Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GOTHIQUE INTERNATIONAL STYLE

Une importante exposition du Conseil de l'Europe organisée en 1962 à Vienne (Autriche) fut consacrée au style gothique international. À cette occasion, on a tenté de mettre en lumière l'existence d'un style commun aux différents pays d'Europe occidentale et centrale, autour des années 1400. Il est certain que d'un point de vue purement historique, ces années marquent une rupture dans le Moyen Âge : le schisme de la papauté, la guerre de Cent Ans, l'ébranlement de l'autorité impériale, la tension sociale et la crise religieuse qui aboutira à la constitution d'Églises nationales sont les lézardes qui arriveront à faire écrouler l'étonnant édifice que fut la société féodale. Paradoxalement on voit apparaître dans le domaine artistique un style qui gagnera les couches les plus diverses et qui deviendra le patrimoine commun de l'Europe. Ce style est né de l'échange incessant des idées artistiques développées dans divers centres comme Paris, Dijon, Avignon, Sienne, Prague, et Cologne. Il est certain que le rôle nouveau des mécènes — des laïcs — est primordial puisqu'ils échangent des cadeaux, des idées et même des artistes. L'art civil prend alors le pas sur l'art religieux, même si celui-ci se ressent des innovations de celui-là. Le portrait fait une apparition remarquée et les objets d'orfèvrerie sont le moyen commode d'affirmer son luxe et sa richesse. De grandes demeures princières s'édifient où l'on voit apparaître la galerie, bien avant la Renaissance italienne ; les murs s'ouvrent largement sur l'extérieur pour recueillir la lumière au mépris de tout souci de défense. On réchauffe les murs avec des tapisseries qui empruntent leurs sujets aux romans courtois. Toutes ces œuvres, sans oublier la sculpture et la peinture, offrent les mêmes traits, elles révèlent un goût affirmé pour les courbes onctueuses, les recherches d'ombres nuancées et les couleurs délicates.

— Alain ERLANDE-BRANDENBURG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

    • Écrit par Jacques CARRÉ, Barthélémy JOBERT
    • 8 176 mots
    • 12 médias
    ...Diptyque de Wilton (National Gallery, Londres) est un chef-d'œuvre isolé du début du xve siècle qui semble refléter la pleine maîtrise du style gothique international par un artiste anglais. Les fresques d'Eton College (1479-1488) montrent un progrès décisif dans l'art du modelé, qui semble dû...
  • BELLECHOSE HENRI (connu entre 1415 et 1440)

    • Écrit par Nicole REYNAUD
    • 130 mots

    Originaire du Brabant, Bellechose succède en 1415 à Jean Malouel comme peintre en titre du duc de Bourgogne à Dijon. Sa première œuvre attestée est la seule qui subsiste : le Retable de saint Denis (Louvre), peint pour la chartreuse de Champmol en 1416. Entre 1415 et 1430, il est chargé...

  • BIJOUX

    • Écrit par Sophie BARATTE, Universalis, Catherine METZGER, Évelyne POSSÉMÉ, Elisabeth TABURET-DELAHAYE, Christiane ZIEGLER
    • 6 083 mots
    • 7 médias
    Aux environs de 1400, l'art du bijou connaît un apogée au moment du gothique international, caractérisé notamment par le goût du luxe, du raffinement et de la préciosité. À l'or et aux pierres précieuses, désormais généralement taillées à facettes, est associée une nouvelle technique de l'émaillerie...
  • BORRASSÁ LLUIS (1360 env.-1426)

    • Écrit par Claudie RESSORT
    • 270 mots

    Peintre espagnol, Lluis Borrassá est le principal représentant du style gothique international au début du xve siècle en Catalogne. Né à Gérone, il se fixe à Barcelone en 1383 et y dirige à partir de 1402 et jusqu'à sa mort, en 1426, un atelier très actif. Onze retables, attestés par...

  • Afficher les 17 références

Voir aussi