SUPRÉMATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alogisme : de l'image au signe pur

Le chemin de la démarche alogique était marqué dès l'automne 1913 par l'apparition des formes purement géométriques : carrés, triangles, flèches. Dans les chemins qui jalonnent les années 1914 et 1915, on aperçoit l'élimination d'un langage de la multisignification. Dépassant successivement la grandiloquence sémantique du futurisme et la spéculation d'une démarche combinatoire associant signes (flèche, point, ligne), images (poisson, cuillères) et inscriptions, Malevitch exploite le jeu de mots-images (étape qui évoque le monde symbolique d'un Marcel Duchamp) pour aboutir en 1915 aux compositions non objectives. La signification du Carré noir sur fond blanc sera déterminée dès sa première apparition dans le décor de la pièce futuriste, Victoire sur le soleil, d'Alexéi Kruchënykh. Le décor de la pièce comporte une résonance mallarméenne – le premier rideau (image limite) était déchiré pour révéler sur un deuxième rideau le carré noir, métaphore reprise plus tard par Malevitch pour signifier la victoire sur le bleu du ciel (image représentative) et pour atteindre la couleur pure, sans références symboliques. Malevitch dira plus tard : « L'homme a vaincu la nature, il devient Dieu. » Voilà pourquoi le peintre peut dire au sujet de la création suprématiste : « Un tableau pictural a été créé n'ayant rien de commun avec la nature. » Souhaitée par Léger dès 1913 dans ses conférences parisiennes, cette libération de la peinture de l'emprise de la représentation et encore plus de la référence extra-picturale s'accomplit chez Malevitch dans un prodigieux effort de dépassement de l'objectivité (le monde connaissable, extérieur). Cet effort se concentre sur la négation successive de tout sens référentiel (idées philosophiques chez Kandinsky, ou symbolique littéraire et sociale chez les futuristes italiens). Dans le catalogue de l'exposition « Tramway V » (mars 1915), Malevitch commente ses tableaux « alogiques » (nos 21 à 25) en ces termes : « Le contenu de ces tableaux n'est pas connu à l'auteur. » Une fois la couleur et la forme pures « libérées », Malevitch annonce à ses disciples le « vol dans l'infini » où « la couleur sert de sémaphore » (1919).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Tableaux de Kasimir Malévitch

Tableaux de Kasimir Malévitch
Crédits : Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas

photographie

Composition suprématiste, K. Malévitch

Composition suprématiste, K. Malévitch
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Architectonique picturale, L. Popova

Architectonique picturale, L. Popova
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Suprématisme (croix noire sur ovale rouge), K. Malévitch

Suprématisme (croix noire sur ovale rouge), K. Malévitch
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUPRÉMATISME  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] L'art abstrait, en tant que tel, apparaît au début des années 1910. Deux modèles explicatifs rendent compte de sa « naissance », conséquence raisonnable d'une évolution logique ou saut inattendu dans l'inconnu. Le premier, le plus répandu, s'appuie sur une conception darwinienne de l'histoire de l'art et de la création. Au xix e  siècle, la modernité, si elle ne songe pas encore à se débarrasser d […] Lire la suite

CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH. L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK 1918-1922 (exposition)

  • Écrit par 
  • Elitza DULGUEROVA
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un lieu de rencontres et de croisements »  : […] Structuré en sept chapitres thématiques, le parcours de l’exposition n’érige pas Chagall, Malévitch ou Lissitzky en « maîtres », mais montre au contraire comment leur travail était perméable au contexte et à ses aléas, aux rencontres avec les autres enseignants et avec les étudiants. C’est ainsi que le riche ensemble de toiles et dessins de Chagall révèle des facettes peu attendues de sa pratique […] Lire la suite

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 375 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolution du milieu russe »  : […] Les nombreuses prises de position esthétiques dans les années 1918-1920 et les discussions publiques à l'école d'art Vhutemas sont l'expression d'une lutte acharnée entre les tendances « idéaliste » et « matérialiste » au sein de l'avant-garde russe. Un groupe marxiste s'oppose à l'esthétique antimatérialiste des admirateurs de Kandinsky et de Malevitch. Le titre d'une des nombreuses discussions […] Lire la suite

COSMOS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis GAILLEMIN
  •  • 1 063 mots

En France, certains conservateurs de musée n'aiment guère les expositions thématiques. Elles ne seraient pour eux qu'un fatras arbitraire, elles feraient fi de l'histoire et du document, bref elles ne seraient pas sérieuses ; elles ne feraient pas avancer l'histoire de l'art, comme les expositions monographiques. Les expositions thématiques comme Le Sexe de l'art au centre Georges-Pompidou en 199 […] Lire la suite

ÉCRITS, Kasimir Malévitch - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 305 mots
  •  • 2 médias

Lorsque Kasimir Malévitch (1878-1935) présente au printemps 1915 un ensemble de toiles dites « alogistes » à l'exposition Tramway V (à Saint-Pétersbourg, alors Petrograd), il lance dans le catalogue cette boutade : « Le contenu de ces tableaux n'est pas connu de l'auteur. » Quelques mois plus tard la même année, alors qu'il dévoile sa nouvelle esthétique, le suprématisme, au public de la fameuse […] Lire la suite

KANDINSKY WASSILY (1866-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 3 934 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les utopies de la reconstruction »  : […] Le « grand déluge » qu'annonce avec une tension croissante la peinture de Kandinsky avant 1914 est suivi d'une apocalypse bien réelle. Mais la guerre marque aussi pour lui une crise profonde ; en 1915, il note pour la première fois dans son catalogue : « Aucun tableau ». À quoi s'ajoute la rupture avec Gabriele Münter. C'est la révolution russe qui paraît enfin annoncer la « résurrection » attendu […] Lire la suite

KOBRO KATARZYNA (1898-1951)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 587 mots

Si la reconnaissance de Katarzyna Kobro, née à Moscou en 1898, a beaucoup pâti de la disparition de ses œuvres durant la Seconde Guerre mondiale, l'artiste est aujourd'hui reconnue pour la radicalité de ses sculptures géométriques abstraites et pour avoir contribué, avec son époux Wladyslaw Strzeminski, à l'émergence d'un courant avant-gardiste en Pologne. Après avoir suivi une formation à l'Éco […] Lire la suite

LISSITZKY ELIEZER dit EL (1890-1941)

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 2 307 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le suprématisme et l'Ounovis »  : […] En juillet 1919, Lissitzky est invité par Chagall à l'École d'art de Vitebsk, pour y diriger les ateliers d'architecture et de lithographie . Son programme, « Nouvelle Culture » ( L'École et la révolution , n o  24-25, 16 août 1919), définit l'architecture, et plus précisément la « tectonique », comme le fondement de tous les arts. Dès l'automne, Malévitch remplace Chagall au poste de directeur. D […] Lire la suite

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 490 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Victoire sur le soleil »  : […] C'est l'opéra « zaoum » Victoire sur le soleil qu'il monte en 1913 avec ses amis Mikhaïl Matiouchine pour la musique et Alexei Kroutchenykh pour le livret qui lui fait entrevoir une toute autre direction. Certes, le texte lui-même est un exemple parfait de poésie transrationnelle (et le scandale de la première montre que l'assaut contre la logique – la victoire contre le soleil de la raison – fut […] Lire la suite

MALÉVITCH DANS LES COLLECTIONS DU STEDELIJK MUSEUM D'AMSTERDAM (exposition)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 891 mots

« Nous devons méditer le fait que Malévitch a manqué de n'être qu'une trace mythologique dans l'histoire de l'art. » Comme le rappelle Jean-Claude Marcadé, spécialiste de son œuvre, dans le catalogue de cette exposition, sans d'heureux concours de circonstances et sans la clairvoyance de quelques acteurs du monde de l'art, l'œuvre de Kasimir Malévitch (1878-1935), maillon essentiel de l'histoire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andréi NAKOV, « SUPRÉMATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suprematisme/