MALOUEL JEAN (av. 1370-1415)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Nimègue dans une famille d'artistes, Malouel (ou Maelwael) vient travailler à Paris où le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, l'engage en 1397 pour en faire son peintre en titre et le charger, à Dijon, des grands travaux de peinture de la Chartreuse de Champmol, récemment fondée ; il introduira auprès du duc ses neveux, les frères de Limbourg, et sera aussi peintre en titre du duc Jean sans Peur. Rien ne subsiste, ni des décorations à la Chartreuse, ni de la polychromie du Puits de Moïse sculpté par Clauss Sluter ou de celle du tombeau de Philippe le Hardi, ni des retables commandés pour les autels de l'église de Champmol en 1398. En l'absence de documents, aucune œuvre ne peut lui être attribuée avec certitude, cependant on lui accorde généralement la Grande Pietà ronde (Louvre) ornée au revers des armes de Philippe le Hardi, peinte vers 1400, et la Vierge entourée d'anges, manifestement plus tardive (musée de Berlin-Dahlem). Ces œuvres sont caractéristiques de l'art dit « franco-flamand » pratiqué en Bourgogne, art issu de la stylisation raffinée et poétique du gothique international parisien et influencé par la vigueur et l'ampleur de la sculpture de Sluter.

—  Nicole REYNAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MALOUEL JEAN (av. 1370-1415)  » est également traité dans :

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La peinture et l'apparition de l'italianisme dans les enluminures des frères de Limbourg »  : […] En 1396, Jean Malouel, originaire de Gueldre, fut nommé peintre en titre de Philippe le Hardi à Paris et à Dijon. Le tondo aux armes de Bourgogne du Louvre, attribué à Malouel, est une pietà trinitaire, reflétant une Trinité disparue, sculptée par Jean de Marville pour la chartreuse de Champmol, avec Dieu le Père tenant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-de-cour/#i_13865

LIMBOURG LES

  • Écrit par 
  • François AVRIL
  •  • 1 226 mots

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] à une lignée d'artistes : leur père Arnold était sculpteur sur bois, et leur oncle n'était autre que Jean Malouel, peintre attitré du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. C'est à cet oncle bien en cour qu'ils furent probablement redevables de leur carrière en France. Un document d'archives apprend qu'en 1399 deux des frères, Herman et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-limbourg/#i_13865

Pour citer l’article

Nicole REYNAUD, « MALOUEL JEAN (av. 1370-1415) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-malouel/