GOTHIQUE INTERNATIONAL STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une importante exposition du Conseil de l'Europe organisée en 1962 à Vienne (Autriche) fut consacrée au style gothique international. À cette occasion, on a tenté de mettre en lumière l'existence d'un style commun aux différents pays d'Europe occidentale et centrale, autour des années 1400. Il est certain que d'un point de vue purement historique, ces années marquent une rupture dans le Moyen Âge : le schisme de la papauté, la guerre de Cent Ans, l'ébranlement de l'autorité impériale, la tension sociale et la crise religieuse qui aboutira à la constitution d'Églises nationales sont les lézardes qui arriveront à faire écrouler l'étonnant édifice que fut la société féodale. Paradoxalement on voit apparaître dans le domaine artistique un style qui gagnera les couches les plus diverses et qui deviendra le patrimoine commun de l'Europe. Ce style est né de l'échange incessant des idées artistiques développées dans divers centres comme Paris, Dijon, Avignon, Sienne, Prague, et Cologne. Il est certain que le rôle nouveau des mécènes — des laïcs — est primordial puisqu'ils échangent des cadeaux, des idées et même des artistes. L'art civil prend alors le pas sur l'art religieux, même si celui-ci se ressent des innovations de celui-là. Le portrait fait une apparition remarquée et les objets d'orfèvrerie sont le moyen commode d'affirmer son luxe et sa richesse. De grandes demeures princières s'édifient où l'on voit apparaître la galerie, bien avant la Renaissance italienne ; les murs s'ouvrent largement sur l'extérieur pour recueillir la lumière au mépris de tout souci de défense. On réchauffe les murs avec des tapisseries qui empruntent leurs sujets aux romans courtois. Toutes ces œuvres, sans oublier la sculpture et la peinture, offrent les mêmes traits, elles révèlent un goût affirmé pour les courbes onctueuses, les recherches d'ombres nuancées et les couleurs délicates.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOTHIQUE INTERNATIONAL STYLE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La floraison de l'enluminure médiévale »  : […] La connaissance de la peinture médiévale anglaise reste très fragmentaire parce que la plupart des témoignages peints de l'art religieux ont été détruits par les ravages de l'humidité d'une part et par le vandalisme protestant d'autre part. La confiscation des biens de l'Église à la Réforme a entraîné la disparition de nombreux retables, panneaux et fresques. La frénésie iconoclaste des puritains […] Lire la suite

BELLECHOSE HENRI (connu entre 1415 et 1440)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 130 mots

Originaire du Brabant, Bellechose succède en 1415 à Jean Malouel comme peintre en titre du duc de Bourgogne à Dijon. Sa première œuvre attestée est la seule qui subsiste : le Retable de saint Denis (Louvre), peint pour la chartreuse de Champmol en 1416. Entre 1415 et 1430, il est chargé de plusieurs retables pour Champmol et les châteaux ducaux, ou pour les églises de Dijon. Mais l'installation d […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge occidental »  : […] Un grand nombre d'objets du haut Moyen Âge nous sont parvenus grâce à la coutume d'ensevelir les morts accompagnés de leur parure. Les bijoux retrouvés dans les tombes manifestent le goût de cette époque pour l'or et pour le décor de pierres et verres colorés, souvent sertis à froid dans un réseau géométrique formé par des cloisons soudées préalablement, selon la technique de l'orfèvrerie cloison […] Lire la suite

BORRASSÁ LLUIS (1360 env.-1426)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 271 mots

Peintre espagnol, Lluis Borrassá est le principal représentant du style gothique international au début du xv e  siècle en Catalogne. Né à Gérone, il se fixe à Barcelone en 1383 et y dirige à partir de 1402 et jusqu'à sa mort, en 1426, un atelier très actif. Onze retables, attestés par des documents, sont conservés en partie et vingt autres peuvent lui être attribués ainsi que de nombreuses peintu […] Lire la suite

BROEDERLAM MELCHIOR (mort apr. 1409)

  • Écrit par 
  • Pierre QUARRÉ
  •  • 374 mots

Le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, entré en possession du comté de Flandre en 1384, garda à son service Melchior Broederlam, qui avait été peintre et valet de chambre de Louis de Mâle, père de son épouse, la duchesse Marguerite de Flandre. Les articles de comptes nous présentent surtout Broederlam comme un décorateur, chargé de peindre sur étendards, bannières, gonfanons et harnois de joute le […] Lire la suite

CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 617 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une difficile identification »  : […] L'identification de Campin, qui a donné lieu à de vives controverses, fut un des problèmes les plus passionnants posés par l'histoire de l'art. L'existence de l'artiste était surtout connue par des documents : il ne semble pas être né à Tournai, dont il n'est citoyen qu'en 1410, deux ans après avoir été signalé dans la ville comme maître peintre. Il y tient un atelier considérable et a notamment c […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite

LIVRES DE MODÈLES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 977 mots

Les livres de modèles sont des recueils de dessins d'un même artiste, reliés à l'origine, et conservés dans son atelier pour son propre usage (savoir-faire capitalisé, répertoire de motifs à sa disposition, exemples de figures à présenter à un commanditaire) et pour la formation de ses apprentis qui les copient pour s'exercer la main. Les plus anciens qui aient été conservés datent de la fin du Mo […] Lire la suite

LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 570 mots

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand trip […] Lire la suite

LORENZO MONACO PIERO DI GIOVANNI dit (1370-apr. 1425)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 455 mots

Entré à vingt ans chez les Camaldules du couvent de Sainte-Marie-des-Anges, à Florence, Lorenzo Monaco épanouit son talent dans l'atelier d'enluminure qui fleurissait au monastère depuis le début du siècle. Mais le célèbre scriptorium n'était nullement fermé aux courants extérieurs : Lorenzo Monaco travaille sans doute avec Agnolo Gaddi, et ses premières enluminures (datées de 1394 et 1395) comme […] Lire la suite

MAÎTRE DES HEURES DE BOUCICAUT (déb. XVe s.)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 270 mots

Artiste anonyme. Le Maître des Heures de Boucicaut, qui fut sans doute aussi peintre, n'est plus connu aujourd'hui que comme un des plus grands enlumineurs parisiens du début du xv e siècle, époque privilégiée où se rassemblaient autour des mécènes de la cour des Valois des artistes venus de toute l'Europe occidentale à Paris pour confondre les courants artistiques de leurs propres pays dans le s […] Lire la suite

MOSER LUCAS (1re moitié XVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 677 mots

Le nom de ce peintre allemand nous est connu par une inscription peinte sur le cadre de la seule œuvre qui subsiste de lui, le Retable de la Madeleine , conservé dans la petite église de Tiefenbronn dans la Forêt-Noire (près de Pforzheim). En 1969, un érudit de Stuttgart, s'appuyant sur le tracé des lettres et sur certaines particularités linguistiques, a prétendu que l'inscription était un faux d […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des fondateurs (XVe s.) »  : […] Il est évident que ce n'est pas seulement l'introduction de la technique de la peinture à l'huile qui a fait naître l'art néerlandais. Il y avait déjà avant cette nouvelle technique un art très poussé de la peinture murale, du vitrail (qu'on peut à peine reconstituer) et de la miniature. Il existait, dans ce domaine, des artistes de grand renom. On connaît surtout les noms de ceux qui sont partis […] Lire la suite

PIÉMONT

  • Écrit par 
  • Andreina GRISERI, 
  • Michel ROUX
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les arts roman et gothique »  : […] L'architecture romane a laissé de nombreux monuments, où s'affirme la préférence de l'époque pour la brique et la pietra serena  ; elle est marquée par l'activité du moine Guglielmo da Volpiano, qui œuvra à San Benigno de Fruttuaria (à partir de 997) et à Saint-Bénigne de Dijon ; il vécut à San Michele alle Chiuse, près de Turin, à Cluny et à Dijon, voyagea à travers la Basilicate et la Campanie, […] Lire la suite

PISANELLO ANTONIO PISANO dit (av.1395-1455?)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 663 mots

Peintre, dessinateur et médailleur italien. Formé à Vérone dans l'ambiance du gothique international, près de Stefano da Zevio, Pisanello reçut à Venise une impulsion nouvelle de Gentile da Fabriano : La Madone à la caille (Castelvecchio, Vérone), œuvre de jeunesse, témoigne de cette ouverture à une poétique nouvelle, qu'exprime encore L'Annonciation de San Fermo Maggiore, toute en lignes mélodi […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La fin du Moyen Âge »  : […] La fin du xiii e  siècle fut le moment décisif de l'évolution : jusque-là, le vitrail était la technique dominante de la peinture, imposant son style à la miniature ou à la fresque. Désormais, c'est en profitant des découvertes picturales de la fresque italienne ou de la miniature française et anglaise qu'il va poursuivre son évolution. La représentation spatiale en perspective, d'origine italienn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « GOTHIQUE INTERNATIONAL STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-gothique-international/