INCUBATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Action qui consiste, chez certains animaux ovipares, à protéger leurs œufs de manière à favoriser le développement normal de l'embryon. Les modalités de cette protection sont très variables, car, au lieu d'être placés sous le corps des parents, les œufs peuvent être abrités dans une cavité de celui-ci. Cette action se poursuit dans certains cas après l'éclosion des jeunes animaux. L'incubation artificielle est pratiquée dans les élevages en vue d'augmenter la sécurité et le rendement de la reproduction des espèces ovipares. Par analogie, on a donc qualifié d'incubation la technique médicale qui consiste à mettre les nouveau-nés prématurés dans des conditions permettant leur survie.

En médecine, l'incubation est la période silencieuse (sans manifestation de signe clinique) qui s'écoule entre la contamination d'un sujet par un germe pathogène et l'apparition des premiers symptômes de la maladie.

Par extension, on appelle ainsi l'action de garder à l'étuve soit des organismes en développement, des cultures cellulaires ou des cultures bactériennes (infectés ou non par un parasite), soit une préparation enzymatique, de façon à favoriser leur croissance ou encore le déroulement de l'infection ou des réactions chimiques qu'on désire étudier in vivo ou bien in vitro.

—  Armand TIBI

Écrit par :

  • : professeur au Conservatoire national des arts et métiers

Classification


Autres références

«  INCUBATION  » est également traité dans :

BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie

  • Écrit par 
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX
  •  • 688 mots

Toute maladie infectieuse résulte d'une contamination microbienne de l'organisme affecté par cette maladie. Ce dogme épidémiologique n'a jamais été mis en défaut depuis les recherches dont Robert Koch et Louis Pasteur ont été les protagonistes. La méthodologie scientifique qu'ils ont utilisée comportait obligatoirement une étude de pathologie expérimentale : comment régissaient les « cobayes » ? S […] Lire la suite

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 870 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Épidémiologie et diagnostic »  : […] La transmission du choléra se fait toujours par voie orale, soit directement par contact avec les selles d'un malade ou d'un porteur sain de vibrions, soit indirectement par ingestion d'eau ou d'aliments contaminés. L'origine hydrique domine l'épidémiologie du choléra, expliquant son endémicité dans les régions deltaïques aux populations entassées, ne disposant pas d'eau épurée mais d'eaux charg […] Lire la suite

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les contaminations iatrogènes »  : […] Plusieurs cas de contamination iatrogène ont été décrits et sont rapportés aux cas suivants : – utilisation d'électrodes profondes de stéréotaxie ; – accident lié à des instruments de neurochirurgie ; – greffe de cornée ; – greffe de dure-mère ; – traitement par les gonadotrophines hypophysaires ; – traitement par l'hormone de croissance extractive. Toutes ces transmissions accidentelles de l'agen […] Lire la suite

ÉPIZOOTIES

  • Écrit par 
  • Bernard TOMA
  •  • 4 168 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés de l'agent pathogène »  : […] Les épizooties sont en général des maladies aiguës, à incubation courte. Le premier facteur favorisant réside dans la brièveté de l'incubation (parfois de deux à trois jours seulement). Un organisme réceptif devient ainsi source de l'agent pathogène peu de temps après sa contamination et, par conséquent, un développement exponentiel de la maladie en un court laps de temps est favorisé. A contrario […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES

  • Écrit par 
  • Catherine DUPUIS
  •  • 5 788 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sources d'infection »  : […] Une maladie infectieuse, quelle qu'elle soit, ne peut naître dans une population donnée que de la présence d'un individu contagieux, homme ou animal, qui constitue la source d'infection. Le plus fréquemment, il s'agit d'un être humain malade. Il sera parfois la seule source d'infection ; il en est ainsi, par exemple, dans la rougeole, la variole, la fièvre typhoïde, la lèpre. On conçoit que la mes […] Lire la suite

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Ponte »  : […] Les œufs sont pondus à l'intervalle de vingt-quatre heures, mais parfois davantage : deux jours chez les cigognes et les grues, de quatre à cinq chez le gypaète. La ponte n'a généralement lieu qu'à un moment déterminé de la journée. Le nombre d'œufs pondus est à peu près constant chez certaines espèces : un (manchot empereur), deux (pigeons), trois (sternes), quatre (pluviers). L' incubation – réc […] Lire la suite

PANDER CHRISTIAN HEINRICH (1794-1865)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La découverte des feuillets embryonnaires »  : […] Né le 23 juillet 1794 à Riga, ville alors russe, dans une famille d’origine allemande, Christian Heinrich Pander étudia à partir de 1812 la médecine à l’université allemande de Dorpat (aujourd’hui Tartu, en Estonie) où il noua amitié avec Karl Ernst von Baer (1792-1876), autre futur grand embryologiste. Mais peu satisfait par les cours qui y étaient donnés, il décida en 1814 de se rendre en Allema […] Lire la suite

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 745 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Crépuscule de la préformation »  : […] Ce qui est une preuve pour Haller sera radicalement contesté par le jeune embryologiste allemand Caspar Friedrich Wolff (1733-1794), qui reprend de façon systématique les observations sur les œufs de poulet et donne en 1759 une interprétation rigoureusement épigénétique de la formation de l’embryon. Il réfute même les résultats de Malpighi : toutes les parties de l’embryon se façonnent progressiv […] Lire la suite

RAGE

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « Étude clinique »  : […] L'homme et tous les mammifères sont réceptifs. La contamination est réalisée presque exclusivement par la morsure d'un animal infecté et excréteur de virus. Le virus ne traverse pas la peau intacte ; en revanche le léchage et la souillure par la salive virulente, d'une simple excoriation ou des muqueuses, peuvent provoquer la contamination. L' incubation, totalement silencieuse, dure de quelques […] Lire la suite

SIDA (syndrome immuno-déficitaire acquis)

  • Écrit par 
  • François BRICAIRE, 
  • Patrice PINELL, 
  • Yves SOUTEYRAND
  •  • 9 685 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'infection »  : […] L'infection due au VIH évolue sur un mode chronique pendant plusieurs années. Dès que le VIH contamine un sujet, il s'intègre dans le génome des cellules, qu'il infecte pour se développer progressivement, sauf chez certains sujets, que l'on appelle des « non-répondeurs ». On distingue plusieurs étapes après la contamination : – Une période d'incubation silencieuse, d'une quinzaine de jours à deux […] Lire la suite

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 7 304 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les œufs et la ponte »  : […] Chez la grande majorité des Téléostéens, les œufs sont pondus dans le milieu, puis fécondés et abandonnés par les parents. Ce sont des œufs télolécithes (riches en réserve vitelline), donc de taille relativement grande mais très variable, entre 0,5 mm ( Apogon ) et 4 ou 5 millimètres (Salmonidés ). En moyenne, leur taille est de 2 ou 3 millimètres, mais un Poisson-chat ( Galeichthys ) a des œufs […] Lire la suite

Les derniers événements

2-29 février 2020 • Chine • Propagation de l’épidémie de coronavirus.

l’entrée sur leur territoire des étrangers ayant séjourné en Chine au cours des quatorze jours précédents – la durée d’incubation du virus. De nombreux pays ferment leurs frontières aux ressortissants chinois au cours du mois ou restreignent l’entrée de ceux-ci sur leur territoire. Le 3, le navire [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Armand TIBI, « INCUBATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/incubation/