SOLANACÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appareil floral

Les fleurs gamopétales sont solitaires ou réunies en inflorescences cymeuses, dont les structures sont troublées par des déplacements de feuilles et de fleurs et des avortements de rameaux. Ainsi chez la belladone, les feuilles sont géminées sur les axes florifères du fait de la migration de la feuille du nœud inférieur. Dans plusieurs cas, les cymes multiflores bipares deviennent pauciflores unipares. À la suite de concaulescences, elles sont internodales (Solanum nigrum) ou oppositifoliées (S. macrocarpon).

La fleur répond à la formule : 5S + 5P + 5E + 2C. L'actinomorphie est incomplète, l'axe de symétrie étant oblique ; cette tendance à la zygomorphie s'accuse chez les Salpiglossidées. Le calice, souvent gamosépale, est persistant ou même accrescent, enveloppant alors le fruit (Physalis). Sur la corolle, plus ou moins tubuleuse, s'insèrent cinq étamines égales, dont la postérieure se raccourcit (Nicotiana, Petunia), puis avorte (Salpiglossis) ; il ne subsiste que deux étamines fertiles chez Schizanthus. La déhiscence des anthères est longitudinale ou poricide (Solanum). La pollinisation est entomogame ou ornithogame ; l'auto-stérilité est fréquente.

Les carpelles, au nombre de deux, exceptionnellement de cinq (Nicandra), sont insérés sur un disque intrastaminal, hypogyne, et placés obliquement par rapport au plan antéro-postérieur de la fleur ; leur multiplication par le développement de fausses cloisons ou par pléiomérie n'est pas rare. L'ovaire renferme de nombreux ovules insérés sur de volumineux placentas. Les fruits sont des baies polyspermes (tomate) ou des capsules septicides (tabac), septifrages (datura) ou pyxidaires (jusquiame). Les graines sont petites (11 000 dans un gramme pour le tabac) et albuminées.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Morelle douce-amère

Morelle douce-amère
Crédits : dadalia/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Piment rouge

Piment rouge
Crédits : Life is a Dream/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification

Autres références

«  SOLANACÉES  » est également traité dans :

ATROPINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Substance cristalline, toxique, appartenant à la classe des alcaloïdes. On l'obtient à partir de la L-hyociamine qui est un composant de plantes de la famille des Solanaceae telles que la belladone ( Atropa ), la jusquiame et le datura. Elle est très soluble dans l'eau. Elle forme une série de sels bien cristallisés, parmi lesquels le sulfate est le plus utilisé en médecine. Les effets spécifique […] Lire la suite

BELLADONE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 376 mots

De la famille des solanacées, la belladone ( Atropa belladona ) est une plante annuelle, vivace, pouvant atteindre un mètre de hauteur. On en utilise les feuilles, cueillies au moment de la floraison car la teneur en principes actifs y est la plus forte, ainsi que la racine, ramassée en automne pour les mêmes raisons. Ses principes actifs étant des alcaloïdes très toxiques, les principales pharmac […] Lire la suite

DATURA ou STRAMOINE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 305 mots

L'une des solanacées les plus vénéneuses, plus dangereuse encore que la belladone, le datura ou stramoine ( Datura stramonium  L.) renferme trois alcaloïdes : l'hyoscyamine, l'atropine et la scopolamine, qui sont aussi les poisons de la belladone et de la jusquiame. À forte dose (infusion de quelques grammes de feuilles chez l'adulte), elle provoque la mort après un délire parfois furieux, des con […] Lire la suite

DORYPHORE

  • Écrit par 
  • Santiago ARAGÓN
  •  • 565 mots
  •  • 2 médias

Insecte coléoptère, de couleur jaune et noire, connu pour les dégâts qu'il occasionne sur les cultures de pommes de terre. Classe : Hexapodes ; ordre : Coléoptères ; famille : Chrysomélidés Le nom scientifique du doryphore, Leptinotarsa decemlineata , provient des dix bandes noires ornant ses élytre . Cet insecte de 6 à 0 millimètres de longueur, appartient à la famille des Chrysomélidés, qui reg […] Lire la suite

JUSQUIAME

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 315 mots

Dans le trio des grandes « solanacées vireuses », la jusquiame ( Hyoscyamus niger L.) vient en troisième position pour la toxicité, après la stramoine et la belladone. C'est cependant une plante très vénéneuse, renfermant, comme ses parentes, les trois alcaloïdes : atropine, hyoscine et surtout hyoscyamine. Si l'empoisonnement par la belladone se traduit fréquemment par un délire furieux, il appa […] Lire la suite

MANDRAGORE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 441 mots

Les constituants de la mandragore ( Mandragora officinarum  L. ; solanacées) la rapprochent beaucoup des solanacées dites vireuses (belladone, jusquiame, stramoine). Comme ces dernières, la mandragore renferme le trio d'alcaloïdes, atropine, hyoscyamine, hyoscine, auxquels s'adjoignent diverses autres substances, surtout dans la racine. Celle-ci, pivotante, allongée (jusqu'à 50 ou 60 cm), présente […] Lire la suite

MORELLE DOUCE-AMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Parente sauvage de la tomate et de la pomme de terre, la morelle douce-amère ( Solanum dulcamara  L. ; solanacées) renferme deux saponosides de nature différente, l'acide dulcamarétique et l'acide dulcamarique, qui sont à l'origine de la saveur d'abord sucrée, puis amère, de la tige mâchée. Il y a en outre un glucoalcaloïde, la solacéine, voisin de la solanine de la pomme de terre, cette dernière […] Lire la suite

SCOPOLAMINE ou HYOSCINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 323 mots

Alcaloïde de formule brute C 17 H 21 O 4 N, extrait des racines de Scopolia atropoides et de nombreuses autres plantes de la famille des solanacées : jusquiame noire, daturas (surtout Datura metel ) et belladone. On trouve ces plantes à l'état sauvage ou bien en culture en Europe ou aux États-Unis. La scopolamine, également appelée hyoscine, est ainsi isolée : les feuilles sont pulvérisées et mise […] Lire la suite

TUBIFLORALES

  • Écrit par 
  • Marc-André THIÉBAUD
  •  • 2 494 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Polémoniales »  : […] Les Polémoniales groupent cinq grandes familles : les Convolvulacées, les Polémoniacées, les Solanacées, les Boraginacées, les Hydrophyllacées et quelques familles réduites à peu de genres. Ce sont des plantes généralement herbacées ou arbustives, rarement des arbres. Les feuilles sont alternes, simples ou lobées, presque toujours sans stipules. Les fleurs sont pentamères  : calice à 5 sépales hab […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « SOLANACÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/solanacees/