ATROPINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substance cristalline, toxique, appartenant à la classe des alcaloïdes. On l'obtient à partir de la L-hyociamine qui est un composant de plantes de la famille des Solanaceae telles que la belladone (Atropa), la jusquiame et le datura. Elle est très soluble dans l'eau. Elle forme une série de sels bien cristallisés, parmi lesquels le sulfate est le plus utilisé en médecine. Les effets spécifiques de l'atropine, qui résultent de son action périphérique, comprennent : l'arrêt de certaines sécrétions (sueur, mucus, salive), l'inhibition du nerf vague (d'où tachycardie, dilatation de la pupille et paralysie de l'accommodation du cristallin) et enfin le relâchement de fibres musculaires lisses (bronchiques, intestinales ou autres). Les effets centraux se manifestent par de l'excitation et du délire, suivis de dépression et de la paralysie du bulbe rachidien.

À fortes doses, l'atropine excite le système nerveux central, puis le paralyse. Son action pharmacologique caractéristique, toutefois, est son effet dépressif sur le système nerveux parasympathique. L'atropine n'intervient pas dans la synthèse de l'acétylcholine au niveau de la terminaison nerveuse, mais elle empêche ce médiateur chimique d'agir sur la cellule réceptrice.

Les applications thérapeutiques de l'atropine sont fondées pour la plupart sur ses actions périphériques. En ophtalmologie, elle est d'un emploi fréquent pour l'examen du fond d'œil, le traitement des kératites et de l'iritis (l'inflammation de l'iris). Elle atténue les manifestations du rhume des foins et du rhume de cerveau en tarissant les sécrétions nasales et lacrymales.

Du fait que l'atropine diminue le tonus et les mouvements péristaltiques du tractus gastro-intestinal, de la vessie, de la vésicule biliaire et de l'utérus en s'opposant aux effets de l'acétylcholine sur ces organes, on la prescrit dans certains types d'affections intestinales, et elle entre dans la composition d'un certain nombre de spécialités laxatives. Elle est utilisée dans le traitement de l'énurésie infantile et pour soulager les spasmes urétéraux et biliaires. La diversité des effets de l'atropine est un inconvénient certain pour son usage clinique ; on la remplace, en conséquence, par des composés synthétiques qui ont des effets plus spécifiques.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ATROPINE  » est également traité dans :

ACÉTYLCHOLINE

  • Écrit par 
  • Paul MANDEL
  •  • 1 903 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Synergie et antagonisme »  : […] De nombreuses substances naturelles ou synthétiques sont dites acétylcholinomimétiques parce qu'elles exercent les mêmes effets que l'ACh. D'autres (anticholinestérasiques) en potentialisent l'action. Les acétylcholinomimétiques n'ont pas l'universalité d'action de l'ACh, à part la choline qui peut produire des effets qualitativement identiques mais quantitativement plus faibles. La muscarine, su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acetylcholine/#i_4537

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Intérêt thérapeutique »  : […] Les alcaloïdes jouent toujours un rôle important, comme principes actifs des médicaments, malgré l'essor des produits de synthèse. Ils sont utilisés soit tels quels, soit sous forme de dérivés plus actifs, mieux tolérés par l'organisme, ou manifestant des effets différents. Ils ont souvent servi de modèle pour imaginer de nouvelles molécules de synthèse. La morphine reste le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_4537

BELLADONE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 376 mots

De la famille des solanacées, la belladone ( Atropa belladona ) est une plante annuelle, vivace, pouvant atteindre un mètre de hauteur. On en utilise les feuilles, cueillies au moment de la floraison car la teneur en principes actifs y est la plus forte, ainsi que la racine, ramassée en automne pour les mêmes raisons. Ses principes actifs étant des alcaloïdes très toxiques, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belladone/#i_4537

DATURA ou STRAMOINE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 305 mots

L'une des solanacées les plus vénéneuses, plus dangereuse encore que la belladone, le datura ou stramoine ( Datura stramonium  L.) renferme trois alcaloïdes : l'hyoscyamine, l'atropine et la scopolamine, qui sont aussi les poisons de la belladone et de la jusquiame. À forte dose (infusion de quelques grammes de feuilles chez l'adulte), elle provoque la mort après un délire pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datura-stramoine/#i_4537

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « États de veille et de sommeil »  : […] De nombreuses substances pharmacologiques sont capables de modifier les états de veille et de sommeil (cf. sommeil ). Ainsi, les hypnotiques induisent le sommeil, tandis que les psychostimulants ( amphétamine et caféine) l'empêchent. Les travaux de neuropharmacologie ont localisé le lieu d'action de ces substances au niveau de la formation réticulée mésencéphalique ascend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_4537

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Transmission au niveau des relais ganglionnaires »  : […] Les jonctions entre fibres préganglionnaires et fibres postganglionnaires orthosympathiques se sont révélées particulièrement favorables pour une étude simultanée des phénomènes électriques et des phénomènes chimiques de la transmission, donc pour la recherche de leurs corrélations ; le « modèle » de la transmission que l'on a pu déduire explique les nombreux effets neuropharmacologiques, souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_4537

SCOPOLAMINE ou HYOSCINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 323 mots

Alcaloïde de formule brute C 17 H 21 O 4 N, extrait des racines de Scopolia atropoides et de nombreuses autres plantes de la famille des solanacées : jusquiame noire, daturas (surtout Datura metel ) et belladone. On trouve ces plantes à l'état sauvage ou bien en culture en Europe ou aux États-Unis. La scopolamine, également appelée hyoscine, est ainsi is […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scopolamine-hyoscine/#i_4537

TROPYLIUM CATION

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 123 mots

Cation aromatique C 7 H 7 + . Son nom provient de celui de l'alcaloïde atropine (isolé de l' Atropa belladona ). L'atropine conduit, après hydrolyse, déshydratation et réaction d'Hoffmann, à un hydrocarbure non saturé appelé tropilidène ou encore cycloheptatriène. Le cation tropylium est l'ion correspondant au tropilidène. On peut le mettre en évidenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cation-tropylium/#i_4537

Pour citer l’article

« ATROPINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/atropine/