SURRÉALISMEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour une philosophie du surréalisme

D'un bout à l'autre de son existence, le surréalisme fut inspiré et dominé par André Breton. C'est à partir de ses textes théoriques qu'a pu s'élaborer une doctrine dont les critères, il convient de le préciser, ne furent pas seulement esthétiques. En effet, le surréalisme a mis en jeu une conception générale de l'homme, considéré en lui-même et dans son rapport avec le monde et la société : il a débordé largement le plan de l'art, et s'est défini sans cesse par des prises de position politiques et morales. On peut même remarquer que presque toutes les exclusions prononcées ont été motivées non par des divergences esthétiques, ou, comme on l'a prétendu, par des questions de personnes, mais par des considérations relatives à la conduite et à l'éthique. Considérant les querelles passées, Breton a écrit, en 1946, dans son Avertissement pour la réédition du second manifeste : « Les questions de personnes n'ont été agitées par nous qu'a posteriori et n'ont été portées en public que dans les cas où pouvaient passer pour transgressés d'une manière flagrante et intéressant l'histoire de notre mouvement les principes fondamentaux sur lesquels notre entente avait été établie. Il y allait et il y va encore du maintien d'une plate-forme assez mobile pour faire face aux aspects changeants du problème de la vie, en même temps qu'assez stable pour attester la non-rupture d'un certain nombre d'engagements mutuels – et publics – contractés à l'époque de notre jeunesse. » On ne peut que rendre hommage à la justesse de cette analyse.

La liberté de l'esprit

Phénomène collectif, le surréalisme est né d'un certain nombre de rencontres (en ses débuts, rencontre de Breton et d'Aragon, Soupault, Eluard, Ernst, Péret, Baron, Crevel, Desnos, Morise...). Mais elles n'ont eu de sens que parce qu'elles réunissaient des hommes qu'agitaient les mêmes problèmes, qu'animait une même fureur contre l'ordre établi, qu'habitait un même espoir. Il conviendrait aussi de parler de rencontre en ce qui concerne le rapport du groupe français et des groupes étrangers, qui ont spontanément retrouvé des préoccupations semblables ; ainsi, en Belgique, celui qui comprenait Paul Nougé, Mesens, René Magritte.

Il est malaisé, en étudiant les premiers textes surréalistes, de dégager, des états essentiellement émotionnels qu'ils expriment, une doctrine précise. Pourtant, on peut remarquer qu'une préoccupation commune se traduit en tous ces écrits : celle d'assurer à l'esprit une totale liberté.

Cette liberté, la guerre de 1914-1918, en dehors même des malheurs qu'elle avait entraînés, semblait l'avoir gravement mise en péril. Il s'agissait donc, avant tout, de s'interroger sur les conditions de son exercice. Tel fut le premier souci des surréalistes, et il est particulièrement remarquable que leur réflexion, trouvant son origine dans une réaction contre la guerre, où Breton ne voulait voir qu'un « cloaque de sang, de sottise et de boue », n'ait cependant pas porté sur la guerre elle-même. Ce qui, dès le départ, a intéressé les surréalistes, c'est plutôt de savoir comment l'esprit peut ne pas se laisser contaminer par de tels événements. Et leurs premières admirations semblent avoir été déterminées par cette préoccupation. En Jacques Vaché, on apprécie avant tout l'homme qui, grâce à l'humour, a pu se maintenir indemne. Chez Apollinaire, qui, pourtant, a chanté la guerre, on s'émerveille de voir l'esprit échapper à l'horreur par la poésie. Lorsque, beaucoup plus tard, dans La Clé des champs, Breton écrira que la beauté demeure « le grand refuge », il retrouvera cette pensée, et cette inspiration.

Humour et poésie seront toujours considérés par les surréalistes comme les moyens par lesquels l'esprit affirme son indépendance, se libère du déterminisme dont, d'autre part, la vie quotidienne accepte le poids. La folie elle-même semble pouvoir être utilisée en ce sens, contribuer à assurer le triomphe du principe de plaisir sur le principe de réalité. Breton signale l'influence qu'eut sur le développement de sa pensée un malade mental, rencontré au centre psychiatrique de Saint-Dizier, et qui tenait la guerre pour un simulacre, estimant que les blessures étaient seulement apparentes, etc. Dans les propos de ce malade il puisa l'idée première de son Introduction au discours sur le peu de réalité. Plus généralement, on peut y voir la source de son goût pour la philosophie idéaliste, qu'elle soit berkeleyenne ou fichtéenne, et l'origine de la notion même de surréalité.

L'espoir, la révolte et la révolution

Libérer l'esprit, c'est, d'abord, s'opposer à ce qui le détermine. On trouve donc, dans le surréalisme, un aspect de révolte et de négation. On a parlé, en ce sens, de nihilisme, de satanisme. Et il faut convenir que les surréalistes ont souvent semblé s'opposer à tout ordre : ils injurient Dieu, rejettent l'idée de patrie, font parfois l'éloge du crime, d'où le scandale que, souvent, ils ont provoqué. « Tout est à faire, tous les moyens doivent être bons, rappelle le Second Manifeste, pour ruiner les idées de famille, de patrie, de religion. » Il importe pourtant de ne pas oublier, devant les innombrables défis des surréalistes, l'espoir positif qui en est la source. Le surréalisme n'est pas un pessimisme. Il est tout entier dominé par l'attente de ce que Rimbaud appelait « la vraie vie ». Celle-ci « est absente ». Il faut la retrouver.

Le surréalisme est riche en éléments « noirs ». Ici se fait sentir l'influence de Sade, de Lautréamont et de maint auteur romantique. D'autre part, des sentiments de haine, de culpabilité subconsciente et de peur (Michel Leiris a insisté sur la présence en lui de ce dernier sentiment) sont inhérents à toute révolte. Mais les désirs qui inspirent le surréalisme demeurent positifs : ils engendrent l'espérance d'exister et d'aimer, l'émotion devant la bouleversante beauté, l'attente de signes donnant un sens à notre existence. Il est tout à fait caractéristique de voir, dès 1913, un poème mallarméen de Breton, dédié à Paul Valéry, interrompu par l'interrogation : « De qui tiens-tu l'espoir ? D'où ta foi dans la vie ? » Cette question ne cessera d'être la sienne et celle de tous les surréalistes demandant, par exemple, en une enquête fameuse : « Quelle sorte d'espoir mettez-vous dans l'amour ? »

La volonté de négation explique l'adhésion momentanée, en 1919, de plusieurs futurs surréalistes au mouvement dada, où ils rejoignirent Tristan Tzara. La positivité de l'inspiration et du projet explique leur rupture, deux ans plus tard, avec ce mouvement. Et, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques)
  • : peintre, écrivain

Classification

Autres références

«  SURRÉALISME  » est également traité dans :

SURRÉALISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 3 234 mots

Il en va du surréalisme comme du classicisme, du romantisme, ou du baroque dans une moindre mesure : ce terme couvre au moins trois espaces de langue et de pensée, qui vont de l'histoire des formes ou des idées (un groupe actif dans la période 1924-1969) à la caractérisation transhistorique (une tendance présente depuis la « bête de Lascaux », pour reprendre le titre de l'ouvrage de Maurice Blanch […] Lire la suite

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Si l'on s'efforce d'écarter d'abord l'influence que le surréalisme (au sens strict du terme) a exercée sur l'art du xxe siècle « en général », son originalité dans le domaine artistique peut apparaître plus clairement. Dès le premier Manifeste, Breton avertissait que le surréalisme n'était pas tellement intéressé par ce qui pouvait […] Lire la suite

SURRÉALISME - Les revues surréalistes

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 222 mots

Quelque peu à l'étroit dans la langue et l'imaginaire institués, le surréalisme le fut aussi à l'intérieur des genres littéraires dominants et des apparences traditionnelles du livre. D'où l'ampleur de l'offensive conduite : naissance du livre-objet, qui en appelle à une étroite collaboration avec les peintres ; recours immédiat et permanent au tract, au « pap […] Lire la suite

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

1917 Le terme « surréaliste » est utilisé pour la première fois par Guillaume Apollinaire (1880-1918) dont la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias est sous-titrée « Drame surréaliste en deux actes et un prologue ».Mars 1919 Premier numéro de la revue Litté […] Lire la suite

LA RÉVOLUTION SURRÉALISTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 893 mots

En 2002, le surréalisme aura eu les honneurs des cimaises du monde entier : à Londres, à New York et à Paris, les expositions rétrospectives se sont succédé, la première, avec deux étapes, mettant en exergue le désir, la seconde, présentée au Centre Georges-Pompidou du 6 mars au 24 juin 2002, la révolution ; l'une embrassant l'histoire du mouvement jusqu'au début des années 1970, l'autre en présen […] Lire la suite

ALBERTI MERELLO RAFAEL (1902-1999)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Ses premières sources d'inspiration »  : […] Le besoin inné chez les Espagnols d'opposer l'une à l'autre deux personnalités avait dicté à un critique cette définition, immédiatement et trop longuement adoptée : Lorca, le Gitan (car il chantait l'Andalousie de Grenade, l'ivresse dionysiaque du monde grenadin) et Alberti l' Andalou (car son Andalousie était celle des rivages atlantiques, moins violente, moins passionnée, plus mesurée). Élégan […] Lire la suite

ALCOOLS (G. Apollinaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Alchimie poétique »  : […] S'il est une influence subtile, c'est bien celle que pouvait exercer une lyrique aussi singulière, métissée et intime à la fois. Alcools a marqué ses contemporains par l'audace de sa diversité et la richesse de sa liberté formelle, que les surréalistes contribuèrent à populariser. Mais certaines écritures poétiques, celle de Desnos et de Leiris dès le début, qui connurent Apollinaire grâce à Max […] Lire la suite

ALEIXANDRE VICENTE (1898-1984)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire ZIMMERMANN
  •  • 1 778 mots

Dans le chapitre « Présence du surréalisme »  : […] Espace doit être considéré comme le germe de toute l'œuvre ultérieure. Le thème conducteur réside dans l'affirmation de l'identité entre l'homme et la nature, chaque poème tentant d'établir un contact entre le corps et l'univers. L'emploi quasi constant de la strophe et du vers courts donne à cette œuvre une allure classique. Le livre suivant marque une rupture formelle et coïncide avec l'avènem […] Lire la suite

ALEXANDRIAN SARANE (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 342 mots

Écrivain, essayiste, critique d'art et critique littéraire. Né en 1927 à Bagdad (Irak), Sarane Lucien Alexandrian est le fils du stomatologue attitré du roi Fayçal I er . Arrivé en France à l'âge de six ans, il y découvre les écrits de Baudelaire, Bataille et Breton. En 1947, à l'occasion de la conférence de Tristan Tzara tenue à la Sorbonne sur le Surréalisme et l'après-guerre , il rencontre An […] Lire la suite

L'AMOUR FOU, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Scandale de l'amour »  : […] L'amour fut la grande affaire de Breton et des surréalistes : « Amour, seul amour qui soit, amour charnel, je t'adore, je n'ai jamais cessé d'adorer ton ombre vénéneuse, ton ombre mortelle. » Affaire personnelle, vécue et rapportée dans ce récit en partie autobiographique (il y est question de la rencontre de l'auteur avec sa deuxième femme, Jacqueline Lamba) ; affaire théorique aussi, ou pour mie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ferdinand ALQUIÉ, Pierre DUBRUNQUEZ, « SURRÉALISME - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/