CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de chamito-sémitique par lequel on désigne une importante famille de langues d'Asie et d'Afrique renvoie au chapitre x de la Genèse où se trouve énumérée la postérité des fils de Noé. La correspondance est cependant loin d'être rigoureuse entre les descendants de Cham et de Sem, selon la tradition biblique, et les peuples qui parlent les langues dites chamito-sémitiques. De même, il n'y a pas lieu de déduire de la composition double du terme l'existence d'un « chamitique » à côté du sémitique. En réalité, la famille des langues chamito-sémitiques est formée non de deux, mais au moins de quatre branches, sans qu'il soit possible de supposer des rapports spécialement étroits entre certaines d'entre elles.

Tableau des langues chamito-sémitiques

Le berbère, parlé aujourd'hui au Maghreb, en Libye, au Sahara, ne nous est connu pratiquement que sous sa forme moderne. Il est probable cependant que les inscriptions dites libyques découvertes en Afrique du Nord, et dont la seule datée remonte à 139 avant J.-C., représentent une forme de berbère. Le guanche, qui a été parlé aux Canaries jusqu'au xviie siècle, a été souvent rattaché à l'ensemble berbère.

L'égyptien nous est connu par des documents en diverses écritures hiéroglyphiques (monumentale, hiératique et démotique) s'échelonnant du IVe millénaire avant J.-C. au ve siècle après J.-C. Le dernier texte hiératique connu date du 24 août 394, soit dix ans après la fermeture des temples d'Égypte par Théodose. La dernière inscription démotique connue date de 452/453. Le copte, mot générique désignant une série de dialectes, est l'ultime forme de l'égyptien. Constitué vers le début de notre ère, après quelques essais timides au iie siècle avant J.-C., il a été écrit jusqu'au xie siècle et parlé jusqu'au xvie ou xviie siècle, peut-être plus tard selon certains témoignages isolés. Seul le dialecte du nord (ou bohaïrique) a survécu en demeurant, avec l'arabe, la langue liturgique des chrétiens d'Égypte.

La branche dite couchitique est constituée par un ensemble de langues fort diverses [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études à l'École pratique des hautes études, directeur du Centre de littérature et linguistique arabes (C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES  » est également traité dans :

AMORRITES ou AMORRHÉENS

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 729 mots

Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou , par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants. Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par les scribes mésopotamiens, qui ont laissé, à ce sujet, des écrits de deux genres : d'une part, des éléments de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amorrites-amorrheens/#i_6643

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire de la langue »  : […] L'arabe est une langue sémitique. Elle appartient génétiquement à la même famille que l' akkadien , l' amorite , l' ougaritique , le cananéen ( hébreu , phénico-punique , moabite ), l' araméen , le sudarabique et divers idiomes éthiopiens ( guèze , amharique , etc.). Mais, au sein de cet ensemble, on considère généralement que ses liens avec le sudarabique et l'éthiopien sont plus étroits qu'avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-langue/#i_6643

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écriture et langue »  : […] L' araméen est un langage sémitique, proche parent de l'hébreu et du phénicien. Mais qui comporte quelques traits communs avec l'arabe. Il utilise l'alphabet phénicien. Le premier spécimen d'écriture araméenne connu remonte au x e ou au ix e  siècle avant J.-C. et a été recueilli sur un autel à Tell Halaf. Il en existe de nombreux autres spécimens venant de Syrie et datant du ix e ou du viii e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arameens/#i_6643

ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • René LABAT
  •  • 4 622 mots

Dans le chapitre « Aperçu linguistique »  : […] Cet akkadien qui, sous Sargon, acquiert enfin droit de cité appartient à la famille des langues sémitiques. Il en constitue le rameau oriental, le plus anciennement attesté, et assez isolé des autres. Il doit certainement une part de sa singularité à sa longue et étroite coexistence avec la langue sumérienne. L'influence de celle-ci marqua son phonétisme, sa morphologie et sa syntaxe, cependant q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/#i_6643

BERBÈRES

  • Écrit par 
  • Salem CHAKER, 
  • Lionel GALAND, 
  • Paulette GALAND-PERNET
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques du berbère »  : […] Le berbère est une branche de la famille chamito-sémitique (afro-asiatique), qui réunit l'égyptien, le sémitique (dont l'arabe), le couchitique, l'omotique et le tchadique. Il partage certains traits avec tout ou partie de cette famille, qu'il s'agisse des pronoms ou du système des racines et des schèmes. Tout n'est pas expliqué pour autant et il faudrait faire la part d'éventuels substrats et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berberes/#i_6643

COHEN MARCEL (1884-1974)

  • Écrit par 
  • C.-H. VEKEN
  •  • 619 mots

L'ampleur, la variété et l'intérêt de l'œuvre du grand linguiste que fut Marcel Cohen sont à la mesure d'une vie qui recouvre près d'un siècle. Né à Paris, il fit ses études au lycée Condorcet, où naquit l'inaltérable amitié qui devait le lier à Jean-Richard Bloch. Agrégé de grammaire en 1908, il avait commencé en 1903 à suivre les enseignements de Mario Roques et surtout d'Antoine Meillet à l'Éco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-cohen/#i_6643

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 499 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La langue égyptienne »  : […] La langue égyptienne est classée dans la famille chamito-sémitique : les éléments du substrat africain (apparenté au libyco-berbère et aux langues de l'extrémité nord-est de l'Afrique) ont été mis en forme dans un cadre sémitique ; entre l'égyptien et les langues sémitiques (accadien, hébreu, arabe) maintes analogies peuvent être notées dans le système des pronoms personnels, l'existence d'une for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-litterature/#i_6643

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

L'hébreu appartient au groupe des langues sémitiques du Nord-Ouest, dont il constitue, avec le phénicien et le moabite, le rameau cananéen. L'hébreu, aujourd'hui langue nationale d'Israël, représente, en effet, la forme évoluée de l'idiome qui était en usage chez les populations de Canaan antérieurement à l'arrivée des Israélites. Ces derniers ont dû abandonner pour la langue de leurs hôtes, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_6643

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saussure et la théorie laryngaliste »  : […] Pendant que certains chercheurs travaillaient à élargir la base des comparaisons en incluant d'autres langues ou groupes de langues dans leurs recherches, quelques savants essayaient de coordonner les résultats obtenus et de procéder à la reconstruction de l'indo-européen lui-même. Dans ce but, ils disposaient des deux méthodes mentionnées plus haut : soit la reconstruction interne qui ne repose q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeen/#i_6643

MINÉENS

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 674 mots

Nom d'un ancien peuple de l'Arabie du Sud. Les Minéens, qui sont mentionnés dans la Bible ( Me‘ounim et Me‘inim des livres des Chroniques), se partageaient avec les Sabéens, leurs voisins méridionaux, les territoires du Yémen actuel. Les explorations archéologiques ont mis en lumière une expansion des Minéens dans le Hedjaz septentrional aux environs de l'oasis d'El ‘Ela (l'antique Dedan) où l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineens/#i_6643

OUGARIT ou UGARIT

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT, 
  • Marguerite YON
  •  • 5 937 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La langue »  : […] La langue d'Ougarit était cananéenne : langue sémitique à morphologie flexionnelle, à support sémantique trilitère, à verbe aux formes modales plutôt que temporelles, elle servait de langue religieuse. Le babylonien était la langue diplomatique et juridique. Le hourrite, langue d'origine asiatique, était couramment utilisé. On y a aussi trouvé des inscriptions hiéroglyphiques égyptiennes, des tab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ougarit-ugarit/#i_6643

PHÉNICIENS

  • Écrit par 
  • Hélène BENICHOU-SAFAR, 
  • Paul PETIT
  •  • 6 298 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'alphabet et la littérature »  : […] Aux écritures alors courantes (hiéroglyphique égyptien et cunéiforme babylonien d'une part, linéaire B mycénien de l'autre), toutes fondées sur des symboles schématisés et un système syllabique exigeant un grand nombre de signes, les Phéniciens eurent l'adresse technique de substituer une écriture aux signes simplifiés, et surtout alphabétique (vingt-deux signes seulement) et consonantique (seules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheniciens/#i_6643

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « Le problème des origines »  : […] L'extraordinaire aventure arabe a été longtemps considérée comme le dernier épisode et le modèle perceptible des «  migrations » sémitiques. On a donc supposé que les Sémites étaient arrivés du désert, vague après vague, pour s'établir sur les terres cultivables du Croissant fertile en conquérant leurs congénères précédemment sédentarisés : au III e  millénaire, une première vague aurait apporté l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/#i_6643

Voir aussi

Pour citer l’article

David COHEN, « CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-chamito-semitiques/