STAPHYLOCOQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toxines staphylococciques

Les toxines élaborées par les staphylocoques peuvent être réparties en deux groupes.

Le premier rassemble les toxines responsables d'une pathologie dont les symptômes sont définis et reproductibles après administration de la toxine :

– Les entérotoxines émétisantes dont l'ingestion est responsable d'intoxications alimentaires (vomissements, diarrhée, douleurs intestinales, exceptionnellement suivis de collapsus) caractérisées par une incubation courte (de 1 à 6 heures après ingestion).

– Les toxines épidermolytiques (ou exfoliatines A et B) responsables d'affections cutanées bulleuses électivement néonatales (syndrome épidermolytique de Ritter von Rittershain et pemphigus épidermique) ou survenant en dehors de la période néonatale (syndrome de Lyell de la peau ébouillantée du jeune enfant, impétigo bulleux).

– La toxine responsable du syndrome du choc toxique. Ce syndrome est caractérisé par une hypotension artérielle (≤ 90 mm Hg), un rash érythémateux diffus pouvant être tardivement associé à une desquamation des paumes et des plantes, une fièvre élevée (≥ 39,8 0C) et par l'atteinte des muqueuses et de divers viscères. Il est associé à des infections staphylococciques pouvant être bénignes (lésions cutanées, infections postchirurgicales, infections vaginales, adénites, abcès profonds, bursite, ostéomyélite et rarement infections urinaires). Toutefois, ce syndrome est, a priori, caractérisé par l'absence de germes dans les hémocultures et le liquide céphalorachidien. Toutes les infections provoquées par les staphylocoques produisant cette toxine ne sont pas nécessairement accompagnées de ce syndrome dont les manifestations sont fréquemment observées chez des sujets incapables de produire les anticorps humoraux dirigés contre cette toxine. Les entérotoxines ont également été incriminées dans la pathologie du choc toxique. Comme la toxine du choc toxique, elles ont des propriétés im [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chef de laboratoire à l'Institut Pasteur, responsable du Centre national de référence des staphylocoques.

Classification


Autres références

«  STAPHYLOCOQUES  » est également traité dans :

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 938 mots
  •  • 5 médias

Selon la définition donnée par S. A. Waksman, en 1941, un antibiotique est une substance produite par un micro-organisme et qui a le pouvoir d'inhiber la croissance d'autres micro-organismes et même de les détruire. L'antibiose est donc le fait que la prolifération d'une première espèce microbienne puisse être mise en échec par une seconde espèce. Celle-ci élabore à cet effet des substances nuisib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotiques/#i_103

FOLLICULITE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 241 mots

Suppuration des follicules pilo-sébacés déterminant des petites pustules acuminées, centrées sur un poil. Les folliculites ont deux étiologies principales. Les folliculites staphylococciques superficielles, parfois isolées, souvent groupées sur une région (impétigo de Bockhart) sont souvent provoquées par le grattage (gale, prurigo), l'irritation du rasoir, la macération (pansements humides) ; cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folliculite/#i_103

FURONCLE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 393 mots
  •  • 1 média

Infection d'un follicule pileux et de sa glande sébacée par le staphylocoque doré, qui provoque la suppuration et la nécrose du follicule et du derme avoisinant ; ceux-ci sont éliminés sous forme d'une masse jaunâtre, le bourbillon . Le furoncle se manifeste par l'apparition progressive d'une tuméfaction conique, rouge, chaude et très douloureuse, centrée par un poil ; au sommet de la tuméfaction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/furoncle/#i_103

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution des outils d’édition des génomes »  : […] Cette démarche de construction de sites de reconnaissance programmés selon les besoins d’une expérience n’est pas à la portée de tous les laboratoires. Plusieurs autres systèmes d’édition des génomes ont donc été mis au point à partir de 2000 mais l’usage pratique de ces systèmes n’explose véritablement qu’à partir de 2012 : on passe alors d’une moyenne de 100 publications annuelles jusqu’à cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_103

GOMMES, pathologie

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 504 mots

Lésions inflammatoires de l'hypoderme, circonscrites, de nature infectieuse, et tendant à s'ulcérer, les gommes évoluent en quatre stades : crudité , avec nodule solide, nettement limité ; ramollissement de la lésion qui s'accroît, devient fluctuante en son centre et adhère à la peau ; ulcération et fistulisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gommes-pathologie/#i_103

HIDROSADÉNITES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 56 mots

Abcès tubéreux multiples, nodulaires, souvent conglomérés, qui résultent de l'infection staphylococcique des glandes sudoripares de l'aisselle. Récidivants, souvent rebelles à l'antibiothérapie, ils doivent être traités par la radiothérapie et, parfois, par un curage chirurgical de la région atteinte. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hidrosadenites/#i_103

IMPÉTIGO

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

L'impétigo banal, dû au staphylocoque doré pathogène , réalise une poussée de pustulettes péripilaires ; il est propre à certaines régions du corps, ou bien il est favorisé par un traumatisme (grattage, macération sous compresse), une parasitose (gale), une dermatose préalable (eczéma), une irritation chimique (goudron, huile). D'évolution aiguë, il guérit aisément par les antiseptiques locaux, dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impetigo/#i_103

OSTÉOMYÉLITES

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 250 mots

Infection osseuse due à un germe pyogène banal, le plus souvent staphylocoque, véhiculé par le sang. Les ostéomyélites ont habituellement un début aigu, particulièrement chez l'enfant. Elles touchent spécialement l'extrémité inférieure du fémur, l'extrémité supérieure du tibia ou de l'humérus, le maxillaire supérieur. Elles sont toujours extra-articulaires, sauf l'ostéomyélite de la hanche du nour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osteomyelites/#i_103

TEIXOBACTINE

  • Écrit par 
  • Michel ARTHUR
  •  • 1 232 mots

Dans le chapitre « Spectre d’activité de la teixobactine »  : […] Déterminé en laboratoire (in vitro) en étudiant l’inhibition de la croissance de bactéries pathogènes pour l’homme, le spectre d’activité de la teixobactine est très intéressant parce qu’il inclut la plupart des bactéries qui posent des problèmes en thérapeutique, entre autres du fait de leur résistance aux antibiotiques. Il s’agit en particulier de Mycobacterium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teixobactine/#i_103

Voir aussi

Pour citer l’article

Névine EL SOLH, « STAPHYLOCOQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/staphylocoques/