JUSQUIAME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le trio des grandes « solanacées vireuses », la jusquiame (Hyoscyamus niger L.) vient en troisième position pour la toxicité, après la stramoine et la belladone. C'est cependant une plante très vénéneuse, renfermant, comme ses parentes, les trois alcaloïdes : atropine, hyoscine et surtout hyoscyamine. Si l'empoisonnement par la belladone se traduit fréquemment par un délire furieux, il apparaît plutôt ici de l'assoupissement avec hallucinations, ces dernières parfois terrifiantes et conduisant aussi à l'agitation. La sensation de légèreté, voire de lévitation, caractérise l'intoxication par la jusquiame, qui n'était pas étrangère aux « voyages » aériens des sorcières médiévales (c'est l'une des « herbes maudites » de la sorcellerie européenne). Déjà connue des Babyloniens et des Égyptiens du ~ xvie siècle, la plante devra attendre les travaux du toxicologue autrichien A. Stoerck (1762) pour trouver sa vraie place dans la matière médicale. Les indications sont très proches de celles de la belladone. Antispasmodique puissant, sédatif du système nerveux, narcotique, la jusquiame s'adresse aux tremblements (chorée, parkinsonisme, etc.), aux maladies mentales avec agitation, au délire éthylique, à la manie, aux névroses avec insomnie, aux convulsions, aux névralgies (trijumeau en particulier), aux spasmes de l'appareil digestif, aux dysménorrhées, à la toux spasmodique, etc. Elle figure au tableau A des substances toxiques, d'où la surveillance médicale indispensable pendant l'utilisation éventuelle de cette plante.

La jusquiame blanche méditerranéenne (Hyoscyamus albus L.) est vraisemblablement bien plus toxique que la jusquiame noire, puisqu'elle a un taux d'alcaloïdes presque dix fois plus élevé.

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUSQUIAME  » est également traité dans :

SOLANACÉES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 1 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Intérêt biologique et économique »  : […] Les Solanacées constituent un matériel d'étude apprécié en biologie végétale, notamment dans les recherches de cytologie, de virologie (le premier acide nucléique cristallisé fut isolé du virus de la mosaïque du tabac), de génétique (l'étude des premiers polyploïdes artificiels a été réalisée à partir de chimères expérimentales entre tomate et morelle  ; la polyploïdie a joué d'ailleurs un rôle év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solanacees/#i_44774

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « JUSQUIAME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jusquiame/