SIONISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État en route (1917-1948)

Le mandat remis à la Grande-Bretagne par la S.D.N. stipulait expressément que les autorités britanniques devaient « placer le pays dans les conditions politiques, administratives et économiques garantissant l'établissement d'un foyer national juif ». Très rapidement, toutefois, l'hostilité des Arabes face à « l'invasion sioniste » qui prend la forme d'émeutes antijuives (1920, 1921, 1929) conduit les Anglais à adopter une politique extrêmement précautionneuse vis-à-vis de la communauté juive de Palestine. Si celle-ci se renforce, au cours de la période mandataire, dans un contexte historique de plus en plus difficile (montée du nazisme en Europe, « grande révolte arabe » emmenée par le mufti de Jérusalem de 1936 à 1939), elle le doit essentiellement à l'obstination des dirigeants sionistes qui, patiemment, vont veiller à sa consolidation économique, sociale, militaire, culturelle et, bien entendu, politique.

Le triomphe du « sionisme étatique »

Bien que le mouvement sioniste, tel que conçu par Herzl, ait été centré sur la construction d'un État, il a toujours été caractérisé par un fort pluralisme idéologique, et donc par l'existence de courants qui entendaient donner un contenu national au judaïsme tout en étant enclins à un certain minimalisme politique.

Trois types de réticences ont ainsi accompagné l'expansion du sionisme. La première, qui trouva en Aḥad Ha Am (pseudonyme du juif russe, Asher Ginsberg, 1856-1924), son avocat le plus brillant, est d'ordre culturel. Pour lui, l'expression la plus authentique d'une nation est sa culture, terme qui désigne non seulement les productions intellectuelles, mais aussi les représentations religieuses, les principes moraux, et jusqu'aux activités économiques.

Les activités culturelles, par lesquelles le peuple juif exprime son génie propre, ont besoin pour se développer d'un centre spirituel, édifié en Palestine, qui exercera son influence sur l'ensemble de la nation juive dont la majorité continuera à résider hors d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Mausolée de Theodor Herzl

Mausolée de Theodor Herzl
Crédits : Pickow/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Theodor Herzl

Theodor Herzl
Crédits : Imagno/ Hulton Getty

photographie

Victimes de la révolution de 1905

Victimes de la révolution de 1905
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jérusalem : manifestation ultra-orthodoxe

Jérusalem : manifestation ultra-orthodoxe
Crédits : Ahmad Gharabli/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po

Classification

Autres références

«  SIONISME  » est également traité dans :

ALLON YIGAL (1918-1980)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Militaire et homme politique israélien né le 10 octobre 1918 à Kefar-Thabor (Palestine, aujourd'hui en Israël), mort le 29 février 1980 à 'Afula (Israël). Yigal Allon, de son vrai nom Feikowitch, est l'un des premiers chefs du Palmakh, commando de la Haganah (organisation militaire sioniste représentant la majorité des juifs de Palestine après la Première Guerre mondiale). Il organise l'immigrat […] Lire la suite

AUX ORIGINES D'ISRAËL (Z. Sternhell) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane BONZON
  •  • 1 515 mots

Qu'est-il advenu de la société nouvelle que les pères fondateurs d'Israël voulaient instaurer sur la Terre promise ? Tel est l'objet de la recherche que propose Zeev Sternhell dans son livre Aux origines d'Israël. Entre nationalisme et socialisme (Fayard). Présentée dès l'introduction de l'ouvrage, la réponse est abrupte : l'âge d'or n'a jamais existé, ce n'est qu'un mythe mobilisateur ou un alib […] Lire la suite

BEGIN MENAHEM (1913-1992)

  • Écrit par 
  • Claude KLEIN
  •  • 1 006 mots
  •  • 3 médias

Sixième Premier ministre de l'État d'Israël, Menahem Begin est né à Brest-Litovsk le 16 août 1913. La ville que les juifs appelaient Brisk, aujourd'hui biélorusse, était alors polonaise. Durant toute sa vie, Begin est marqué par l'atmosphère pesante, voire sombre, dans laquelle vivent les juifs de Pologne au cours des années 1920 : antisémitisme latent, parfois suivi d'explosions violentes, avec d […] Lire la suite

BEN GOURION DAVID (1886-1973)

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 1 854 mots
  •  • 5 médias

« Est monté en Israël en 1906 ». Cette épitaphe, qui figure sur la tombe de David Ben Gourion, témoigne avec force du fait que l'arrivée du jeune homme, en septembre 1906, dans la Palestine ottomane, constitua son véritable acte de naissance politique. Il n'eut de cesse, à compter de ce moment, d'œuvrer imperturbablement à la concrétisation du projet sioniste : la création d'un État juif indépen […] Lire la suite

BIALIK HAYIM NAHMANE (1873-1934)

  • Écrit par 
  • Abraham GOLEK
  •  • 2 632 mots

Dans le chapitre « Le retour vers la terre des ancêtres »  : […] Pour Bialik, le sionisme était à la fois un retour au passé et une révolution, une continuité et une rupture ; une possibilité de faire fructifier un héritage de trois mille ans en l'implantant sur le sol, en lui rendant son cadre matériel pour le protéger tant du dépérissement spirituel que des massacres. C'est aussi le retour à la dignité humaine ; le judaïsme, chez Bialik, n'était pas une supe […] Lire la suite

BRENNER YOSSEPH HAYIM (1881-1921)

  • Écrit par 
  • Abraham GOLEK
  •  • 1 204 mots

Dans le chapitre « Un sioniste »  : […] Brenner est né à Novie Mlini en Ukraine, dans une famille très pauvre. Son éducation fut d'abord strictement religieuse ; adolescent, il abandonna la religion, attiré par le sionisme et le « Bund », mouvement socialiste visant à une autonomie culturelle juive. Sa première nouvelle, Un morceau de pain, paraît en 1899, suivie de près par D'une vallée maudite, recueil de cinq récits. C'est avec ses […] Lire la suite

BUBER MARTIN (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Dominique BOUREL
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Né dans la Vienne « fin de siècle » le 9 février 1878. À cause du divorce de ses parents, il passe son enfance et son adolescence chez son grand-père à Lemberg (aujourd'hui Lviv, en Ukraine). C'est dans cette ville alors capitale de la Galicie austro-hongroise qu'il rencontre la grande école de spiritualité juive, le hassidisme moderne, ainsi que les Lumières juives de la Haskala et une forte po […] Lire la suite

COHEN ALBERT (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard VALBERT
  •  • 2 460 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Combats »  : […] La guerre déclarée, Albert Cohen se tait et mène son combat, à Londres, nouvelle étape d'une carrière diplomatique commencée au B.I.T. d'Albert Thomas et qu'il avait quittée pour se consacrer totalement à l'écriture. La réussite littéraire, pourtant, le jeune prodige découvert par Jacques Rivière la désirait intensément. Dès leur première rencontre, à Genève, Jacques Rivière lui avait proposé un c […] Lire la suite

BALFOUR DÉCLARATION (1917)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères, lord Arthur James Balfour, adresse à lord Rothschild, président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne, une lettre dans laquelle il promet la création d'un foyer national juif en Palestine. Pour le gouvernement britannique, ce document vise à obtenir rapidement le soutien des banques juives d'Angleterre et des États-Unis d […] Lire la suite

GOLDMANN NAHUM (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Michel ZLOTOWSKI
  •  • 1 573 mots
  •  • 1 média

Nahum Goldmann est né en 1895 à Wisznewo, en Lituanie. Peu après sa naissance, ses parents le confient à son grand-père paternel et partent faire des études en Allemagne, la Lituanie sous le régime tsariste pratiquant, dans ses universités, un numerus clausus sévère à l'encontre des juifs. C'est à domicile qu'un rabbin vient enseigner au jeune Nahum les rudiments de la Bible. Ses parents s'étant f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Vatican – Jordanie – Autorité palestinienne – Israël. Visite du pape François au Moyen-Orient. 24-26 mai 2014

– ceux-ci conviendront de s'y rendre le 8 juin. Le pape rencontre le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier au Saint-Sépulcre, à Jérusalem. Le 26, à Jérusalem, François rencontre les dirigeants israéliens, prie devant le mur des Lamentations, visite le Mémorial pour les victimes des actes terroristes ainsi que le mémorial Yad Vashem consacré aux victimes de la Shoah, et se rend sur la tombe de Theodor Herzl, le père du sionisme. […] Lire la suite

Iran. Appel du président Mahmoud Ahmadinejad à la destruction d'Israël. 26-30 octobre 2005

Le 26, lors d'une conférence à Téhéran intitulée « Un monde sans sionisme », le président Ahmadinejad déclare qu'« Israël doit être rayé de la carte », qualifiant l'État juif de « stigmate [sur] la face du monde musulman » et dénonçant tout pays qui reconnaît Israël. Ces propos illustrent […] Lire la suite

Israël – Syrie – Liban – Jordanie. Les négociations bilatérales de paix bloquées par des questions de procédures. 4-16 décembre 1991

reprendre en janvier 1992, toujours à Washington. Aucun progrès non plus n'est enregistré dans les négociations de l'État hébreu avec la Syrie et avec le Liban. Le 16, à l'initiative des États-Unis, l'Assemblée générale des Nations unies abroge la résolution de l'O.N.U. du 10 novembre 1975 qui assimilait le sionisme à « une forme de racisme et de discrimination raciale ». […] Lire la suite

France – Iran. Détournement d'un Boeing iranien vers Paris et tension franco-iranienne. 6-9 juillet 1983

et les « hypocrites mercenaires du sionisme ». Les relations franco-iraniennes sont déjà très tendues, en particulier depuis la révélation, à la fin de juin, d'un accord signé le 26 mai entre Paris et Bagdad, accord qui prévoit le prêt par la France, pour deux ans à partir de septembre, de cinq Super-Étendard […] Lire la suite

France – Libye. Fin d'une affaire d'« espionnage ». 17-22 mars 1982

Le 17, trois Français, Denise Dupont et ses deux fils Alain et Jean-Claude sont graciés. Incarcérés à Tripoli depuis avril 1980, ils avaient été condamnés le 20 février à la réclusion à perpétuité pour « espionnage au profit de l'impérialisme américain et du sionisme ». Le 22, les trois membres de la famille Dupont arrivent à Lille et sont hospitalisés en raison de leur état de santé psychique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DIECKHOFF, « SIONISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/