Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SYRIE

Nom officiel

République arabe syrienne (SY)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Bachar al-Assad (depuis le 17 juillet 2000). Premier ministre : Hussein Arnous (depuis le 11 juin 2020)

      Chef de l'État et du gouvernement

      Bachar al-Assad (depuis le 17 juillet 2000). Premier ministre : Hussein Arnous (depuis le 11 juin 2020)

        Capitale

        Damas

          Langue officielle

          Arabe

            Unité monétaire

            Livre syrienne (SYP)

              Population (estim.) 28 246 000 (2023)
                Superficie 185 180 km²

                  Stabilité retrouvée et consolidation du pouvoir du général Hafez al-Assad

                  Depuis novembre 1970, la Syrie se trouve sous l'autorité sans partage du général Hafez al-Assad. Soucieux de sortir le pays de l'état permanent de crise qui prédomine depuis l'indépendance acquise en 1946, le président syrien entreprend de réaliser son « mouvement de redressement » sous les couleurs du parti Baas. Mais le pouvoir repose d'abord sur l'appareil militaire et de sécurité. En son sein, la minorité alaouite, à laquelle appartient le chef de l'État, occupe une place dominante. En apparence très fort, le régime doit constamment s'appliquer à corriger, parfois brutalement, les déviations ou les excès de sa classe politique et de son administration, à réprimer une contestation, dont les Frères musulmans seront les principaux révélateurs, et à neutraliser les rivalités de clans soucieux de préserver leurs acquis et leur avenir politique. L'habileté manœuvrière du général Hafez al-Assad lui permet de maintenir une relative stabilité intérieure, malgré la persistance de difficultés économiques résultant du maintien d'un état d'alerte permanent face à Israël.

                  À l'extérieur, la Syrie entend poursuivre une politique de présence – d'ingérence ? – active. Elle reste d'une extrême fermeté dans le conflit israélo-arabe, tardant à s'aligner sur ceux des pays arabes qui, à l'instar de l'Égypte, n'écartent plus l'idée d'une paix négociée avec l'État juif. Elle n'autorise aux Palestiniens aucune liberté d'action, en dehors de sa stratégie. Au Liban, où elle intervient militairement à partir de 1976, elle s'emploie à rallier le gouvernement et les partis à ses conceptions et, finalement, réussira à les leur imposer. Attentive à ne pas laisser se développer, dans son voisinage immédiat, d'autres ambitions qui porteraient ombrage à ses desseins, elle alterne menaces et conciliations avec l'Irak et la Jordanie. Elle n'hésite pas à rompre la solidarité arabe en développant des relations avec l'Iran en guerre contre l'Irak avant de s'associer à la coalition occidentale contre ce pays dans la guerre du Golfe, en 1990. Enfin, devenue une alliée (1980-1988) proche encore de l'Union soviétique par la signature d'un traité d'amitié et de coopération (8 oct. 1980), la Syrie n'en recherchera pas moins une ouverture, rendue délicate à cause de certaines de ses pratiques, en direction de l'Occident.

                  Baassistes, militaires et alaouites

                  La Syrie est baassiste depuis mars 1963. En 1966, elle s'est séparée de ses chefs historiques, dont Michel Aflak, avant de revenir à la faction « militaire » du parti en 1970. Le coup de force du général Assad, opéré au détriment de l'aile « civile », consacre, depuis lors, la prééminence au sein du Baas des militaires et donc, en Syrie, de l'armée. Élu le 12 mars 1971 pour sept ans, il choisit le général Abdel Rahman Khlefaoui comme Premier ministre en avril. En février 1971, un Conseil du peuple de 173 membres, dont 87 appartiennent au Baas, est créé par décret. Pour consolider son emprise, le parti gouvernemental rassemble autour de lui, en mars 1972, au sein d'un Front national progressiste, toutes les forces nationalistes ou progressistes, dont le Parti communiste. Cette ouverture marque le retour, effectif quoique limité, à une certaine pratique de la démocratie. La réforme s'étend à la vie économique où le secteur privé, jusque-là tenu à l'écart, est invité à se développer.

                  Dans le nouveau gouvernement de décembre 1972, présidé par Mahmoud al-Ayoubi et qui demeure en place jusqu'en août 1976, date à laquelle Khlefaoui est rappelé, seize des trente et un ministres appartiennent au Baas. Une Constitution permanente[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : maître de conférences à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière
                  • : ancien élève de l'École polytechnique
                  • : professeur des Universités en science politique
                  • : docteur en sociologie politique des relations internationales
                  • : spécialiste économique et politique pour le Proche-Orient, conseiller privé
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Syrie : drapeau

                  Syrie : drapeau

                  Restitution du portique-galerie d'une maison de Sergilla, Syrie

                  Restitution du portique-galerie d'une maison de Sergilla, Syrie

                  Grande Mosquée de Damas

                  Grande Mosquée de Damas

                  Autres références

                  • ÉTAT ISLAMIQUE (EI) ou DAECH ou DAESH

                    • Écrit par Universalis
                    • 2 494 mots
                    • 2 médias
                    Au début de 2011, en Syrie, l’insurrection contre le régime de Bachar al-Assad tourne rapidement à la guerre civile. C’est une occasion que saisit l’EII, dont les militants traversent sans difficulté la frontière irako-syrienne. Fin 2012, les groupes d’opposants syriens, majoritairement laïques...
                  • FRANCE - L'année politique 2015

                    • Écrit par Nicolas TENZER
                    • 4 400 mots
                    • 7 médias
                    ...au côté de la coalition internationale contre l’État islamique (E.I.). En 2015, les opérations extérieures s’amplifient, avec les frappes aériennes en Syrie, décidées après les attentats de novembre. Beaucoup de spécialistes militaires s’inquiètent toutefois des limites des capacités de l’armée française,...
                  • FRANCE - L'année politique 2016

                    • Écrit par Nicolas TENZER
                    • 4 170 mots
                    • 4 médias
                    ...s’est aussi illustrée par une action diplomatique intense au sein du Conseil de sécurité des Nations unies à la suite des crimes de guerre commis en Syrie. Elle est parvenue, après deux vetos russes au cours de l’année, à faire voter en décembre par le Conseil de sécurité une résolution censée assurer...
                  • JIBRIL AHMED (1938-2021)

                    • Écrit par Aude SIGNOLES
                    • 754 mots

                    Ahmed Jibril fut leleader du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), un groupe palestinien né à la fin des années 1960, proche du régime syrien baathiste.

                    Né en 1938 à Jaffa (en Palestine alors sous mandat britannique), d’un père palestinien et...

                  Voir aussi