HAGANAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des termes clefs du sionisme « pratique » (à distinguer du « spirituel »), le mot hébreu haganah (« défense », « protection ») désigne une attitude et un programme qui viennent après l'immigration (aliyah) et l'implantation sur le sol (hityashvout). La volonté et la capacité de se défendre devaient distinguer le « nouveau Juif » sioniste de son ancêtre qui, riche ou pauvre, subissait partout la condition d'assujetti, de protégé. Les noms, déjà légendaires, de Bar-Cuiyora (1907) et de Hashomer (1909), associations de défense des jeunes immigrés russes fondateurs des premières colonies, furent supplantés par celui de Haganah après les événements (me'ora'ot) de 1920 (destruction de Tel-Hai en Galilée et « pogrom » à Jérusalem), de 1921 (37 morts, 300 blessés à Jaffa et ailleurs). Pendant les « événements » de 1929 (massacre de la communauté de Hébron) et la révolte des années 1936-1939, qui fit des milliers de victimes dans les trois camps (juif, arabe, anglais), la Haganah, semi-officielle, possède déjà une infrastructure : elle dispose de caches d'armes et de groupes d'hommes entraînés dans chaque localité, ainsi que d'un commandement central possédant des unités de réserve qu'il peut rapidement mobiliser pour les envoyer aux points exposés. Vers la fin de cette révolte, alors que la Seconde Guerre mondiale paraît proche, une certaine coopération s'établit entre la Haganah et l'administration anglaise. Le droit à l'autodéfense est légalement reconnu ; 15 000 volontaires juifs sont enrôlés dans une milice (Notrim) financée moitié par le gouvernement, moitié par l'Agence juive. Wingate, officier anglais sympathisant (surnommé Lawrence de Judée), forme et entraîne les S.N.S. (Special Night Sections), qui constitueront le noyau du futur Palmakh. La discipline, la maturité et la force morale de la Haganah se manifestent alors dans le maintien de la tactique dite de havlagah (non-riposte, contrôle de soi) et imposée par les « organismes nationaux » civils : le Va'ad Le'oumi (Conseil national), l'Agence juive et l'Histadrout (centrale syndicale). Seule la défense légitime est autorisée. En même temps, c'est la Haganah qui prépare et exécute des entreprises telles que Homa Ou-migdal (Tour et muraille), c'est-à-dire l'implantation par la force (contre l'interdit du gouvernement) de points frontaliers barricadés (54 en deux ans ; le plus célèbre, Hanita, est installé en Galilée du Nord), qui deviendront bientôt des villages florissants. La haapalah (immigration illégale), commencée en 1937, s'étend à l'Europe et au Maghreb, et aura, par suite de l'opposition acharnée des Anglais, un retentissement international.

Durant les années de la guerre, la tension croît entre l'armée et la Haganah, hormis une brève accalmie au cours de l'été de 1942, lorsque Rommel est aux portes de l'Égypte. Le Palmakh (plougot-mahats : unités de choc) est alors armé et entraîné par les Anglais à la guérilla pour prévenir une éventuelle invasion allemande. Il constituera désormais un corps d'élite (5 000 hommes environ en 1948), bien que non professionnel, comme le reste de la Haganah, et ne sera démantelé par Ben Gourion qu'en 1951. Après El-Alamein, le conflit est permanent entre les Anglais et les forces juives, qui entrent toutes dans la clandestinité. La Haganah fait sauter plusieurs installations civiles et militaires engagées dans la lutte contre l'immigration illégale. Les Anglais s'efforcent surtout de repérer les caches d'armes et les terrains d'entraînement de la Haganah.

Attentat en Palestine, 1947

Photographie : Attentat en Palestine, 1947

Le train militaire Le Caire-Haïfa a été dynamité par des terroristes juifs, dans le sud de la Palestine, en 1947. Onze personnes sont tuées, dont cinq soldats britanniques. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Entre 1946 et 1948 et jusqu'à la création de l'État d'Israël, la Haganah lutte contre les forces arabes non régulières, qui s'attaquent aux colonies isolées et aux convois de ravitaillement (destinés surtout à approvisionner Jérusalem, qui est coupée du reste du pays) ; elle combat en même temps contre les Anglais, acquis en majorité à la cause arabe, et souvent contre les groupes des « dissidents » (Irgoun et Lehi), dont les actions exposent le dispositif juif, encore fragile, à une attaque anglaise généralisée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Jérusalem, docteur de l'université de Montpellier, lecteur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  HAGANAH  » est également traité dans :

ALLON YIGAL (1918-1980)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Militaire et homme politique israélien né le 10 octobre 1918 à Kefar-Thabor (Palestine, aujourd'hui en Israël), mort le 29 février 1980 à 'Afula (Israël). Yigal Allon, de son vrai nom Feikowitch, est l'un des premiers chefs du Palmakh, commando de la Haganah (organisation militaire sioniste représentant la majorité des juifs de Palestine après la Première Guerre mondiale). Il organise l'immigrat […] Lire la suite

DAYAN MOSHÉ (1915-1981)

  • Écrit par 
  • Amnon KAPELIOUK
  •  • 1 432 mots
  •  • 4 médias

Symbole de la puissance militaire d'Israël, vainqueur de la campagne de Suez (1956) et de la guerre de Six Jours (1967) , Moshé Dayan fut l'un des représentants les plus authentiques des sabra (natifs du pays) israéliens. Né au bord du lac de Tibériade dans le kibboutz de Dégania, Moshé Dayan a passé sa jeunesse dans le mochav (village coopératif) de Nahalal, que ses parents avaient fondé avec d'a […] Lire la suite

HERZOG HAÏM (1918-1997)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots

Homme politique israélien, né le 17 septembre 1918 à Belfast (Irlande, auj. Irlande du Nord), mort le 17 avril 1997 à Tel-Aviv-Jaffa (Israël). Fils du rabbin Isaac Halevi Herzog, Haïm grandit à Dublin avant d'émigrer en Palestine avec sa famille en 1935. L'année suivante, il s'engage dans la Haganah, force armée de protection des juifs émigrés en Palestine. Herzog retourne ensuite au Royaume-Uni […] Lire la suite

IRGOUN

  • Écrit par 
  • Abraham TSITRONE
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Organisation nationaliste juive, l'Irgoun tsva'i l'oumi (Organisation militaire nationale) a été fondée en 1931 par Abraham Tehomi. Formé par des éléments issus de l'union des Birionim des années 1920, le premier mouvement sioniste « dissident » recrute ses troupes parmi les membres du Bétar, mouvement de jeunesse du Parti révisionniste, opposé au sionisme lent et « économique » du mouvement ouvri […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le mandat britannique »  : […] Les accords de mandat définissent le cadre général du mandat. Les véritables précisions seront fournies par le Palestine-Order-in-Council de 1922, profondément amendé dès 1923. Si à l'origine le mandat sur la Palestine devait être un mandat de la catégorie A (semblable au mandat français au Liban et en Syrie), c'est-à-dire laissant une large place à l'autonomie des populations locales, du fait de […] Lire la suite

JABOTINSKY VLADIMIR (1880-1940)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 497 mots

Idéologue et dirigeant sioniste de droite, fondateur du sionisme révisionniste, Vladimir Zeev Jabotinsky est né en 1880 à Odessa, dans l'empire russe (auj. en Ukraine) et mort le 3 août 1940 au camp du Betar, près de Hunter (État de New York). Il débute sa carrière en 1898, en qualité de correspondant étranger, mais le succès de ses articles le rappelle à Odessa en 1901, où il devient éditoriali […] Lire la suite

KOLLEK TEDDY (1911-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 375 mots

Homme politique israélien, Teddy Kollek fut le maire de Jérusalem de 1965 à 1993. Né le 27 mai 1911 près de Budapest, dans l'Empire austro-hongrois (auj. en Hongrie), Theodor Herzl Kollek grandit à Vienne et émigre en Palestine en 1934. Il participe alors à la création du kibboutz Ein Gev et s'implique dans le Betar, mouvement de jeunesse sioniste. Il contribue également à organiser l'émigration […] Lire la suite

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 990 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'infrastructure interne du Yichouv »  : […] La société juive se structure progressivement, surtout grâce à l'action déterminante des partis politiques qui vont intervenir massivement dans les activités les plus diverses afin de répondre aux besoins d'une population juive, en constant renouvellement du fait de l'immigration. La gauche sioniste créera deux institutions qui auront un rôle déterminant dans l'émergence d'une société juive homogè […] Lire la suite

WINGATE ORDE CHARLES (1903-1944)

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 490 mots
  •  • 2 médias

Le moins conventionnel des généraux britanniques de la Seconde Guerre mondiale : « Je ne pourrai jamais faire carrière dans l'armée dans des circonstances normales », avouait-il. Son supérieur, le général Wavell, commandant des troupes britanniques au Moyen-Orient, le comprend, qui lui confie toujours des missions exceptionnelles : après la révolte palestinienne de 1936, Wingate est chargé d'organ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Abraham TSITRONE, « HAGANAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/haganah/