au point : ils reposent sur des traitements complexes et nécessitent une durée d'opération considérablement supérieure à la durée du programme. Ils sont surtout intéressants dans un contexte de télévision à haute définition qui correspond mieux aux possibilités du film.

Enfin, l'évolution des méthodes de production de films qui après la prise de vue font de plus en plus appel à la numérisation y compris pour le produit fini (cinéma numérique), permet de générer électroniquement la version « télévision » sans passage par le film.

Le magnétoscope

La plupart des programmes diffusés sont lus sur un magnétoscope. Comme les magnétophones, les magnétoscopes utilisent le défilement relatif d'une tête et d'une bande magnétique. Les magnétoscopes ont été longtemps analogiques, fonctionnant avec une modulation de fréquence. Les fréquences à enregistrer, qui sont élevées, imposent l'usage de plusieurs têtes tournantes pour augmenter la vitesse relative tête-bande qui doit atteindre plusieurs mètres, voire une dizaine de mètres par seconde. Les têtes sont portées par un tambour autour duquel la bande est enroulée en hélice ; elles décrivent sur la bande des pistes obliques successives qui doivent donc être phasées au rythme des signaux de synchronisation. Bien qu'enregistrant à l'origine des signaux composites, les magnétoscopes ont évolué vers l'enregistrement de composantes séparées, notamment dans les caméscopes. La banalisation du magnétoscope a permis la généralisation du montage élect [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Signaux vidéo

Signaux vidéo
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Signal vidéo : traduction d'images noir et blanc

Signal vidéo : traduction d'images noir et blanc
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Analyseur à photoconduction

Analyseur à photoconduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Télévision : matrice de prise de vue solide

Télévision : matrice de prise de vue solide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉLÉVISION  » est également traité dans :

TÉLÉVISION - Nouvelles télévisions

  • Écrit par 
  • Dominique NASSE
  •  • 9 026 mots

Le très large développement de la télévision et sa mise en œuvre dans la quasi-totalité des pays au cours de la seconde moitié du xxe siècle se sont effectués presque entièrement sur la base de la radiodiffusion par émetteurs terrestres. Un tel type de service, même lorsque les conditions locales permettent la réception d'un nombre élevé de programmes […] Lire la suite

TÉLÉVISION - Économie et usages

  • Écrit par 
  • Vincent MICHON
  •  • 3 610 mots

Bien de consommation devenu très habituel et utilisé par tous, la télévision a connu, depuis plus d'un demi-siècle, un développement qui s'est accéléré. En France, dont le cas fait l'objet de cet article, la première chaîne naît en 1949, la deuxième en 1964, la troisième en 1973, Canal Plus en 1984, les cinquième et sixième chaînes en 1986. Le passage à vingt chaînes s'est fait en analogique entre […] Lire la suite

NAISSANCE DE LA TÉLÉVISION

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

En mars 1925, à la Royal Institution de Londres, l'Écossais John Logie Baird (1888-1946) fait la première démonstration publique d'un système de télévision permettant la transmission à distance d'images animées d'une définition de 30 lignes. L'exploration de l'image à émettre ainsi que sa restitution à l'arrivée sont effectuées par un système mécanique (breveté par l'Allemand Paul Nipkow en 1883) […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des Algériens à l’écoute du monde par les réseaux sociaux »  : […] Lors des émeutes de 2011, les Algériens étaient encore peu équipés en moyens de téléphonie et de communication personnels par rapport aux Tunisiens ou aux Égyptiens. Mais, au cours des années 2010, le nombre de téléphones portables s’envole : 20 millions d’Algériens, soit la moitié de la population, sont sur les réseaux sociaux en 2019. Les Algériens sont désormais surinformés, entre téléphonie mo […] Lire la suite

ANTENNES, technologie

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BOLOMEY
  •  • 5 193 mots
  •  • 6 médias

Les possibilités offertes par la propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux naturels sont exploitées à des fins multiples : radiodiffusion, télévision, radar, télécommunications, radionavigation... Dans toutes ces applications, l'antenne désigne ce composant indispensable au rayonnement et à la captation des ondes. Le mot est d'origine latine ( antenna ) et servait à désigner la ver […] Lire la suite

AVERTY JEAN-CHRISTOPHE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 689 mots

Homme de radio et réalisateur de télévision, Jean-Christophe Averty est né à Paris le 6 août1928. Son inventivité lui a permis de rejoindre, grâce à la diffusion télévisuelle, une préoccupation majeure des vidéastes : la dimension publique. Il ne s'agit pas seulement de l'impact quantitatif sur les spectateurs, mais aussi de la transformation esthétique et plastique des œuvres que celles-ci requiè […] Lire la suite

BARRÈRE IGOR (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 774 mots

Né le 17 décembre 1931, docteur en médecine et licencié ès lettres, Igor Barrère est une des figures emblématiques de la télévision française des années 1955-1985. Il a contribué à exploiter et à développer toutes les possibilités de ce média, y compris au cours de la période qui s'étend de 1955 à 1974, où le contrôle politique pesait très lourdement sur l'audiovisuel. Il commence à travailler po […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite

BERLUSCONI SILVIO (1936- )

  • Écrit par 
  • Pierre MUSSO
  •  • 1 579 mots
  •  • 1 média

Homme politique italien, président du Conseil à trois reprises (1994-1995, 2001-2006, 2008-2011). Silvio Berlusconi, né à Milan en 1936 dans une famille de la petite-bourgeoisie, se définit comme le « président-entrepreneur ». Diplômé de l'université de droit de Milan en 1961, il a été durant trente ans un des principaux chefs d'entreprise de la péninsule, avant de devenir un homme politique de p […] Lire la suite

BIRAUD MAURICE (1922-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 591 mots

Entre l'âge d'or de la radio, symbolisée par des hommes comme Jean Nohain et Saint-Granier, et le temps du marketing qui s'annonce avec les années 1980, Maurice Biraud a sans aucun doute été la personnalité radiophonique la plus populaire de la décennie 1960-1970, celui en qui bien des Français se retrouvaient. La jeune station périphérique Europe 1 était alors à la recherche d'un ton nouveau : B […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GOUSSOT, Stéphane LACHARNAY, Dominique NASSE, « TÉLÉVISION - Télévision analogique terrestre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/television-television-analogique-terrestre/